Sans débat ni distribution de tracts, et au terme d’une campagne pour le moins discrète, Vladimir Poutine poursuit sans surprise son chemin à la tête de la Russie. Quatre ans jour pour jour après l’annexion de la Crimée, le président russe remporte son quatrième mandat dès le premier tour avec 76,67% des suffrages exprimés (contre 63,6% en 2012).

Reconduite au pouvoir avec davantage de difficultés que son homologue russe, la chancelière allemande Angela Merkel rencontrait vendredi le président français Emmanuel Macron afin d’amorcer la réforme européenne. À quelques semaines d’un sommet majeur prévu les 28 et 29 juin prochains, le redémarrage du « moteur franco-allemand » doit permettre à l’Europe de peser davantage sur une scène internationale particulièrement agitée.

Du côté de l’hexagone, l’économie se porte mieux et les perspectives de croissance communiquées par la Banque de France (+1,8%) et l’OCDE (+2,2%) se montrent particulièrement encourageantes. Le placement de 7,49 milliards d’euros d’Obligations Assimilables au Trésor (OAT) réussi par l’Agence France Trésor ce jeudi confirme lui aussi le bon état de l’économie française. Seul bémol, la France pourrait afficher cette année le déficit budgétaire le plus élevé de la zone euro en pourcentage du PIB.

Outre-Atlantique, la confiance des consommateurs américains a atteint vendredi son plus haut niveau depuis 2004 (indice Michigan de 102 contre 99,3 attendus). Un niveau de confiance record qui n’empêchera pas la fermeture de 735 grandes surfaces Toy’R’Us sur le territoire des États-Unis. Plombé par une dette élevée, le géant mondial de la distribution de jouets subit pleinement l’essor du e-commerce.

Malgré de bonnes statistiques économiques, les investisseurs restent sur leur garde à la veille d’une semaine chargée. Sur le devant de la scène, les échanges entre la Chine et les États-Unis restent tendus. D’après la presse américaine, Donald Trump envisagerait de nouvelles taxes afin de cibler 60 milliards d’importations supplémentaires, mais également de nouvelles mesures restrictives à l’encontre des visas et des investissements chinois.

Source : plateforme CMC Markets NEXT GENERATION.

Dès aujourd’hui, l’Assemblée nationale populaire chinoise devrait nommer le successeur de Zhou Xiaochuan à la tête de la Banque populaire de Chine. Suite à la réélection à l’unanimité du président Xi Jinping pour un mandat présidentiel infini, la deuxième économie mondiale a également fait le choix de créer un « super-régulateur » financier et d’étendre les prérogatives de sa banque centrale. Jusqu’ici réservé aux régulateurs, le pouvoir d’établir de nouvelles lois et règlementations financières fera désormais partie des prérogatives de la Banque populaire de Chine.

Mardi, les banquiers centraux et les ministres des Finances du G20 présenteront le compte-rendu de leurs discussions. Si la problématique des crypto-monnaies devait être discutée lors de cette rencontre à Buenos Aires, la politique protectionniste de Donald Trump devrait selon toute évidence lui voler la vedette. Les premières mesures annoncées sur l’acier et l’aluminium devraient entrer en application dès vendredi avec une taxation de 25% pour l’acier et de 10% pour l’aluminium. Alors que la Chine et l’Europe ont fait le choix de riposter au risque d’emmener le commerce international dans une guerre commerciale mondiale, d’autres pays espèrent encore passer entre les gouttes en recourant à des négociations bilatérales.

Mercredi, Jerome Powell présidera sa première réunion à la tête du FOMC. D’après les analystes, la Réserve fédérale américaine pourrait profiter de cette opportunité pour remonter son taux directeur de 1,5% à 1,75%. Alors que 3 hausses de taux étaient attendues en décembre pour l’année 2018, ce chiffre pourrait être porté à 4 par les membres du FOMC.

Jeudi, alors que l’inflation britannique évolue toujours au-dessus des objectifs de la Banque d’Angleterre, cette dernière pourrait préparer les marchés financiers à une hausse des taux pour le mois de mai. Sur cette même journée, les PMI en zone euro et les chiffres du chômage américain seront également suivis de très près par les investisseurs.

Évolution du CFD à risque limité France 40 - Données hebdomadaires sur 2 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 16/03/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Scénario inchangé pour l’indice parisien qui poursuit son évolution au sein du canal formé par sa résistance des 5 335 points et par son support des 5 105 points. La tendance de fonds reste baissière suite au décrochage de l’indice début février. Seule une clôture hebdomadaire au-dessus de la résistance des 5 335 points pourrait venir remettre en cause la tendance en cours. À la baisse, une cassure des 5 105 point pourrait emmener le CFD à risque limité France 40 en direction des 4 900 points.

Évolution du CFD à risque limité EURUSD - Données hebdomadaires sur 3 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 16/03/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Malgré une nouvelle semaine de consolidation sur la paire EUR/USD, la tendance de fonds reste à l’appréciation de la monnaie unique face au billet vert. À la hausse, un franchissement de la résistance majeure des 1,2520 pourrait entraîner une nouvelle impulsion haussière en direction des 1,2750. À l’inverse, une rupture du support des 1,2090 pourrait invalider la tendance haussière en cours et ramener la paire EUR/USD vers le seuil psychologique des 1,1750.

Évolution du CFD à risque limité OR - Données journalières sur 7 mois

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 16/03/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

La tendance de fonds reste haussière sur le métal jaune malgré la phase de correction en cours depuis plusieurs semaines. Au-dessus du support des 1 300$, l’once d’or pourrait repartir en direction de la résistance des 1 356$ dont le franchissement pourrait ouvrir la voie en direction du seuil psychologique des 1 400$. À l’inverse, une clôture hebdomadaire en-dessous du support des 1 300$ pourrait invalider la tendance haussière en cours.

Ces informations sont produites par CMC Markets. Elles présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints.