Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 77% de comptes d’investisseurs non-professionnels perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. ous devez vous assurer que vous comprenez comment les CFD fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque probable de perdre votre argent.
Weekly outlook

La semaine à venir : PIB du Royaume-Uni et de la Chine ; inflation américaine ; résultats de JPMorgan

Les premières annonces économiques notables de cette semaine ont lieu mercredi, lorsque le Royaume-Uni annonce son PIB de mai et que les États-Unis publient les chiffres de l'inflation de juin. Vendredi, la Chine publie son PIB du deuxième trimestre.

Pendant ce temps, les banques américaines sont prêtes à donner le coup d'envoi d'une nouvelle saison de résultats. JPMorgan - la plus grande banque américaine en termes d'actifs - annonce ses résultats du 2ème trimestre jeudi, tout comme Morgan Stanley. Citigroup les suivra vendredi.

PRINCIPAUX ÉVÉNEMENTS :

Mercredi - IPC et PPI américains

D'ordinaire, les chiffres de l'IPC américain n'incitent pas la banque centrale américaine à modifier sa politique, étant donné que sa mesure préférée de l'inflation est l'indice PCE de base. Les récents chiffres de l'IPC du mois de mai ont suscité une réaction différente après une forte hausse à 8,6 %, marquant ainsi un changement significatif dans la pensée de la banque centrale pendant une période de black-out des décideurs. Il est encore très difficile de savoir si l'IPC de mai était un cas isolé, étant donné que toutes les autres mesures de l'inflation semblent montrer des signes de plafonnement.

Les récents chiffres de l'IPP semblent confirmer cet état d'esprit après avoir chuté de 9 6 % en mars à 8,3 % en mai. Un certain nombre de décideurs de la Fed plaident déjà en faveur d'une nouvelle hausse des taux de 75 points de base lors de la réunion de juillet, mais si l'IPC américain recule soudainement en juin, cela n'affaiblit-il pas les arguments en faveur d'une telle hausse et rend-il plus probable la perspective d'une hausse de 50 points de base ? L'avenir nous le dira, mais la faiblesse des chiffres de l'IPC et de l'IPP en juin modifiera le cours de la réunion de juillet et affaiblira les arguments en faveur d'une action agressive sur les taux pour le reste de l'année. 

Jeudi - JPMorgan Chase T2 résultats

Malgré la perspective d'une hausse des taux, les banques américaines ont enregistré de mauvaises performances et, bien qu'elles ne soient pas les moins performantes du S&P500 cette année, le secteur est toujours en baisse d'environ 25 % depuis le début de l'année. Les craintes d'une récession d'ici la fin de l'année se sont accrues, le coût de la vie commençant à peser sur les dépenses de consommation face à la hausse des prix de l'énergie et de l'alimentation. La baisse des prix de l'immobilier a également pesé sur le sentiment des consommateurs, et cette détérioration des perspectives économiques devrait se traduire par une demande de services bancaires de la part des entreprises et des consommateurs. Une courbe de rendement plate, ou légèrement inversée, n'aide pas non plus les banques.

Lors de sa dernière publication de chiffres, JPMorgan Chase a affiché des revenus ajustés de 31,59 milliards de dollars et des bénéfices de 8,3 milliards de dollars, soit 2,63 cents par action, ce qui est légèrement inférieur aux attentes en matière de bénéfices. L'un des faits marquants de ces chiffres du premier trimestre est le manque à gagner de la division de banque d'investissement, qui a également enregistré un manque à gagner d'un peu plus de 2 milliards de dollars, avec des revenus de commissions en forte baisse. Les activités de négociation d'actions et de titres à revenu fixe ont réussi à dépasser les attentes à hauteur de 3,06 milliards de dollars et 5,7 milliards de dollars.

Le PDG Jamie Dimon a tenté de brosser un tableau positif de la situation du côté des particuliers en déclarant que la banque observait des tendances positives, avec des dépôts en hausse de 9 %, des dépenses par carte de crédit et de débit en hausse de 21 %, tandis que les soldes des prêts par carte étaient en hausse de 11 %, bien que toujours en dessous des niveaux pré-pandémiques. Sans surprise, les prêts immobiliers ont baissé de 37 %, principalement en raison de l'environnement de taux d'intérêt plus élevés, et cette tendance semble devoir se poursuivre après que la banque a annoncé à la fin du mois dernier qu'elle licenciait ou réaffectait plus de 1 000 employés de son activité de prêt hypothécaire.

Autre sujet de préoccupation : la banque a constitué 1,5 milliard de dollars de provisions pour pertes sur prêts en raison de la hausse des risques d'inflation. Les dépenses devraient également constituer un thème majeur, le coût du maintien du personnel étant susceptible d'éroder les marges. L'IPC étant aujourd'hui beaucoup plus élevé qu'il ne l'était à l'époque, pourrait-on assister à de nouvelles mises en réserve ? Les bénéfices devraient s'élever à 2,89c par action.   

AUTRES ÉVÉNEMENTS IMPORTANTS (11 JUILLET-15 JUILLET) :

LUNDI 11 JUILLET

Pas d'annonces majeures

MARDI 12 JUILLET

Pas d'annonces majeures

MERCREDI 13 JUILLET 

IPC et PPI américains

Voir les principaux événements, ci-dessus. 

PIB du Royaume-Uni (mai)

Les derniers chiffres du PIB d'avril ont montré que l'économie britannique s'est contractée de -0,3%, une baisse beaucoup plus importante que prévu. À première vue, les chiffres sont très décevants, mais la baisse est en grande partie due à la fin du programme de dépistage du NHS, le régime de dépistage gratuit Covid ayant pris fin. Étant donné qu'il s'agit d'un effet unique, qui ne se reproduira pas, les chiffres réels, bien que mauvais, n'étaient pas aussi mauvais qu'il n'y paraît à première vue, malgré un contexte macroéconomique difficile. En ce qui concerne les chiffres de mai, les perspectives ne devraient pas s'améliorer de manière significative, même si nous constatons une légère amélioration. Les prix des carburants vont encore augmenter avec des rapports quotidiens faisant état de records pour le diesel et l'essence, car il devient de plus en plus cher de faire le plein. À un moment donné, cela conduira à une destruction de la demande, les consommateurs privilégiant les dépenses.

JEUDI 14 JUILLET

Morgan Stanley T2 résultats

Le cours de l'action Morgan Stanley a fortement baissé depuis les sommets atteints en février. L'action est à son plus bas niveau depuis 15 mois, l'ensemble du secteur souffrant des inquiétudes liées au risque de récession aux États-Unis. Au premier trimestre, les revenus se sont élevés à 14,8 milliards de dollars, tandis que les bénéfices ont atteint 2,22 milliards de dollars, soit 2,06 cents par action. La vente et le négoce d'actions sont à l'origine de la majeure partie de la surperformance, avec une contribution de 3,17 milliards de dollars. Les opérations FICC ont également enregistré de bons résultats, avec 2,9 milliards de dollars, soit bien plus que les prévisions de 2,1 milliards de dollars. Les revenus de la gestion de patrimoine ont été inférieurs aux estimations de 6,19 milliards de dollars pour s'établir à 5,94 milliards de dollars, mais ils sont tout de même beaucoup plus élevés qu'au quatrième trimestre, où ils étaient passés sous la barre des 5 milliards de dollars. La gestion de patrimoine pourrait bien connaître de nouvelles contre-performances au cours des prochains trimestres si les marchés boursiers continuent à être faibles. Les bénéfices devraient s'établir à 1,76 $ par action.        

JPMorgan Chase T2 résultats

Voir les principaux événements, ci-dessus.   

VENDREDI 15 JUILLET

PIB T2 de la Chine

Les chiffres du PIB chinois du deuxième trimestre de cette semaine ne devraient pas être positifs. Avec les ventes au détail et la production industrielle affectées par les différents blocages Covid qui ont été imposés dans tout le pays et le blocage de Shanghai pendant la majeure partie du mois d'avril, il sera très difficile pour l' économie chinoise de se rapprocher de son objectif annuel de 5,5 % pour cette année. Au premier trimestre, l'économie aurait connu une expansion de 4,8 %, ce qui semble extrêmement généreux. Les ventes au détail ont plongé en avril et en mai et sont probablement restées faibles en juin, tandis que la production industrielle a également été décevante. Les différents blocages ont également entraîné la fermeture des ports chinois ainsi que des entreprises. Une statistique particulièrement significative en avril est que pas une seule voiture n'a été vendue à Shanghai pendant tout le mois. Dans un tel contexte, il est difficile d'envisager une quelconque expansion économique significative au cours du deuxième trimestre.

Ventes au détail aux États-Unis (juin)

Après avoir vu les ventes au détail américaines afficher quatre mois consécutifs de hausse au début de l'année, un ralentissement était quelque peu attendu en mai. Cependant, la baisse de 0,3 % des ventes au détail a quelque peu surpris, mais aurait-elle dû ? Si l'on considère la hausse des prix de l'énergie et des denrées alimentaires, ainsi que le coût de la vie en général, il n'est peut-être pas surprenant que les dépenses de consommation américaines aient fortement ralenti en mai. La confiance des consommateurs est en baisse constante depuis des mois, et ce n'était qu'une question de temps avant que cela ne se reflète dans les chiffres des ventes au détail. Les ventes au détail de juin devraient s'établir à 0,9 %.

Citigroup T2 résultats

Le cours de l'action de Citigroup a continué à dériver à la baisse, comme le reste du secteur, en raison des inquiétudes liées au ralentissement de l'économie américaine, qui font craindre que les activités sous-jacentes des banques ne subissent une baisse des prêts aux entreprises, ainsi que de la demande de prêts immobiliers et personnels. Les revenus du premier trimestre se sont élevés à 19,2 milliards de dollars, tandis que les bénéfices ont atteint 2,02 cents par action, tous deux supérieurs aux attentes. Les ventes et les transactions FICC ont rapporté 4,3 milliards de dollars, dépassant les attentes de 3,98 milliards de dollars, et une baisse de 1% par rapport à l'année précédente. Comme pour les autres banques américaines, les revenus de la vente et de la négociation d'actions ont contribué au dépassement des revenus, s'élevant à 1,53 milliard de dollars. Les dépenses ont été plus élevées que prévu, ce qui n'est pas surprenant compte tenu du processus de restructuration en cours, avec une hausse de 15 % à 13,17 milliards de dollars. Citigroup a également réduit son exposition à la Russie de 9,8 milliards de dollars à 7,8 milliards de dollars. La banque a mis de côté 1,9 milliard de dollars au titre des pertes potentielles, le scénario le plus pessimiste se situant désormais entre 2,5 et 3 milliards de dollars. Les bénéfices du deuxième trimestre devraient s'élever à 1,67 c par action.

Calendrier des résultats

LUNDI 11 JUILLET RÉSULTATS
AZZ (US) T1
E2open Parent Holdings (US) T1
PriceSmart (US) T3
MARDI 12 JUILLET RÉSULTATS
PepsiCo (US) T2
Purplebricks (UK) Résultats annuels
MERCREDI 13 JUILLET RÉSULTATS
Fastenal (US) T2
Ilika (UK) Résultats annuels
J D Wetherspoon (UK) T4
Loungers (UK) Résultats annuels
Ocean Power Technologies (US) T4
Renold (UK) Résultats annuels
JEUDI 14 JUILLET RÉSULTATS
American Outdoor Brands (US) Résultats annuels
Cintas (US) T4
Conagra Brands (US) T4
First Republic Bank (US) T2
JPMorgan Chase & Co. (US) T2
Morgan Stanley (US) T2
VENDREDI 15 JUILLET RÉSULTATS
Bank of New York Mellon (US) T2
BlackRock (US) T2
Citigroup (US) T2
PNC Financial Services (US) T2
Progressive Insurance (US) T2
State Street (US) T2
UnitedHealth (US) T2
US Bancorp (US) T2

Les annonces de l'entreprise sont susceptibles d'être modifiées. Tous les événements énumérés ci-dessus étaient corrects au moment de la rédaction.


CMC Markets est un prestataire de service d'exécution uniquement. Ces informations (qu'elle contiennent ou non des opinions) présentent un caractère purement informatif et ne tient pas compte de votre situation ou de vos objectifs personnels. Aucune des informations contenues dans ce document n'est (ou ne doit être considérée comme) un conseil financier, d'investissement ou autre auquel se fier. Aucun avis donné dans les documents ne constitue une recommandation de CMC Markets ou de l'auteur selon laquelle un investissement, un titre, une transaction ou une stratégie d'investissement particulier convient à une personne spécifique. Le matériel n'a pas été préparé conformément aux exigences légales visant à promouvoir l'indépendance de la recherche sur les marchés d'investissement. Bien qu'il ne nous soit pas expressément interdit de traiter avant de fournir ce matériel, nous ne cherchons pas à en tirer profit avant sa diffusion.