La BCE passe à l’action, l’OCDE s’inquiète, et Theresa May prépare une semaine cruciale, découvrez notre résumé de l’information financière pour cette semaine du 11 mars 2019.

La BCE lance une nouvelle opération de refinancement

Face au ralentissement des économies de la zone euro, la Banque centrale européenne opte pour une politique monétaire plus accommodante. Jeudi, à l’occasion de sa conférence de presse, son président Mario Draghi a ainsi annoncé que les taux directeurs de la BCE ne remonteraient pas avant 2020. Dans le but de « garantir des conditions de prêts favorables », l’institution monétaire européenne a également fait le choix de lancer une troisième salve d’opérations trimestrielles de refinancements ciblés de long terme (TLTRO) à compter de septembre et jusqu’en mars 2021.

A priori positive pour les marchés boursiers, cette nouvelle traduit également le pessimisme de la Banque centrale européenne quant aux perspectives de croissance, ces dernières étant désormais de +1,1% pour l’année 2019 contre +1,9% auparavant. Dans la foulée de cette annonce, de nombreux investisseurs ont ainsi fait le choix de prendre une partie de leurs bénéfices.

L’OCDE revoit ses prévisions de croissance à la baisse

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) signale un ralentissement économique marqué en Asie et en Europe. Ramenée à +3,3% pour 2019 et +3,4% en 2020, la croissance du produit intérieur brut mondial sera plus faible qu’anticipée.

Premières victimes de la guerre commerciale, les économies exportatrices telles que l’Allemagne sont les plus touchées avec une prévision de croissance 2019 revue fortement à la baisse à +1% contre +1,7% auparavant. D’ordinaire prudente, l’OCDE sort donc de sa réserve pour mettre en garde, sans les nommer, les gouvernements impliqués dans le désordre économique actuel, qu’il s’agisse des États-Unis et de la Chine avec leur guerre commerciale, ou du Royaume-Uni et de l’Europe avec le Brexit.

Brexit, la semaine de la dernière chance ?

Au terme de près de deux ans de négociations acharnées et à quelques jours seulement de la date butoir du 29 mars, la délicate question du Brexit n’est pas encore tranchée entre Londres et Bruxelles. Le nouveau vote prévu ce mardi au Parlement britannique pourrait bien projeter le Royaume-Uni dans l’inconnu le plus total en cas de rejet du texte négocié par Theresa May.

Alors que les conservateurs souhaitent conditionner le vote du texte au départ de la Première ministre britannique, cette dernière poursuit les négociations de dernières minutes. Au centre de l’attention, le « filet de sécurité irlandais » concentre toujours l’essentiel des dé bats.

Source : plateforme CMC Markets NEXT GENERATION.

Cette semaine, au-delà du vote du Parlement britannique prévu ce mardi, les marchés pourraient également avoir à suivre deux autres votes organisés dans le cadre du Brexit en cas de nouveau rejet de l’accord de divorce. Mercredi d’abord, pour déterminer si le Royaume-Uni souhaite sortir de l’Union européenne sans accord. Puis jeudi, pour déterminer si la date du 29 mars doit être repoussée ou non.

Outre-Atlantique, le président Donald Trump devrait dévoiler dès aujourd’hui son budget pour le premier semestre 2020 avant qu’une série de statistiques américaines viennent éclairer davantage la situation de l’économie américaine tout au long de la semaine.

Sur le front monétaire enfin, la Banque centrale du Japon débutera sa réunion de politique monétaire vendredi. Dans la lignée de la BCE, l’institution japonaise devrait maintenir ses taux directeurs inchangés.

 

Évolution du CFD à risque limité France 40 - Données hebdomadaires sur 3 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 08/03/2019. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

En baisse de -0 65% au cours de la semaine passée, l’indice parisien marque une pause dans son irrésistible remontée. Dans ce contexte, la correction pourrait s’amplifier en cas de rupture du support des 5 220 points. À l’inverse, en cas de reprise haussière, les cours pourraient venir tester de nouveau la résistance des 5 310 points dont le franchissement permettrait d’ouvrir la voie vers les résistances suivantes situées à 5 545 points et 5 650 points.

 

Évolution du CFD à risque limité EURUSD - Données hebdomadaires sur 3 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 08/03/2019. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

En baisse de -1,13% au cours de la semaine passée, la paire EUR/USD s’enfonce sous l’ancien support des 1,1290. Dans ce contexte, la baisse pourrait se poursuivre en direction du seuil psychologique des 1,1000 puis en direction du support suivant situé à 1,0719 afin de combler le gap laissé béant au printemps dernier. À l’inverse, en cas de rebond, les cours pourraient venir tenter de réintégrer le niveau clé des 1,1290.

 

Évolution du CFD à risque limité OR - Données hebdomadaires sur 2 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 08/03/2019. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

En hausse de +0,37% au cours de la semaine passée, le métal jaune rebondit légèrement. Dans ce contexte, l’once d’or pourrait franchir la résistance des 1 300$ et venir tester ses derniers points hauts situés à 1 345$, puis 1 365$. À l’inverse, en cas de reprise baissière, les cours pourraient venir tester de nouveau le support des 1 280$ dont la rupture pourrait déclencher une nouvelle impulsion baissière en direction du support suivant situé à 1 235$.

 

 

Ces informations sont produites par CMC Markets. Elles présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints.