Tensions autour de la production d’or noir, faiblesse de l’inflation en zone euro, et taux de chômage record pour les pays européens, découvrez notre résumé de l’information financière pour cette semaine du 17 juin 2019.

Tensions dans le détroit d’Ormuz

Avec l’attaque simultanée de deux tankers jeudi dernier en Mer du Golfe, les investisseurs s’inquiètent d’une possible montée des tensions entre l’Iran et les États-Unis, Washington accusant Téhéran d’avoir positionné des « mines ventouses » sur la coque des navires.

Malgré le risque de blocage du détroit d’Ormuz, par où circule près d’un tiers de la production pétrolière mondiale, les prix du baril n’ont pour l’heure pas vraiment réagi à ces nouvelles, les cours du Brent restant sous la barre symbolique des 60$.

En baisse de plus de 20% par rapport à leurs derniers plus hauts historiques, les cours du pétrole pâtissent toujours des mauvaises perspectives de la croissance économique mondiale, particulièrement affectée par la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis.

L’inflation au plus bas en zone euro

Si le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi prend bel et bien l’inflation « au sérieux » comme déclaré lors de sa dernière conférence de presse, peut-être lui faudra-t-il alors passer à l’action prochainement.

Au vu des dernières statistiques publiées par Eurostat mardi dernier, l’inflation annuelle calculée par rapport à l’évolution des prix de détail est en effet ressortie inférieure aux attentes, à +1,2% au mois de mai, contre +1,3% attendu par les analystes, et +1,7% au mois d’avril.

Avec une cible d’inflation à +2% par an, la Banque centrale européenne pourrait donc être forcée de passer à l’action avec de nouvelles actions de politiques monétaires visant à stimuler la hausse des prix pour éviter tout risque de scénario déflationniste.

Le chômage européen à son plus bas niveau depuis la crise

Cela fait près de 10 ans que l’office statistique de l’Union européenne n’avait pas annoncé un taux de chômage aussi faible. Il faut en effet remonter au mois d’août 2008 pour retrouver un taux inférieur aux 7,7% de ce mois de mars 2019.

Conforme aux attentes des analystes, cette bonne dynamique n’occulte toutefois pas complètement les faiblesses observées récemment sur des indicateurs plus avancés tels que le sentiment des investisseurs (-3,3 pour l’indice Sentix au mois de juin) ou la production industrielle (-0,5% en avril par rapport au mois de mars).

Source : plateforme CMC Markets NEXT GENERATION.

Cette semaine, les investisseurs pourront suivre l’affrontement des candidats britanniques conservateurs à la succession de Theresa May au poste de Premier ministre et à celui de président du parti, avec la tenue d’un premier vote dès mardi. Favori des sondages, l’ancien maire de Londres Boris Johnson pourrait donc être le nouveau responsable des négociations autour du Brexit.

Dans les dernières heures de son mandat, Theresa May se rendra à Bruxelles jeudi en compagnie des 26 autres leaders européens pour discuter de l’attribution des fonctions clés de l’Union européenne suites aux élections législatives.

Enfin, les investisseurs suivront bien évidemment avec attention les réunions de politique monétaire prévues cette semaine, dont celle de la Réserve fédérale américaine prévue mercredi, et celles du Royaume-Uni et du Japon prévues jeudi.

Évolution du CFD à risque limité France 40 - Données hebdomadaires sur 3 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 14/06/2019. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Stable au cours de la semaine passée (+0,07%), l’indice parisien temporise suite à son rebond sur le support des 5 150 points. Dans ce contexte, la hausse pourrait reprendre en direction des ré sistances suivantes situées à 5 600 et 5 650 points dont le franchissement permettrait au CAC 40 d’entamer une nouvelle phase d’impulsion haussière. À l’inverse, en cas de reprise baissière, l’indice parisien pourrait revenir tester le support des 5 150 points dont la rupture pourrait alors déclencher une nouvelle vague baissière en direction du support des 4 550 points.

Évolution du CFD à risque limité EURUSD - Données hebdomadaires sur 4 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 14/06/2019. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

En baisse de -1,12% au cours de la semaine passée, la paire EUR/USD préserve malgré tout le support des 1,1100. Dans ce contexte, l’impulsion haussière pourrait reprendre en direction de la résistance des 1,1430 dont le franchissement permettrait à la monnaie unique de retrouver une tendance de fond haussière face au billet vert. À l’inverse, en cas de rupture du support des 1,1100, une nouvelle impulsion baissière pourrait alors emmener les cours en direction du seuil symbolique des 1,1000.

Évolution du CFD à risque limité OR - Données hebdomadaires sur 2 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 14/06/2019. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Stable au cours de la semaine passée (+0,09%), le métal jaune marque une pause dans son ascension. Dans ce contexte, les cours pourraient tenter de s’affranchir définitivement des résistances des 1 345$ et 1 365$ afin de poursuivre leur tendance haussière. À l’inverse, en cas de reprise baissière, les cours de l’once d’or pourraient revenir tester le support des 1 265$ dont la rupture pourrait entraîner les cours en direction du support suivant situé à 1 235$.

 

 

Ces informations sont produites par CMC Markets. Elles présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints.