La guerre commerciale en cours entre les États-Unis et leurs partenaires commerciaux serait-elle entrée dans une nouvelle phase ? Alors que les annonces d’éventuelles hausses de tarifs douaniers se succèdent depuis le mois de mars, le président américain Donald Trump persévère et ouvre un nouveau front du côté du marché des changes.

Le résumé de la semaine

Pour l’économie américaine, jusqu’ici, tout va bien. Les résultats des entreprises sont bons et les chiffres de l’emploi sont excellents. Devant la Commission bancaire du Sénat américain, le président de la Réserve fédérale américaineJerome Powell s’est donc montré optimiste au moment de confirmer la hausse graduelle des taux d’intérêt. Seule ombre au tableau, ses mises en garde sur les risques économiques d’un emballement du conflit protectionniste sont tout de même venues tempérer l’enthousiasme des investisseurs.

Du côté des entreprises, Bank of America enregistre un résultat net trimestriel positif de 6,8 milliards de dollars, en hausse de 33%. Quant à Microsoft, le Groupe de Redmond profite pleinement des bons résultats de sa plateforme de services dématérialisée Azure avec des chiffres supérieurs aux attentes et un résultat net trimestriel de 8,87 milliards de dollars.

Netflix en baisse de -8,78% sur la semaine met un terme à son incroyable ascension boursière entamée depuis le début de l’année, 7 mois au cours desquels le cours de bourse de l’action avait doublé. Certes, les résultats du leader de la vidéo en ligne sont bons, mais ils sont dans l’ensemble inférieurs aux attentes, à l’image de la progression du nombre de ses abonnés (+5,2 millions au cours du deuxième trimestre contre +6,2 millions anticipés par l’entreprise).

Sur le plan géopolitique, les déclarations protectionnistes ont une nouvelle fois rythmé la vie des marchés financiers avec en point d’orgue les déclarations de Donald Trump vendredi. Prêt à taxer 500 milliards de biens chinois, ce dernier a également accusé la Chine et l’Union européenne de manipuler leurs monnaies. Au terme de la semaine boursière, les répliques sèches des dirigeants européens font plus que jamais planer la perspective d’une guerre commerciale totale.

Au-delà des déclarations, les effets des dernières passes d’armes entre les États-Unis et leurs alliés restent pour le moment limités puisqu’en l’état actuel des choses, l’impact sur la croissance mondiale serait selon JPMorgan de l’ordre de -0,25%.

Source : plateforme CMC Markets NEXT GENERATION.

Les rendez-vous de la semaine à venir

Les résultats des entreprises viendront rythmer cette semaine avec les publications d’Alphabet et de Ryanair dès aujourd’hui, celles d’AT&T et de Verizon communications mardi, celles de Facebook, Boeing, General Motors, Ford, Fiat Chrysler, Vodafone et Deutsche bank mercredi, Nestlé et Amazon jeudi, et celle de Twitter vendredi.

Mercredi, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker rencontrera le président américain Donald Trump à Washington pour le convaincre de faire marche arrière sur les mesures protectionnistes annoncées à l’encontre des producteurs d’automobiles européens.

La réunion jeudi de la Banque Centrale Européenne (BCE) sera l’évènement monétaire de la semaine. Selon les économistes, l’institution devrait laisser ses taux inchangés alors que son programme d’assouplissement monétaire devrait prendre fin d’ici la fin d’année.

Évolution du CFD à risque limité France 40 - Données hebdomadaires sur 2 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 20/07/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Pénalisé par les déclarations de Donald Trump, le CFD à risque limité France 40 termine la semaine en baisse de -0,99% à 5 445,76 points. Sous la résistance des 5 456 points, l’indice parisien pourrait poursuivre sa baisse en direction du support des 5250 points, puis en direction du support majeur des 5 030 points. À l’inverse, un franchissement de cette résistance des 5 456 points pourrait permettre au CFD à risque limité France 40 de rejoindre sa résistance oblique haussière de moyen terme, actuellement aux alentours des 5 650 points.

Évolution du CFD à risque limité EURUSD - Données hebdomadaires sur 3 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 20/07/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Tiraillée entre les déclarations de Donald Trump et celles de Jerome Powell, la paire EUR/USD s’offre une nouvelle semaine d’hésitation juste au-dessus du support des 1,1559. Au-dessus de ce niveau clé, la monnaie unique pourrait confirmer la figure chartiste en épaule-tête-épaule en cours de construction et rebondir en direction de la résistance des 1,2090. À l’inverse, en cas de rupture du support des 1,1559, la paire EUR/USD pourrait poursuivre sa baisse en direction du support des 1,0500.

Évolution du CFD à risque limité OR - Données journalières sur 10 mois

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 20/07/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

L’once d’or poursuit sa baisse malgré la montée des tensions commerciales. Les investisseurs pourront surveiller cette semaine le support des 1 210$ dont la rupture pourrait occasionner un passage sous le seuil psychologique des 1 200$. À l’inverse, en cas de rebond, le métal jaune pourrait revenir au contact de la résistance des 1 235$, puis se diriger en direction de la résistance suivante située à 1 282$.

 

 

Ces informations sont produites par CMC Markets. Elles présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints.