De l’anglais « to swap » (échanger), un swap ou contrat d’échange est un contrat conclu entre deux parties pour échanger une valeur contre une autre valeur.

Nous sommes en 1981 lorsque David Swensen rentre dans l’histoire de la finance en initiant le premier swap de Wall Street pour le compte de la banque Salomon Brothers. Depuis cette date, l’inventeur s’est fait un nom en gérant avec succès le fonds de l’Université de Yale, et son invention est devenue l’un des produits financiers les plus populaires des marchés financiers.

Une définition simple du swap

Comme son nom l’indique, un swap ou contrat d’échange est un contrat conclu entre deux parties pour échanger une valeur contre une autre valeur.

De par leur fonctionnement, les swaps sont des produits financiers dérivés, c’est-à-dire des produits financiers dont la valeur dépend d’un ou de plusieurs autres produits financiers appelés « sous-jacents ». Les sous-jacents utilisés dans les swaps permettent ainsi de classer les swaps en plusieurs grandes catégories : swaps de devises, swaps de risque de crédit (CDS), swaps de taux d’intérêt, swaps de matières premières, et bien d’autres.

Les objectifs d’un swap

Les swaps sont le plus souvent utilisés pour des opérations de couverture, c’est-à-dire pour des opérations financières dont l’objectif est de réduire l’exposition au risque d’une entreprise ou d’un individu.

Lors d’une opération de couverture, un produit financier volatil (a priori plus risqué) est généralement échangé contre un produit financier plus stable (a priori moins risqué). Dans le cadre d’un swap de taux, un taux variable pourra par exemple être échangé contre un taux fixe.

Plébiscités par les entreprises, les swaps (généralement hors-bilan) offrent la possibilité de modifier certaines caractéristiques des actifs financiers inscrits au bilan. Les contrats d’échange permettent ainsi aux entreprises de piloter leurs états financiers en maîtrisant avec précision les impacts comptables et fiscaux de leurs opérations.

Un exemple de swap

Imaginons qu’une entreprise emprunte 1 million de dollars au taux variable de LIBOR + 2%. Si le LIBOR est à 1%, l’entreprise paiera des intérêts au taux de 3% (1% + 2%). En revanche, si le LIBOR est à 4%, l’entreprise paiera des intérêts au taux de 6% (4% + 2%). Cette incertitude liée à la volatilité du LIBOR représente un risque pour l’entreprise ABC.

Pour se prémunir du risque de taux, l’entreprise peut donc établir un swap auprès d’une banque afin d’échanger son taux variable de LIBOR + 2% contre un taux fixe de 4,5%.

Si le LIBOR augmente significativement, l’entreprise aura effectué une « bonne opération ». Si le LIBOR baisse significativement, l’entreprise aura effectué une « mauvaise opération ».

Au vu du succès rencontré par les swaps, des produits dérivés adossés à ces contrats d’échange ont peu à peu vu le jour, les plus célèbres d’entre eux étant les options sur swaps ou swaptions.

Pour bien comprendre le marché des swaps de taux d’intérêt et de leurs produits dérivés, il est essentiel de bien comprendre le marché des taux d’intérêt et des différents taux de référence.