Zoom sur l’actualité des cryptomonnaies

Suite au krach du Bitcoin en décembre 2017, les cryptomonnaies semblaient avoir rejoint la longue liste des bulles spéculatives sans lendemain, et leur existence même semblait compromise. Seulement voilà, quelques mois plus tard, les voilà de retour sur le devant de la scène.

D’abord marginales, les cryptomonnaies gagnent peu à peu du terrain, désormais soutenues par l’intérêt croissant de grands groupes, dont Facebook, bien décidé à proposer sa propre cryptomonnaie à ses 2,38 milliards d’utilisateurs actifs. Confié à l’ancien vice-président de Messenger, ce projet de « global coin » pourrait en effet voir le jour dès 2020, de quoi raviver les spéculations les plus folles sur la fin de règne des monnaies traditionnels, peu à peu remplacées par leurs consœurs virtuelles.

De plus en plus d’utilisateurs

En décembre 2017, la violente baisse du Bitcoin semblait avoir signé la fin des cryptomonnaies. Quelques trimestres plus tard, force est de constater qu’il n’en est rien et que ces devises électroniques continuent chaque jour d’attirer de nouveaux utilisateurs prêts à les employer dans leur vie de tous les jours.

L’an dernier, le nombre d’utilisateurs quotidien de cryptomonnaies (pour le paiement ou pour l’investissement) est ainsi passé de 18 à 35 millions d’utilisateurs selon une étude de l’université de Cambridge, et ce phénomène pourrait bien se poursuivre au cours des prochaines années, notamment grâce au développement de nouvelles applications. Malgré cette dynamique positive, l’utilisation des cryptomonnaies reste en revanche très inégale en fonction des zones géographiques, avec une forte concentration en Asie, en Amérique du Nord et en Europe.

Un intérêt croissant de la part d’acteurs majeurs

Alors que la nouvelle monnaie de Facebook pourrait être déployée dans une douzaine de pays afin de permettre aux utilisateurs de la plateforme de régler les achats sur les différents réseaux de la marque (Facebook, Instagram, ou encore Messenger), d’autres membres des GAFAM et BATX pourraient également être tentés par cette démarche.

Mais les entreprises privées ne sont pas les seules à voir les opportunités offertes par les cryptomonnaies. Certaines institutions gouvernementales s’y intéressent également. Le gouverneur de la banque de France a ainsi explicitement indiqué que les cryptomonnaies auraient dans le futur un intérêt certain pour son institution.

Mais toutes les cryptomonnaies ne sont pas logées à la même enseigne. En effet, l’intérêt pour ces nouvelles devises se concentre essentiellement sur les stable coins en raison de leur stabilité et de la sécurité apportée par les security tokens. Nous sommes donc ici bien loin des bitcoins, que le gouverneur de la banque centrale n’encense pas, les voyant au contraire comme des actifs spéculatifs sans grand intérêt.

Des cryptomonnaies toujours plus anonymes

Construites pour garantir l’anonymat de leurs utilisateurs, les cryptomonnaies ne tenaient jusqu’ici pas toutes leurs promesses. Certains protocoles de paiement réalisés via la blockchain étant vraisemblablement trop simples à retracer, posant ainsi de graves problèmes de confidentialité. Néanmoins, malgré ces difficultés des premières heures, les cryptomonnaies rivalisent désormais d’inventivité pour garantir l’anonymat de leurs utilisateurs en implémentant de nouveaux protocoles de sécurité.

Pour continuer à se développer, les cryptomonnaies devront parvenir à relever ce défi sécuritaire afin de gagner la confiance des utilisateurs et des investisseurs. Leur capacité à se transformer ainsi que leur compatibilité avec les nouvelles législations pourraient donc être des critères déterminants pour l’évolution de leurs cours.

 

 

Ces informations sont produites par CMC Markets. Elles présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent ê tre amenées à changer sans avertissement pré alable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints.