Brexit oblige, les risques qui planent au-dessus des bourses européennes pourraient continuer à déstabiliser les marchés au cours des prochaines semaines. À moins que l’intervention des banques centrales et de bonnes statistiques américaines ne viennent rassurer des investisseurs fébriles. Les conséquences potentielles du Brexit agitent les marchés et attisent logiquement la nervosité des investisseurs. Depuis août 2015, nous sommes entrés dans un marché baissier en Europe qui connaît des périodes de stress plus ou moins marquées. À court terme, l’aversion au risque est remontée (hausse de l’or et du yen, baisse des marchés actions) sans que l’on puisse parler de véritable peur. Il n’y a pas de situation de krach dans la mesure où la baisse des indices européens de lundi à mercredi a suivi et annulé une partie de la hausse de la semaine précédente. Cependant, les investisseurs doivent bien avoir à l’esprit les risques qui pèsent actuellement, comme une épée de Damoclès, au-dessus des marchés : le pétrole commence à vaciller sous les 50 dollars, les valeurs bancaires sont reparties en forte baisse. Une inquiétude qui concerne en particulier les banques italiennes. Le système bancaire italien est très vulnérable en raison de son exposition à des créances douteuses massives. La Banca Monte dei Paschi di Siena (BMPS), troisième banque italienne et plus vieil établissement bancaire au monde encore en activité, a vu son titre chuter de plus de 45% depuis le 23 juin. Pour endiguer cette décrue boursière, les autorités ont été amenées à prononcer l’interdiction de vente à découvert sur les valeurs bancaires comme en 2008 mais ce type de mesures a une efficacité limitée. En attendant, l’incertitude liée au Brexit a déjà entraîné le gel de plusieurs fonds exposés à l’immobilier britannique, soulignant la gravité potentielle de la situation créée par les résultats du référendum. Ainsi, Standard Life lundi ; Aviva Investment et M&G mardi ; Henderson Global Investors, Columbia Threadneedle et Canada Life mercredi ont décidé de geler leurs transactions sur leurs fonds immobiliers. Le gel des avoirs de ces fonds intervient dans un contexte de bulle. Les prix de l’immobilier à Londres se sont envolés au cours des dernières années. Depuis 2007, les prix ont augmenté en moyenne de 36% dans la capitale britannique contre une hausse de 18% dans la capitale française mais la crainte du Brexit pourrait marquer un coup d’arrêt spectaculaire à la frénésie spéculative qui s’est emparée du marché londonien. Les marchés attendent des actes Dans ce contexte, à quelles lueurs d’espoirs se raccrocher ? Les investisseurs seront peut-être tentés de tester la zone de support des 3 900 / 4 000 points pour le CAC 40 au cours des prochaines séances. La baisse des indices boursiers européens, si elle se poursuit, devrait pousser les banques centrales à intervenir. Ces dernières restent un facteur de soutien malgré la réduction des marges de manœuvre depuis le lancement du Quantitative Easing (QE) par la BCE au premier trimestre 2015. Ceci étant, les marchés attendent des actes et pas seulement des paroles rassurantes. Une augmentation du QE pourrait être décidée cette année si les indices enfoncent leurs supports actuels (sous 3 900 points pour le CAC 40). Autre motif d’espoir, les dernières statistiques en provenance des États-Unis (confiance des consommateurs, ISM manufacturier) ont été particulièrement bonnes. Si les chiffres mensuels de l’emploi aux États-Unis qui seront publiés vendredi sont bien orientés (créations supérieures à 150 000 postes), ils pourraient également constituer un catalyseur appréciable pour les marchés alors que la saison des résultats trimestriels des entreprises américaines va commencer dans une dizaine de jours. Par Nicolas Chéron, Stratégiste pour CMC Markets Suivez moi sur Twitter : @NCheron_CMC - Egalement @CMCMarkets_FR Clients et lecteurs, n’hésitez pas à nous faire des retours sur les analyses publiées, directement sur gestionclients@cmcmarkets.fr Les informations fournies présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication. Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC Markets ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints. Les performances passées d’un investissement donné ne garantissent pas ses performances futures.Sauf avis contraire, les observations, analyses et conclusions présentées sont basées sur des données graphiques de CMC Markets et non sur des données relatives aux instruments sous-jacents réels.CMC Markets ne pourra être tenu responsable d’une perte liée directement ou indirectement à une transaction réalisée sur la base des information fournies.Les CFD (contract for difference) sont des produits financiers complexes, à effet de levier, comportant un risque de perte supérieure au capital investi.Les produits binaires (y compris les Countdowns) sont des produits financiers complexes comportant un fort risque de perte en capital, vous pouvez perdre la totalité de votre investissement.