1,3 milliards de dollars de capitalisation réduits en fumée par un simple tweet, le moins que l’on puisse dire, c’est que les influenceurs font une entrée remarquée dans la vie des marchés financiers ! Partagé sur le réseau social Twitter et amplifié par ses 24,5 millions de followers, les états d’âme de Kylie Jenner auraient-il désormais plus d’impact sur la Story boursière du réseau social Snapchat que l’avis des analystes professionnels ? Si la question mérite d’être posée, la baisse du titre de la maison-mère Snap Inc. jeudi (-6,1%) n’a pas empêché son CEO Evan Spiegel d’intégrer le top des chefs d’entreprises les mieux payés de 2017 grâce aux 636,6 millions de dollars d’actions récupérés lors de l’introduction en bourse de son entreprise le 2 mars dernier.

Caractéristique de la surréaction permanente des marchés financiers dépeinte par le président de la Banque fédérale de Minneapolis Neel Kashkari sur le plateau de Bloomberg, cette fébrilité des investisseurs ne semble pourtant pas inquiéter les Banques Centrales bien résolues à poursuivre leur remontée des taux.

En effet, rédigées fin janvier et publiées mercredi, les minutes de la FED mercredi ont souligné cette semaine la bonne tendance de l’économie et sa capacité à supporter de nouvelles hausses de taux d’intérêt cette année. La prochaine hausse pourrait donc intervenir dès le mois de mars à l’heure où les marchés se préparent à encaisser trois hausses de taux sur l’année, voire davantage. Comme à leur habitude, les précautions oratoires destinées à rassurer les marchés financiers n’étaient cependant pas bien loin, et le Vice-président Randal Quarles insistait en fin de semaine sur le caractère graduel de la normalisation amorcée par la Réserve fédérale américaine.

Écourtée par le Jour des Présidents et historique pour le marché obligataire américain avec 258 milliards de dollars de dettes émis en 4 jours, la semaine passée s’est donc traduite par un rebond des indices boursiers et une légère détente des taux obligataires (2,866% pour le 10 ans américain vendredi en clôture).

Source : plateforme CMC Markets NEXT GENERATION.

En Allemagne, Angela Merkel dévoilait hier les noms des ministres qui formeront le prochain gouvernement de coalition entre la CDU et le SPD. Si la chancelière se maintient au pouvoir, le succès n’est que très relatif tant les concessions sont nombreuses, à commencer par la nomination de son ennemi politique Jens Spahn au ministère de la Santé.

Cette semaine, la politique européenne occupera à nouveau le devant de la scène avec les élections générales italiennes prévues ce dimanche. Alors que de violentes manifestations entre militants de l’extrême droite, militants antifascistes et forces de l’ordre ont semé le trouble dans la capitale italienne, les investisseurs suivront de près la lutte entre les deux droites italiennes, celle de la Ligue du Nord, représentée par Matteo Salvini, et celle de Forza Italia, représentée par l’inépuisable Silvio Berlusconi.

Toujours en zone euro, une pluie de statistiques se chargera de rythmer le marché tout au long de la semaine et dès mardi avec la publication de l’indice de confiance des consommateurs européens et de l’indice des prix à la consommation en Allemagne.

Outre-Atlantique, au-delà des nombreuses statistiques économiques, les investisseurs suivront attentivement la première intervention officielle de Jerome Powell en tant que Président de la Réserve fédérale américaine. Initialement prévue mercredi mais avancée à mardi, cette première session de questions sera l’occasion pour les investisseurs d’évaluer la propension du successeur de Janet Yellet à tolérer une baisse du marché actions.

Mercredi, à l’heure où même le géant BP anticipe un déclin de la part réservée à l’or noir dans le mix énergétique mondial, les investisseurs suivront l’émission du rapport hebdomadaire dédié à l’état des stocks de pétrole. Alors que cette énergie pourrait ne plus représenter que 25% de la consommation d’énergie mondiale à l’horizon 2035 selon l’économiste de la major britannique, son marché reste en proie à de profondes mutations. Si le Venezuela bénéficie de l’attention médiatique du moment grâce au lancement de la première devise crypto-pétrolière : le pétro, c’est bel et bien du côté de la Chine, premier importateur de pétrole brut mondial, que se joue l’avenir du marché du pétrole avec le lancement en mars de contrats à terme côtés en yuans à la Bourse internationale de l’énergie de Shanghai.

Évolution du CFD à risque limité France 40 - Données hebdomadaires sur 2 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 23/02/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Deuxième semaine de rebond pour l’indice parisien qui termine la semaine au contact de sa résistance des 5 336 points. En cas de franchissement de cette résistance, le rebond pourrait se poursuivre jusqu’à la reprise de contact avec l’ancien support oblique haussier cassé en début de mois et actuellement aux alentours des 5 450 points. Sous le niveau des 5 336 points, le CAC 40 reste toutefois vulnérable et exposé à une nouvelle vague de correction qui pourrait le ramener en direction de son support majeur des 4 900 points.

Évolution du CFD à risque limité EURUSD - Données hebdomadaire sur 11 mois

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 23/02/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Nouvelle semaine de temporisation pour la paire EUR/USD qui poursuit sa consolidation sous la résistance majeure des 1,2520 tout en préservant sa tendance de fond haussière. En cas de franchissement des 1,2520, la monnaie unique pourrait poursuivre sa tendance haussière en direction du seuil psychologique des 1,2750. À l’inverse, en cas de rupture du niveau des 1,2100 la tendance haussière en cours pourrait être invalidée.

Évolution du CFD à risque limité OR - Données journalières sur 8 mois

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 23/02/2018. Performances nettes Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Le métal jaune termine la semaine au contact de son support oblique haussier formé par l’impulsion haussière en place depuis décembre 2017. La tendance de fond de l’once d’or reste donc haussière en dépit de la correction en place depuis quelques jours. À la hausse, les cours pourraient revenir au contact de la résistance des 1 357$. À l’inverse, en cas de rupture des 1 320$, l’once d’or pourrait rapidement rejoindre son support des 1 306$.

 

Ces informations sont produites par CMC Markets. Elles présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints.