Pour son troisième déplacement sur la péninsule nord-coréenne, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo avait prévu de travailler sur la feuille de route à suivre pour aboutir à une « dénucléarisation complète » de la Corée du Nord. Samedi soir, après plus de 8 heures d’échanges accordées par Kim Yong-chol (bras droit de Kim Jong Un), Mike Pompeo se montrait donc satisfait des discussions menées, les qualifiant de « très productives ».

Seulement voilà, l’agence de presse nord-coréenne officielle (KCNA) n’a pas attendu longtemps avant de passer à l’offensive et de dénoncer dans la foulée des méthodes de « gangster », des demandes « unilatérales et avides », et une attitude « extrêmement » regrettable de la part des États-Unis.

Selon toute vraisemblance et malgré son succès médiatique, la rencontre du 12 juin à Singapour entre Donald Trump et Kim Jong-un n’a pas suffi à régler tous les points de désaccord. En effet, si la Corée du Nord accepte une dénucléarisation, elle refuse pour le moment que cette dernière soit complète, vérifiable, et irréversible comme le souhaiteraient les États-Unis.

Une fois de plus, la géopolitique pèse donc sur les marchés financiers à l’heure où se poursuit également la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis. Malgré tout, pour le moment, ces incertitudes n’empêchent pas l’économie américaine de tendre vers le plein emploi avec la création de 213 000 emplois au cours du mois de juin.

Plus proche du Vieux Continent mais toujours sur le terrain politique, Theresa May a profité vendredi d’une réunion pour restaurer la responsabilité collective des membres de son cabinet, serrer la bride des eurosceptiques et réaffirmer sa volonté d’une sortie en douceur du Royaume-Uni (soft-Brexit).

Dans le même temps, mais sans commune mesure, Recep Tayyip Erdogan démarrait quant à lui un nouveau mandat à la présidence de la Turquie. Réélu avec 52,6% des voix le 24 juin dernier, le président turc dispose désormais des pleins pouvoirs suite à la modification de la constitution obtenue par référendum en avril 2017. Des pleins pouvoirs qui ne suffisent pas à lutter contre l’inflation qui s’empare du pays (+15,4% e rythme annuel en juin), ni contre la dévaluation de la lire turque qui n’en finit plus de marquer de nouveaux plus bas (-20% depuis le début de l’année, à 4,68 pour un dollar).

Source : plateforme CMC Markets NEXT GENERATION.

Le président américain Donald Trump devrait annoncer dès aujourd’hui le nom du remplaçant d’Anthony Kennedy, l&rsquo un des neuf juges de la Cour suprême des États-Unis.

Mercredi, le sommet de l’Organisation du Traité de l'Atlantique nNrd (OTAN) se tiendra à Bruxelles. Les budgets militaires seront discutés à cette occasion, mais cet évènement sera surtout observé afin d’évaluer l’état des relations entre les États-Unis et leurs alliés historiques. Le même jour, dans la même ville, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et le président du Conseil européen Donald Tusk devraient entériner un accord de libre-échange avec le Japon.

Vendredi, la semaine boursière s’achèvera sur les publications trimestrielles des banques américaines avec les résultats attendus de JPMorgan Chase, Citigroup et Wells Fargo.

Évolution du CFD à risque limité France 40 - Données hebdomadaires sur 2 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 06/07/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

En hausse au cours de la semaine passée, l’indice parisien reprend contact avec le niveau clé des 5 375 points. Sous ce niveau, les cours pourraient poursuivre leur mouvement baissier en direction du support des 5 030 points. À l’inverse, en cas de dépassement de cette résistance, le CFD à risque limité France 40 pourrait repartir de l’avant en direction de la résistance oblique haussière de moyen terme.

Évolution du CFD à risque limité EURUSD - Données hebdomadaires sur 3 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 06/07/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Le scénario reste inchangé pour la monnaie unique qui poursuit son rebond face au billet vert. Actuellement dans une configuration chartiste en épaule-tête-épaule, la paire EUR/USD pourrait se diriger en direction de la résistance des 1,2090. À l’inverse, une rupture du support des 1,1560 pourrait entraîner une accélération baissière en direction des 1,0500.

Évolution du CFD à risque limité OR - Données journalières sur 12 mois

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 06/07/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Suite à la sortie par le bas de son triangle de consolidation haussier l’once d’or a poursuivi sa baisse jusqu’au support des 1 235$. Désormais au contact de ce support majeur, le métal jaune pourrait rebondir en direction de la résistance des 1 280$ au cours des prochaines séances. À l’inverse, en cas de rupture de ce niveau clé, une nouvelle phase d’impulsion baissière pourrait voir le jour.

 

 

 

Ces informations sont produites par CMC Markets. Elles présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints.