Le taux de refinancement, principal taux directeur de la BCE

Pour mener à bien sa mission, la Banque centrale européenne (BCE) pilote trois grands taux d’intérêt, dont le fameux taux des opérations principales de refinancement.

Avant chaque réunion de politique monétaire, les investisseurs s’interrogent et spéculent. La Banque centrale européenne va-t-elle abaisser ses taux, va-t-elle les monter, ou va-t-elle les laisser inchangés ? Et pour cause, ces taux directeurs ont un impact direct sur le système économique et financier. Afin de mieux comprendre les instruments monétaires des banques centrales, découvrons donc ensemble le principal taux directeur de l’institution de Frankfort : le taux de refinancement.

Qu’est-ce que le taux de refinancement ?

Le taux des opérations principales de refinancement (taux « refi ») correspond au taux d’intérêt plancher auquel les banques peuvent emprunter des fonds auprès de la Banque centrale européenne pour une durée d’une semaine.

Fixé toutes les 6 semaines à l’occasion des réunions de politique monétaire de l’institution, ce taux est l’équivalent du taux repo de la Réserve fédérale américaine. Il ne doit toutefois pas être confondu avec le taux de la facilité de prêt marginal correspondant au taux d’intérêt des prêts d’une durée de vingt-quatre heures, ni avec le taux d’intérêt de la facilité de dépôt correspondant quant à lui au taux d’intérêt auquel les dépôts sont rémunérés (lorsque ce taux est positif).

Les sommes accordées par la BCE dans le cadre de ces opérations de refinancement sont bien des prêts en bonne et due forme. Pour en bénéficier, les banques doivent donc apporter les garanties nécessaires, et une fois souscrits, ces prêts doivent bel et bien être remboursés.

Les impacts du taux de refinancement sur les marchés

Le taux de refinancement influe directement sur les taux d’intérêt du marché interbancaires, ainsi que sur les taux des crédits accordés aux entreprises et aux ménages. Cet effet en cascade permet donc à la BCE de contrôler l’offre de crédit.

Lors des phases d’expansion où l’économie aurait tendance à surchauffer, le taux de refinancement peut être augmenté afin d’inciter les banques à réorienter leurs fonds vers la BCE, et de réduire ainsi l’offre de crédit. À l’inverse, lors des phases de contraction où l’économie et en difficulté, le taux de refinancement peut être abaissé afin de permettre aux banques d’emprunter davantage auprès de la BCE, et d’augmenter ainsi l’offre de crédit.

Une hausse inattendue de ce taux d’intérêt s’apparente à une mauvaise nouvelle pour les marchés boursiers, mais il traduit toutefois la confiance de la BCE à propos des perspectives économiques. À l’inverse, une baisse inattendue s’apparente quant à elle à une bonne nouvelle pour les marchés, mais cela peut aussi révéler les craintes de la BCE à propos de l’avenir économique de la zone euro.

Quoiqu’il en soit, les rendez-vous des banques centrales sont toujours des moments cruciaux et particulièrement volatiles lors d’une séance de Trading. En tant qu’investisseur, il est donc préférable de suivre avec la plus grande attention l’évolution du taux des opérations principales de refinancement.

 

 

Ces informations sont produites par CMC Markets. Elles présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints.