Alors que l’or noir évolue sur ses plus hauts niveaux depuis 2014, l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP) et la Russie se réunissaient vendredi à Vienne afin d’endiguer la flambée des prix. Dans le but de mettre un terme à une tendance haussière vieille de 4 ans sur le marché du pétrole, l’accord signé lors de cette 174ième rencontre permettra aux pays signataires d’augmenter leur production pour atteindre 1 million de barils par jour.

Troisième pays exportateur, l’Iran aura tenté en vain de dénoncer jusqu’au dernier moment les pressions exercées par les États-Unis dont le président avait évoqué une hausse « artificielle » des prix du pétrole. En fin de semaine et malgré l’annonce de cet accord, le baril de Brent terminait en hausse de +3,13% à 75,70$.

Alors que la Grèce s’apprête à sortir de son plan d’aide le 20 août prochain, l’accord sur la dette grecque a finalement été adopté. Près d’une centaine de milliards d’euros de dette voient ainsi leur échéance reportée de 10 ans. Initialement prévu pour 2023, le premier remboursement aura donc finalement lieu en 2033. Tout en prudence, le Fonds Monétaire International (FMI) s’est félicité de cet accord tout en conservant quelques réserves sur la soutenabilité de la dette grecque sur le long terme.

Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, la zone euro a également pu compter en fin de semaine passée sur de bons Indices des Prix à la Production (IPP), en hausse au mois de juin pour la première fois depuis 5 mois. L’économie de la zone euro en décélération au cours des derniers mois pourrait donc repartir de l’avant.

Malgré ces bonnes nouvelles, la guerre commerciale déclenchée par les États-Unis reste cependant toujours présente en toile de fond. Dernier exemple en date, vendredi, Donald Trump menaçait de nouveau l’Union européenne en annonçant sa volonté de mettre en place une taxe de 20% sur la production automobile du Vieux Continent.

Source : plateforme CMC Markets NEXT GENERATION.

Cette semaine, les investisseurs pourront suivre mercredi les déclarations du président de la Banque d’Angleterre Mark Carney. À l’occasion d’une conférence de presse très attendue. Ce dernier pourrait clarifier les informations délivrées lors de la dernière réunion de politique monétaire, une réunion au cours de laquelle les investisseurs avaient été surpris par la politique de resserrement monétaire annoncée.

Jeudi, les pays de l’Union européenne se réuniront pour l’un des rendez-vous les plus importants de l’année. Mise à l’épreuve par le Brexit, la guerre commerciale et les dernières élections italiennes, l’union des pays membres devra se faire autour du projet de construction commun, de la question migratoire, ou encore de la position commerciale commune vis-à-vis des États-Unis.

Vendredi, les chiffres de l’inflation américaine viendront clôturer la semaine boursière, puis ce sera au tour des élections mexicaines de clôturer la semaine calendaire. Le président sortant Enrique Peña Nieto ne pouvant pas se présenter pour un troisième mandat consécutif, le candidat de gauche, favori des sondages, Andrés Manuel López Obrador pourrait lui succéder en devançant le centriste Ricardo Analya. Quelle que soit l’issue du scrutin, le vainqueur de l’élection aura fort à faire pour maintenir le peso mexicain à flot face au dollar.

Évolution du CFD à risque limité France 40 - Données hebdomadaires sur 2 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 22/06/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Au terme d’une semaine compliquée et malgré son rebond de vendredi, l’indice parisien n’est pas parvenu à préserver le support des 5 370 points. Si la rupture de ce niveau venait à se confirmer l’indice pourrait enregistrer une nouvelle impulsion baissière en direction du support suivant situé à 5 030 points. À l’inverse, en cas de réintégration de ce niveau clé, l’indice parisien pourrait repartir de l’avant en direction de sa résistance oblique haussière.

Évolution du CFD à risque limité EURUSD - Données hebdomadaires sur 3 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 22/06/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

D’un point de vue chartiste, les prix ont amorcé la construction d’une figure en épaule-tête-épaule. Grâce à la préservation du support des 1,1560, la paire EUR/USD pourrait donc repartir de l’avant en direction de la résistance des 1,2090. En cas de rupture du support, le scénario serait alors invalidé, et la monnaie unique pourrait alors se déprécier davantage face au billet vert et rejoindre les plus bas testés en 2017.

Évolution du CFD à risque limité OR - Données journalières sur 7 mois

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 22/06/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

L’once d’or poursuit sa baisse suite à la sortie par le bas du triangle de consolidation. Malgré la création d’un support de court terme sur le niveau des 1 260$, l’or jaune pourrait poursuivre sa baisse en direction des 1 235$. En cas de rebond, la résistance des 1 282$, puis celle des 1 306$ seront à surveiller. Dans le contexte actuel, seule une réintégration de cet ancien support situé à 1 306$ pourrait invalider le scénario en cours.

 

Ces informations sont produites par CMC Markets. Elles présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints.