Au cours des 12 derniers mois, sous l’impulsion de la Réserve fédérale américaine, les taux d’intérêt ont amorcé leur remontée, la volatilité a fait son grand retour sur les marchés financiers, et l’incertitude s’est peu à peu emparée des investisseurs.

Quel sera le dénouement du Brexit ? Que donneront les élections législatives européennes ?Le conflit commercial sino-américain pénalisera-t-il la croissance mondiale ?

Les investisseurs s’interrogent, mais qu’ils se rassurent, la plupart des réponses seront bien vite apportées par la nouvelle année. À l’approche des fêtes, faisons le point sur ces 3 premiers rendez-vous boursiers de l’année 2019.

Rendez-vous n°1 : le Brexit

En vertu de l’article 50 du Traité sur l’Union européenne, Londres et Bruxelles disposaient de deux ans pour négocier la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. La procédure ayant été enclenchée le 29 mars 2017, le Brexit devrait donc avoir lieu de façon effective le 29 mars 2019.

Déjà repoussé une première fois, le vote du Parlement britannique devrait quant à lui avoir lieu durant la troisième semaine de janvier à en croire les dernières déclarations de la Première ministre britannique. Opposée à l’organisation d’un second référendum, Theresa May s’efforce toujours de négocier un maximum de garanties auprès de Bruxelles afin de rassurer les sujets britanniques et de défendre ce qu’elle considère comme le « seul accord possible ».

Rendez-vous n°2 : les élections européennes

Les citoyens de l’Union européenne seront appelés aux urnes les 23 et 26 mai prochains à l’occasion des élections législatives européennes. Mis à l’épreuve par la montée des gouvernements « antisystèmes », le projet européen pourrait être mis en difficulté à l’occasion de ce vote.

Affaiblis sur leurs scènes politiques intérieures, Angela Merkel et Emmanuel Macron chercheront à impulser une nouvelle dynamique au sein du Vieux continent afin d’endiguer la montée des partis anti-européens. Les fortes divergences de points de vue entre partis nationalistes pourraient d’ailleurs les aider dans cette tâche.

Rendez-vous n°3 : les conséquences de la guerre commerciale

Déjà perceptibles lors de la parution des dernières statistiques économiques chinoises, les conséquences du conflit commercial sino-américain pourraient peser pleinement sur la croissance mondiale au cours de l’année 2019.

Actée pour une durée de 90 jours, la trêve commerciale en cours entre Pékin et Washington pourrait déboucher sur un accord entre les deux premières puissances économiques mondiales. Pour l’heure, l’incertitude est telle qu’elle pourrait tout aussi bien déboucher sur une nouvelle passe d’armes entre les deux belligérants.

Les banques centrales toujours à la manœuvre

Au-delà de ces trois premiers rendez-vous de l’année 2019, les investisseurs pourront bien évidemment suivre l’évolution des politiques monétaires menées par les principales banques centrales de la planète.

Critiquée par le président américain Donald Trump, la Réserve fédérale américaine pourrait ralentir le rythme de sa hausse des taux. Confrontée à de mauvaises statistiques économiques, la Banque populaire de Chine pourrait quant à elle chercher à soutenir la croissance. Enfin, malgré la sortie récente de son programme de rachat d’actifs, la Banque centrale européenne pourrait maintenir une politique monétaire accommodante.

Ces informations sont produites par CMC Markets. Elles présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints.