Force est de constater que l’annonce de la taxation de 200 milliards de biens chinois supplémentaires n’a pas suffi à entamer le moral des investisseurs. Avec des hausses hebdomadaires respectives de +2,3% et +3,4%, le Dow Jones et le S&P 500 ont inscrit de nouveaux records historiques en fin de semaine dernière.

Pourtant, malgré l’enthousiasme des investisseurs, l’heure est à la prudence. Certes, le climat économique est au beau fixe outre-Atlantique, mais l’horizon n’est pas si dégagé qu’il n’y paraît.

De l’avis de la plupart des économistes, les mesures protectionnistes de l’administration Trump voient pour le moment leurs effets néfastes masqués par un environnement économique particulièrement propice. Cachées derrière les retombées positives de la réforme fiscale, les externalités négatives de ces mesures protectionnistes minent pourtant le potentiel de croissance de long terme de l’économie de l’Oncle Sam.

Or, si les chiffres de la croissance américaine semblent pour le moment ignorer les mesures protectionnistes de l’administration Trump, l’augmentation des prix qu’elles engendrent devrait tôt ou tard suffire à faire fléchir la croissance américaine. Pour le plus grand bonheur des Républicains, ce contrecoup économique ne devrait toutefois pas être visible avant les élections de mi-mandat prévues le 6 novembre prochain.

Au-delà du duel protectionniste entre la Chine et les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Union européenne se livrent eux aussi à un bras de fer acharné autour de la question du Brexit.

Réunis jeudi à Salzbourg, les vingt-sept membres de l’Union européenne ont rejeté à l’unanimité le « plan Chequers » proposé par le Royaume-Uni. Fragilisée par ce nouveau revers, Theresa May éprouve de plus en plus de difficultés à réunir les membres du Parti conservateur autour d’une proposition commune susceptible d’être acceptée par les pays membres de l’Union européenne. Avec une sortie du Royaume-Uni prévue le 29 mars 2019, la nécessité d’un accord se fait de plus en plus pressante pour l’économie britannique. Sous pression vendredi, la livre sterling perdait -1,26% face à la monnaie unique.

Source : plateforme CMC Markets NEXT GENERATION.

Dès aujourd’hui, les investisseurs pourront suivre la conférence annuelle du Parti travailliste britannique à Liverpool. Le Brexit sera une nouvelle fois sur le devant de la scène alors que 86% des membres du parti de Jeremy Corbyn réclament un nouveau référendum.

France et Italie publieront également leurs budgets 2019 cette semaine. Le gouvernement français se livrera à cet exercice dans la journée, le gouvernement italien s’exprimera quant à lui jeudi. Les projections de croissance étant d’ores et déjà connues pour le budget français, les investisseurs analyseront en détails la répartition et l’ampleur des coupes budgétaires. Côté italien, l’objectif sera avant tout de rassurer des marchés échaudés par l’arrivée au pouvoir de la coalition populiste.

Sur le plan monétaire, la Banque du Japon publiera mardi les minutes de sa réunion monétaire de juillet dernier, puis ce sera au tour de la Réserve fédérale américaine de communiquer mercredi sur ses dernières décisions monétaires. Évènement le plus attendu de la semaine, cette réunion de l’institution américaine pourrait déboucher sur un nouveau relèvement de taux. La conférence de presse de Jerome Powell sera particulièrement scrutée par les marchés.

Évolution du CFD à risque limité France 40 - Données hebdomadaires sur 2 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 21/09/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

En hausse de +2,65% au cours de la semaine passée, l’indice parisien poursuit son ascension en direction de la résistance des 5 535 points. En cas de franchissement de ce niveau clé, la hausse pourrait se poursuivre en direction de la résistance oblique haussière de long terme actuellement située aux alentours des 5 700 points. À l’inverse, en cas de repli baissier, le CFD à risque limité France 40 pourrait compter sur les supports situés à 5 245 points et 5 030 points.

Évolution du CFD à risque limité EURUSD - Données hebdomadaires sur 2 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 21/09//2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

La bonne tenue du support des 1,1560 a permis à la monnaie unique de repartir de l’avant face au billet vert avec une hausse de +1,08% au cours de la semaine passée. Dans ce contexte, la hausse pourrait se poursuivre en direction des prochaines résistances situées à 1,2090 et 1,2520. À l’inverse, en cas de repli, une rupture du support des 1,1560 pourrait déclencher une nouvelle impulsion baissière en direction du seuil symbolique des 1,1000.

Évolution du CFD à risque limité OR - Données hebdomadaires sur 3 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de né gociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 21/09//2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Malgré une nouvelle tentative de franchissement de la résistance des 1 205$, l’once d’or reste en tendance baissière et pourrait poursuivre son mouvement baissier en direction du support des 1 160$, dont la rupture pourrait à son tour déclencher une nouvelle impulsion baissière en direction des 1 125$. À l’inverse, en cas de reprise haussière, un franchissement de la résistance des 1 205$ pourrait permettre au métal jaune de rebondir en direction des 1 235$, puis des 1 306$.

 

 

 

Ces informations sont produites par CMC Markets. Elles présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints.