Tout juste dégradée par l’agence de notation Moody’s, la dette italienne pourrait rejoindre la catégorie spéculative en cas de nouvelle dévaluation. Heureusement pour Rome, en l’état actuel des choses, la perspective « stable » assortie à la note « Baa3 » indique qu’aucun changement supplémentaire n’est prévu pour les 6 prochains mois.

Sous la pression du marché obligataire, Luigi di Maio et Matteo Salvini, leaders de la coalition au pouvoir, insistent sur leur volonté de rester au sein de la zone euro. Pourtant, jusqu’ici, cette volonté de rassurer les investisseurs n’a pas suffi à satisfaire la Commission européenne, très critique vis-à-vis du budget italien. En hausse de tout juste +0,1% au cours du troisième trimestre, l’économie italienne peine toujours à rassurer sur sa capacité à réduire un déficit équivalant à 130% de son produit intérieur brut. Le premier ministre Giuseppe Conte aura donc fort à faire aujourd’hui pour convaincre Bruxelles.

À en juger par la relative stabilité des taux espagnols et portugais, l’Italie reste pour le moment un cas isolé. Pour l’heure, l’autre sujet sensible de l’Union européenne est à chercher du côté du Brexit.

Au point mort, les discussions entre Londres et Bruxelles semblent s’acheminer vers une extension de la période de transition afin de laisser le temps aux deux protagonistes de négocier un accord commercial, jugé nécessaire à la résolution de la question irlandaise. Si cette nouvelle agace les partisans d’un Brexit dur, elle redonne aussi espoir à ses opposants. Ce samedi, 700 000 britanniques défilaient dans les rues de Londres pour réclamer l’organisation d’un second référendum.

Sur la scène géopolitique internationale, les tensions entre l’Arabie saoudite et les États-Unis restent au premier plan suite à la mort de Jamal Khasoggi. 650 millions de dollars auraient déjà quitté le marché des actions saoudien depuis le début de la crise.

Source : plateforme CMC Markets NEXT GENERATION.

En ce début de semaine, l’Italie met à contribution ses dernières heures pour répondre aux interrogations de la Commission européenne au sujet de son budget 2019. Dans le même temps, le Conseiller à la sécurité national américain John Bolton se rend à Moscou pour négocier avec la Russie. Annoncé ce weekend par le président Donald Trump, le retrait des États-Unis d’un accord nucléaire signé en fin de Guerre Froide sera au cœur des discussions.

Mardi, l’Arabie saoudite accueillera le « Davos du désert ». Dans un contexte agité, marqué par le désistement de plusieurs personnalités et partenaires, l’évènement cherchera à apaiser les tensions attisées par la mort du journaliste Jamal Khasoggi.

Sur le front de la microéconomie, les publications d’entreprise se poursuivront avec les résultats de Caterpillar, McDonald’s et Verizon mardi, celles de Barclays, Ford, Microsoft, et Visa mercredi, et celle d’Amazon jeudi.

Du côté des banques centrales, les investisseurs attendront avec impatience la publication du Livre beige de la Réserve fédérale américaine ainsi que la réunion de la Banque centrale européenne prévue jeudi. Si l’institution devrait maintenir la sortie de son programme de rachat d’actifs, certains investisseurs espèrent un discours plus accommodant en réponse aux difficultés rencontrées sur le cas italien.

La semaine se terminera sur une note plus politique avec les élections présidentielles irlandaises vendredi et les élections brésiliennes dimanche.

Évolution du CFD à risque limité France 40 - Données hebdomadaires sur 2 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 19/10/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

En baisse de -0,22% au cours de la semaine passée, l’indice parisien se rapproche du support des 5 030 points. En cas de rupture de ce niveau clé, la baisse pourrait se poursuivre jusqu’au support suivant situé à 4 900 point. À l’inverse, en cas de reprise reprise haussière, le CFD à risque limité France 40 pourrait chercher à reprendre contact avec son ancien support des 5 245 points qui pourrait désormais faire office de résistance.

Évolution du CFD à risque limité EURUSD - Données hebdomadaires sur 3 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 19/10//2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

En baisse de -0,39% au cours de la semaine passée, la paire EUR/USD poursuit ses oscillations autour des 1,1500. Dans cette situation, les investisseurs pourront surveiller le support des 1,1290 dont la rupture pourrait entraîner les cours à la baisse en direction du niveau symbolique des 1,1000. À l’inverse, en cas de rebond, les investisseurs pourront surveiller la résistance des 1,1800 dont le franchissement pourrait permettre à la monnaie unique de retrouver une tendance de fonds haussière face au billet vert.

Évolution du CFD à risque limité OR - Données hebdomadaires sur 2 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 19/10/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

En hausse de +0,72% au cours de la semaine passée, le métal jaune poursuit son impulsion haussière. Dans cette situation, la hausse pourrait se poursuivre en direction des prochaines résistances situées à 1 235$ et 1 305$. À l’inverse, en cas de rupture du support des 1 180$, la tentative de rebond pourrait être neutralisée et la baisse pourrait reprendre en direction du support majeur situé à 1 125$.

 

 

 

Ces informations sont produites par CMC Markets. Elles présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas ré alisés ou atteints.