George Soros, “l'homme qui fit sauter la banque d'Angleterre”, dénonçait début janvier la bulle en cours sur les crypto-monnaies à l’occasion du Forum Économique Mondial de Davos. Avec un bitcoin en baisse de -41% depuis son annonce, le voilà désormais prêt à investir une part des 26 milliards de dollars gérés par son Family Office. Une nouvelle qui n’est pas passée inaperçue cette semaine à l’heure où les banques centrales et régulateurs du monde entier tentent d’évaluer les risques et les opportunités offertes par les technologies de registres distribués.

Plus conventionnelles, les réserves de change chinoises ont augmenté fortement au mois de mars pour atteindre 3,146 trillons de dollars. Principale cause de cette augmentation, l’appréciation du yuan se poursuit dans un marché averse au risque au sein duquel le référentiel dollar perd peu à peu de sa superbe. D’après la banque japonaise Mizuho, l’endettement massif de la Chine attendu à 260% du PIB pour l’année 2018 pourrait enfin se stabiliser.

Outre-Atlantique, les indices boursiers américains rechutaient lourdement vendredi avec des pertes respectives de 2,34%, 2,19% et 2,28% pour les indices Dow Jones Industrial Average, S&P 500 et Nasdaq Composite. Quant aux indices européens, ces derniers résistaient davantage avec un CAC 40 (-0,35%) et un DAX (-0,20%) en lé gères baisses à la veille du week-end. En cause, la médiatique guerre commerciale à laquelle se livrent les États-Unis et la Chine.

Bringuebalés par les Tweets du président américain, le marché des actions a bien tenté de se reprendre suite aux déclarations rassurantes de Larry Kudlow, conseiller économique de la Maison Blanche, mais le discours de Jerome Powell est venu interrompre cette tentative de rebond. Interrogé en fin d’intervention sur l’escalade des tensions entre Pékin et Washington, le président de la Réserve fédérale américaine a préféré remettre ce sujet à plus tard pour se concentrer sur la question de la remontée des taux. En l’état, l’institution américaine anticipe deux hausses de taux supplémentaires pour l’année 2018 afin de maîtriser les perspectives d’inflation.

Sous le feu des projecteurs, Facebook et Spotify et leurs fondateurs respectifs Mark Zuckerberg et Daniel Ek ont vécu des semaines bien différentes. Alors que le premier n’en finit plus de révéler de nouvelles brèches dans la gestion des données confidentielles de ses utilisateurs, le second voit sa société valorisée 30 milliards de dollars dès sa première semaine de cotation.

Source : plateforme CMC Markets NEXT GENERATION.

Cette semaine, les investisseurs en zone euro n’auront que peu de statistiques à suivre à l’exception de l’Indice des Prix à la Consommation (IPC) attendu jeudi à 8h45. Les dernières statistiques européennes laissent planer quelques doutes sur la vigueur de l’économie européenne au moment où la Banque Centrale Européenne s’apprête à poursuivre le resserrement de sa politique monétaire. Les marchés suivront donc davantage les statistiques en provenance d’Asie et d’Amérique du Nord la publication des indicateurs d’inflation chinois attendus mercredi et de nouveaux chiffres du chômage américain attendus vendredi.

De son côté, le Qatar s’apprête à rencontrer ses potentiels investisseurs à l’approche de sa première émission obligataire depuis plus de 2 ans. Les premières réunions devraient démarrer dès aujourd’hui aux États-Unis et à Londres.

Évolution du CFD à risque limité France 40 - Données hebdomadaires sur 2 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 06/04/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Nouvelle semaine de rebond pour l’indice parisien dans une tendance de fond baissière en place depuis le début de l’année. À la baisse, les investisseurs pourront suivre les supports des 5 030 points dont la rupture pourrait amener le marché à tester de nouveau son support annuel des 4 900 points. À la hausse, un franchissement de la résistance des 5 334 points invaliderait la tendance baissière et pourrait permettre à l’indice de revenir au contact de sa résistance oblique haussière de long terme.

Évolution du CFD à risque limité EURUSD - Données hebdomadaire sur 2 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 06/04/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Nouvelle semaine de temporisation pour la paire EUR/USD qui préserve de justesse son support oblique haussier. La tendance de fond reste haussière pour la monnaie unique face au billet vert, et seule une clôture hebdomadaire en-dessous du support des 1,2090 pourrait remettre en cause la tendance de fond en place depuis l’an dernier. À la hausse, les investisseurs pourront surveiller la résistance des 1,2520 dont le franchissement pourrait amener les cours à rejoindre rapidement le seuil psychologique des 1,2750.

Évolution du CFD à risque limité OR - Données journalières sur 7 mois

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 06/04/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Temporisation également pour le métal jaune dont les cours évoluent au sein d’un triangle de consolidation. La tendance de fond reste haussière pour l’once d’or et les investisseurs pourront surveiller la résistance oblique baissière dont le franchissement pourrait permettre une nouvelle phase d’impulsion haussière. À l’inverse, une clôture en-dessous du support des 1 306 $ invaliderait la tendance haussière en place.

 

 

Ces informations sont produites par CMC Markets. Elles présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints.