Les poissons d’avril n’ont pas manqué ce week-end, mais la palme de l’audace revient une fois de plus à Elon Musk. Alors que Tesla a perdu près de 22% de sa capitalisation boursière au mois de mars, l’entrepreneur a pris un malin plaisir à annoncer la fausse faillite de son entreprise sur Twitter. Si personne n’est vraiment tombé dans le panneau, la blague du patron de Tesla n’a pas suffi à redonner le sourire aux investisseurs de la firme américaine, toujours confrontée à d’importants problèmes de production (-5,14% lundi).

Autre entreprise dans la tourmente, Amazon.com subit à son tour le courroux du président Donald Trump. La menace d’un durcissement de la politique fiscale américaine et de l’arrivée de lois antitrust pèsent sur le cours de l’action américaine (-5,21% lundi).

Au-delà des difficultés rencontrées par ses valeurs vedettes, l’indice NASDAQ (-2,74% lundi), doit également digérer les représailles chinoises annoncées hier à l’encontre d’une centaine de biens américains, une réponse directe aux barrières douanières imposées par le président américain sur l’aluminium et l’acier. Alors que les indices boursiers mondiaux ont connu leur pire trimestre depuis 2015, les investisseurs entament donc le deuxième trimestre sur la défensive.

Sur le marché des actions, le rapport de force entre l’Europe et les États-Unis semble désormais à l’avantage du Vieux Continent. Outre-Atlantique, les investisseurs s’inquiètent des faiblesses structurelles suite à la récente réforme fiscale, mais en Europe, malgré quelques signes de ralentissement, la croissance reste exceptionnelle avec un PIB du premier trimestre qui devrait se situer aux alentours des 2,5%.

Du côté des devises, le yen recule de nouveau suite à la publication d’un sondage favorable au Premier ministre japonais Shinzo Abe. La production industrielle mensuelle de l’île rebondit de +4,1% suite à sa mauvaise performance de janvier (-6,8%).

Le won sud-coréen profite quant à lui du réchauffement des relations entre le Nord et le Sud. Un réchauffement également en cours entre les États-Unis et la Russie, puisque d’après le Kremlin, Donald Trump aurait convié Vladimir Poutine à venir le rencontrer au sein de la Maison Blanche.

Source : plateforme CMC Markets NEXT GENERATION.

Cette semaine, les investisseurs suivront mercredi les minutes du FOMC ainsi que plusieurs interventions des représentants de la Réserve fédérale américaine, dont celle du président Jerome Powell attendue pour vendredi.

Du côté des statistiques économiques, les investisseurs se préparent à vivre une semaine chargée. Ces derniers se montreront particulièrement attentifs à la publication des chiffres du chômage américain. Les analystes s’attendent en effet à une nouvelle baisse du taux de chômage qui pourrait atteindre son plus bas niveau depuis 2000.

En Europe, au-delà des grèves susceptibles de pénaliser l’économie française dans la durée, les investisseurs pourront suivre dès aujourd’hui l’introduction en bourse de Spotify. La valorisation du média musical suédois pourrait atteindre les 25 milliards d’euros.

Sur la scène politique, les discussions pourraient reprendre cette semaine dans le cadre de la renégociation du Traité de libre-échange nord-américain (Aléna). Les sources en provenance de Washington font état d’une rencontre prévue le 8 avril, mais les échanges pourraient bien démarrer dès les prochaines heures entre négociateurs américains, canadiens et mexicains.

Évolution du CFD à risque limité France 40 - Données hebdomadaire sur 2 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 02/04/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

L’indice parisien poursuit son mouvement de temporisation suite à la vague baissière déclenchée début février. À la baisse, les investisseurs pourront surveiller le support des 5 030 points, puis celui des 4 900 points. À l’inverse, une remontée des cours au-dessus de la résistance des 5 335 points pourrait invalider la tendance baissière en cours sur le CFD à risque limité France 40.

Évolution du CFD à risque limité EURUSD - Données hebdomadaire sur 3 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 02/04/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Scénario inchangé pour la paire EUR/USD qui poursuit son mouvement de consolidation au-dessus de son support oblique haussier. Au-dessus du support des 1,2090, la paire pourrait retourner tester sa résistance des 1,2520. En cas de franchissement, elle pourrait alors se diriger en direction du seuil psychologique des 1,2750. À l’inverse, une clôture en-dessous du support des 1,2090 pourrait venir remettre en cause la tendance de fonds haussière en place depuis début 2017.

Évolution du CFD à risque limité OR - Données journalières sur 8 mois

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 02/04/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Le métal jaune poursuit son évolution entre le support des 1 307$ et la résistance des 1 356$. Suite à l’impulsion de décembre dernier, la tendance reste haussière sur l’once d’or qui pourrait revenir au contact de sa résistance, puis tester le seuil psychologique des 1 400$ en cas de franchissement. À l’inverse, la tendance haussière serait remise en cause en cas de clôture hebdomadaire sous le niveau des 1300$.

Ces informations sont produites par CMC Markets. Elles présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints.