Réunis ce vendredi à Washington en marge des assemblées de Printemps du Fonds Monétaire International (FMI) et de la Banque mondiale, les ministres des Finances du G20 ont fait leur possible pour faire plier les États-Unis sur leur projet de taxes douanières, et l’espoir pourrait bien renaître.

Malgré une nouvelle dénonciation des pratiques commerciales « déloyales » chinoises à l’occasion de cette rencontre, le secrétaire au trésor américain Steven Mnuchin a tout de même annoncé samedi une visite en terres chinoises afin de dénouer les différents entre Washington et Pékin. L’heure reste cependant à la prudence, car faute d’accord lors de cette prochaine rencontre, la croissance mondiale pourrait être la première victime du conflit protectionniste. D’après la Banque de France, une hausse de 10% des droits de douane au niveau mondial pourrait représenter jusqu’à 2% de croissance en moins pour le PIB mondial.

De moins en moins affecté par le feuilleton des tensions protectionnistes entre les États-Unis et le reste du monde, l’indice parisien s’est offert une quatrième semaine de hausse consécutive avec une performance hebdomadaire de +1,8%. Les traces de la correction attribuée aux craintes sur l’inflation américaine s’estompent donc peu à peu malgré les nouveaux records battus par les taux d’emprunt américains. Tout proche des 2,96% vendredi, le taux à 10 ans évolue actuellement sur des points hauts vieux de plus de 4 ans (janvier 2014). Avec une probabilité de plus en plus élevée d’observer quatre hausses des taux de la Réserve fédérale américaine en 2018 (probabilité estimée à 33% par Bloomberg), l’ère des taux bas semble bel et bien révolue outre-Atlantique.

Or, si Donald Trump misait en grande partie sur sa réforme fiscale pour soutenir l’économie américaine malgré la remontée des taux, la hausse du pétrole pourrait bien venir remettre en cause les plans de l’administration américaine. Dans une nouvelle série de Tweet, le Président américain a donc choisi de dénoncer l’OPEP et les prix « artificiellement très hauts » du pétrole.

Du côté des actions, les valeurs technologiques américaines ont une nouvelle fois souffert la semaine passée suite aux déclarations de Taiwan Semiconductor Manufacturing. Parmi les premiers fournisseurs d’Apple, l’industriel taiwanais évoquait jeudi une « faible demande » pour ses composants. Déjà sanctionnée jeudi (-2,8%), l’action Apple reculait de nouveau vendredi en clôture (-4,1%).

Source : plateforme CMC Markets NEXT GENERATION.

Cette semaine, les investisseurs suivront avec attention les résultats des valeurs technologiques américaines. Maison mère de Google, Alphabet publiera dès aujourd’hui ses résultats trimestriels ce sera ensuite au tour de Facebook mercredi, puis à celui d’Amazon et de Microsoft jeudi. Dans la foulée du scandale Cambridge Analytica, les investisseurs s’attarderont tout particulièrement sur les résultats du réseau social américain afin de mesurer l’impact de la campagne #DeleteFacebook.

Emmanuel Macron et Angela Merkel se rendront cette semaine à Washington afin de rencontrer Donald Trump. Temporairement épargnée par les taxes américaines sur l’aluminium et l’acier, l’Europe souhaite s’assurer de la pérennité de cette exemption, d’autant que la zone euro reste indirectement exposée aux mesures prises à l’encontre de la Russie. Les derniers évènements militaires en Syrie devraient également être discutés.

Jeudi, la Banque Centrale Européenne (BCE) se réunira de nouveau à Frankfort. Alors que la croissance en zone euro montre quelques signes de ralentissement et que le climat des affaires se dégrade, la fin de certaines mesures clefs attendue pour décembre pourrait être reportée.

Vendredi, le Président sud-coréen Moon Jae-in et le leader nord-coréen Kim Jong Un tenteront de trouver un accord afin de formaliser la fin de la Guerre de Corée (1950-53). Soutenue par le Président américain Donald Trump, cette rencontre devrait avoir lieu dans la zone démilitarisée située entre les deux pays.

Évolution du CFD à risque limité France 40 - Données hebdomadaires sur 2 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 23/04/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Le rebond de l’indice CAC 40 se poursuit pour la quatrième semaine consécutive avec une nouvelle hausse hebdomadaire de +1,8%. Franchie au cours de la semaine passée, la résistance des 5 335 points pourrait désormais faire office de support et les investisseurs pourraient viser une poursuite du mouvement haussier en direction de la résistance oblique haussière de long terme et des points hauts annuels. À l’inverse, une clôture hebdomadaire en-dessous des 5 030 points pourrait signer le départ d’une nouvelle impulsion baissière.

Évolution du CFD à risque limité EURUSD - Données hebdomadaires sur 3 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 23/04/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

La volatilité diminue et le mouvement de consolidation se poursuit sur la paire EUR/USD. Toujours en tendance haussière, la monnaie unique pourrait rejoindre le seuil psychologique des 1,2750 en cas de franchissement de la résistance des 1,2520. À l’inverse, une clôture hebdomadaire en-dessous du support des 1,2092 pourrait invalider la tendance haussière en cours.

Évolution du CFD à risque limité OR - Données journalières sur 7 mois

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 23/04/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Malgré un nouveau test de sa résistance oblique baissière, l’once d’or reste enfermée dans son triangle de consolidation. En cas de franchissement de la résistance, l’once d’or pourrait rapidement rejoindre le seuil psychologique des 1 400$. À l’inverse, en cas de clôture au-dessous du support des 1 306$, la tendance haussière actuellement en place sur le métal jaune pourrait être invalidée.

 

Ces informations sont produites par CMC Markets. Elles présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints.