Les obligations permettent aux entreprises d’emprunter de l’argent auprès des marchés financiers, elles ont le statut de titres de créances négociables. Toutes les obligations n’ont cependant pas la même durée de vie, le même niveau de risque, ni le même fonctionnement. Voici quelques rappels des termes techniques utilisés pour établir le profil complet d’une obligation.

La maturité, durée de vie d’une obligation

La « date de naissance » d’une obligation est appelée date d’émission. Elle correspond à la date à laquelle le titre est émis par l’emprunteur sur le marché primaire en échange de fonds. Tout au long de sa vie, une obligation pourra alors être échangée entre investisseurs sur le marché secondaire, jusqu’à l’atteinte de la date de remboursement finale appelée date d’échéance.

Toutes choses égales par ailleurs, plus la durée de vie d’une obligation (maturité) sera longue, plus le risque de défaut de l’emprunteur sera élevé, et plus les marchés demanderont un taux d’intérêt élevé pour compenser ce risque de non remboursement de leur investissement.

NB : Certaines obligations dites « perpétuelles » n’ont pas de date d’échéance.

Nominal et intérêts

Le nominal ou principal, également appelé valeur faciale de l’obligation, correspond au montant emprunté pour chaque obligation émise par l’emprunteur. La valeur nominale d’une obligation multipliée par le nombre d’obligations émises correspond donc à la somme totale empruntée.

Pour chaque obligation, l’emprunteur doit rembourser le nominal mais également les intérêts associés à son emprunt. Pour ce faire, certaines obligations effectuent des versements intermédiaires (avant l’échéance) : les coupons.

En revanche, d’autres obligations n’effectuent pas de versements intermédiaires, elles remboursent leur principal et payent leurs intérêts lors de l’arrivée à échéance, ces obligations sont dites « zéro-coupon ».

Le taux d’intérêt versé par une obligation peut être défini de façon fixe dès l’émission du titre, ou bien être variable et conditionné aux fluctuations d’un autre paramètre tel que l’inflation.

Prix d’émission, prix de remboursement, cours de l’obligation

Le prix d’émission d’une obligation correspond au prix auquel l’action est émise par l’emprunteur sur le marché primaire.

Le prix de remboursement correspond au prix auquel est remboursé le titre lors de son arrivée à échéance. Afin de rendre l’opération plus attractive pour les investisseurs, il n’est pas rare que ce prix soit supérieur au prix d’émission de l’obligation.

Enfin, le cours de l’obligation correspond au prix auquel le titre est échangé entre investisseurs sur le marché secondaire.

Maturité, duration et sensibilité

La maturité d’une obligation correspond à la durée séparant la date d’émission et la date d’échéance. Ce terme ne doit pas être confondu avec la duration d’une obligation qui correspond à la période au terme de laquelle la rentabilité de l’obligation n’est plus affectée par les variations de taux d’intérêt.

Enfin, la sensibilité d’une obligation permet d’évaluer l’exposition d’une obligation aux variations de taux d’intérêt. Elle se calcule en prenant l’inverse de la duration.

Vous voilà armé(e) de quelques repères utiles afin de mieux comprendre le monde obligataire et son jargon technique !