La volatilité du marché effraie les investisseurs. Les fortes fluctuations boursières, la fragilité des marchés et les grands revirements de situation sont le gage de journées agitées et de nuits sans sommeil. Pourtant, la volatilité est l’amie du trader : les marchés qui évoluent rapidement offrent des opportunités de trading plus nombreuses et plus attrayantes. Ces bénéfices potentiellement plus grands s’accompagnent de risques accrus. Dans ces conditions, les traders doivent avoir la capacité d’analyser les conditions de marché et de s'adapter aux changements. Des programmes de stimulation historiques L’histoire jugera si les grandes banques centrales ont « sauvé le monde » avec leurs programmes de stimulation monétaire sans précédent. Ces programmes ont été lancés dans le sillage de la « grande crise financière ». Leur succès ne dépend pas uniquement de l’injection massive de capitaux dans le système bancaire et de la baisse des taux d’intérêt à un niveau proche de zéro, mais aussi de la sortie de cet extraordinaire assouplissement monétaire. C’est là que réside le risque à longue échéance. Les programmes de stimulation servent à emprunter de la croissance au futur. À un certain stade cette croissance peut être remboursée, c’est-à-dire que les fonds injectés peuvent être retirés et les taux d’intérêt relevés. La crainte est que le monde soit à présent condamné à des décennies de faible croissance en attendant que la dette soit remboursée à l’égard du futur. Ce frein à la prospérité s’accompagne d’un fort risque de spirale déflationniste qui au final pourrait anéantir le cours des valeurs. C’est à la fois un scénario extrême et une possibilité réelle. Les traders qui se focalisent sur les graphiques en données horaires ne pensent généralement pas trop aux marchés des dix ou vingt prochaines années. Cependant, ceux qui gagnent de l’argent sont ceux qui se sont déjà adaptés (consciemment ou non) aux futures conditions de marché orchestrées par les banques centrales. Conditions de marché Les conditions de marché évoluent en permanence. Les graphiques de volatilité à long terme confirment que les actions conjuguées de la Réserve fédérale américaine (Fed), de la Banque populaire de Chine (BPC), de la Banque centrale européenne (BCE) et d’autres banques nationales ont jeté un froid sur les marchés. La pléthore de capitaux mis à la disposition des investisseurs et des traders a entraîné une réticence à la vente, sans pour autant insuffler la confiance nécessaire à la relance des achats. Les implications en termes de volatilité sont évidentes. Au second trimestre de 2014, la volatilité des devises et des indices a été au plus bas depuis les années 1970. En juillet, la volatilité à 60 jours de l'indice US SPX 500 a chuté à 7 % soit à son niveau le plus faible depuis le pic de 75 % enregistré pendant la grande crise financière. Cet effondrement de la volatilité est survenu au moment où toutes les banques centrales ont injecté des liquidités dans le même sens, créant une tendance mondiale unifiée qui a fait monter les cours. À présent, la Fed et la Banque d’Angleterre (BoE) prennent le chemin du retrait de leur programme tandis que la Banque Centrale Européenne (BCE), la Banque Populaire de Chine (PBOC) et la Banque du Japon (BoJ) continuent au contraire à injecter des capitaux. Par conséquent les tendances se croisent, créant des remous qui agitent considérablement les environnements de trading. Naturellement, la volatilité se trouve entraînée vers le haut. En prévision d’éventuels nouveaux changements d’orientation de la part des banques centrales, les traders devraient envisager des réponses stratégiques aussi bien dans un contexte de volatilité accrue que dans un environnement de faible volatilité. Stratégie – Trader sur des marchés de faible volatilité Une volatilité plus faible implique qu’il y a moins d’opportunités de trading et davantage de transactions infructueuses. Dans ces conditions, une erreur stratégique répandue consiste à s’essayer à de nouvelles techniques de trading ou à trader « comme on le sent ». S’écarter ainsi d’un plan de trading peut coûter très cher à long terme. Au lieu de négliger la qualité de leurs transactions, les traders devraient se demander si leurs techniques de trading peuvent s’appliquer à d’autres marchés. L'accès à plus de 10 000 instruments depuis une plateforme de trading unique donne à chaque trader la possibilité de développer son périmètre de trading. Une volatilité plus faible amène habituellement à choisir des cibles de prix plus proches, ce qui peut réduire les profits de manière générale. Il existe deux techniques pour contrebalancer cette valeur moins intéressante. La première est de placer les ordres stop loss plus près du point d’entrée de la transaction. Cette technique aide à préserver les ratios profit/risque et elle est particulièrement recommandée lorsque les traders souhaitent élargir leur univers de trading. La seconde solution est d’augmenter la taille des transactions afin de réaliser des profits plus importants à partir de fluctuations plus petites, mais cela accroît en même temps les risques de perte. Stratégie – Trader sur des marchés de forte volatilité Sur des marchés de volatilité plus élevée, il est impératif d’identifier et de saisir autant d’opportunités de trading que possible. Les traders doivent garder à l’esprit que si la gestion du risque de trading est importante en toutes circonstances, elle est particulièrement vitale sur les marchés à forte volatilité. L’oubli d’un seul ordre stop loss peut avoir de lourdes conséquences sur les fonds investis. Lorsque la volatilité augmente, il est conseillé aux traders de bien vérifier leurs techniques de gestion du risque. Cela peut se traduire par davantage d’ordres stop loss, ou par des ordres stop loss différents tels que les stop loss suiveurs ou les stop loss garantis. Les marchés à forte volatilité offrent plus d’opportunités aux traders. Pour employer l’image d’un enfant dans un magasin de bonbons, de telles conditions peuvent faire saliver et provoquer l’indécision. Une réponse rationnelle face à de multiples options est de réduire la taille de chaque transaction. Le plus souvent, les capitaux investis sur le marché augmentent mais le risque global est réduit en raison de la diversification du trading sur un plus grand nombre d’instruments. Au final de plus fortes fluctuations peuvent entraîner la hausse des profits de trading, du fait que les traders visent des gains plus ambitieux. Le côté négatif est qu’il est plus difficile de « rester dans la transaction » lorsque le contexte est tumultueux. Les traders peuvent exploiter le potentiel de gains accrus en déplaçant les ordres stop loss plus loin des points d’entrée, en s’efforçant toujours de préserver les ratios profit/risque. Par Michael McCarthy, Responsable Stratégies Marchés pour CMC Markets Australie Clients et lecteurs, n’hésitez pas à nous faire des retours sur les analyses publiées, directement sur gestionclients@cmcmarkets.fr Les informations fournies présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication. Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les performances passées d’un investissement donné ne garantissent pas ses performances futures.Les observations, analyses et conclusions présentées sont basées sur des données graphiques de CMC Markets et non sur des données relatives aux instruments sous-jacents réels.CMC Markets ne pourra être tenu responsable d’une perte liée directement ou indirectement à une transaction réalisée sur la base des information fournies.Les CFD (contract for difference) sont des produits financiers complexes, à effet de levier, comportant un risque de perte supérieure au capital investi.