Le marché des monnaies (auquel il faut désormais ajouter le marché des crypto-monnaies) figure au rang des terrains de jeu privilégiés des spéculateurs. Cependant, les stratégies mises en place par les spéculateurs particuliers se contentent souvent de miser sur la hausse ou la baisse d’une devise par rapport à une autre. Il existe toutefois une autre façon de spéculer sur le marché des changes : le carry trade.

Qu’est-ce que le carry trade ?

Plutôt que de miser sur l’appréciation ou la dépréciation d’une devise par rapport à une autre, le carry trade permet de profiter des écarts de rendements entre zones monétaires.

Dans un premier temps, le spéculateur s’endette dans une devise à faible taux d’intérêt, puis dans un deuxième temps, il place les fonds empruntés dans une autre devise dont le taux d’intérêt est supérieur. La devise d’emprunt est appelée devise de funding, et la devise de placement est appelée devise de carry.

Plus le différentiel de taux d’intérêt est élevé entre la devise de funding et la devise de carry, plus l’opération est rentable pour le spéculateur qui perçoit des intérêts d’un montant supérieur aux intérêts qu’il doit payer à son emprunteur. Attention cependant, contrairement à une opération d&rsquo arbitrage où le spéculateur peut réaliser un profit sans risque, les opérations de carry trade exposent le spéculateur à un risque non négligeable.

En effet, en cas de dépréciation trop forte de la devise de carry face à la devise de funding, les gains obtenus grâce au différentiel de taux d’intérêt sont effacés par la dévaluation du placement effectué en devises de carry.

Un exemple de carry trade sur devises

Pour illustrer le fonctionnement d’une opération de carry trade sur devises, prenons un exemple avec des taux d’intérêt fictifs aux États-Unis et en Europe. Supposons que le taux de change EUR/USD soit de 1,20, et que le taux d’intérêt européen soit de 1% contre un taux américain de 4%.

Voici l’opération de carry trade sur devises que peut réaliser un trader :

1 - Dans un premier temps, le trader emprunte 100 000€ en Europe au taux de 1%.
2 - Puis il convertit ces 100 000€ en dollars au taux de 1,20, il obtient donc 120 000$ (100 000 x 1,20).
3 - Il place ensuite ces 120 000$ au taux de 4% sur le marché américain.
4 - Désormais, chaque année, le trader perçoit des intérêts américains à hauteur de 4% de 120 000$ (soit 4 800$), et paye des intérêts européens à hauteur de 1% de 100 000€ (soit 1 000€). Convertis au taux de 1,20, les 4 800$ dollars perçus correspondent à 4000€.  taux de change constant, le trader réalise donc une plus-value de 4 000€ – 1 000€ = 3 000€.

Attention cependant, en cas de dépréciation du dollar face à l’euro, ces 3 000€ de gains peuvent vite diminuer. En effet, si le taux de change augmente, les 3 000€ de gains réalisés grâce au différentiel de taux d’intérêt seront détruits petit à petit par la perte en capital liée à la hausse de l’EUR/USD. En cas d’appréciation trop forte de l’euro face au dollar, l’opération peut donc tout à fait se solder par une perte pour le trader.

USD/JPY, un carry trade célèbre

L’un des exemples les plus cités date de la fin 2006. À cette époque, les taux d’intérêt japonais étaient de l’ordre de 0,7% et les taux américains de l’ordre de 5%. De nombreux spéculateurs ont donc saisi cette opportunité en empruntant à 0,7% en yens pour placer à 5% en dollars. Le gain réalisé grâce au différentiel de taux d’intérêt aurait certes pu être annulé par l’appréciation du yen face au dollar, mais lors de cette période, la Banque du Japon intervenait sur le marché des changes pour affaiblir la valeur du yen et favoriser ses entreprises exportatrices. Cette situation a donc été exploitée avec succès par un grand nombre d’acteurs particuliers et professionnels à l’époque.

Le carry trade des banques commerciales

L’opération de carry trade sur devises (currency carry trade) exposée dans cet article s’appuie sur les mêmes leviers que ceux utilisés par le secteur bancaire traditionnel. En effet, lorsque votre banque utilise l’argent déposé sur votre Livret A (0,75%) pour prêter à plus long terme à un taux plus élevé, elle effectue elle aussi une opération de carry trade, mais sans le risque lié à la volatilité des taux de change. Lorsque la courbe des taux est ascendante et que les banques centrales maintiennent des taux directeurs peu élevés sur le court-terme, cette configuration s’avère donc particulièrement favorable pour le secteur bancaire.

Ces informations sont produites par CMC Markets. Elles présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints.