Après le lancement d’un plan de soutien historique, au bonheur des investisseurs, par la BCE (taux directeur abaissé à 0%, hausse du montant du programme d’achats d’actifs, de 60 à 80 milliards d’euros par mois, nouveaux programmes de refinancement à long terme des banques…), quelle position va adopter la Réserve Fédérale américaine lors de son comité de politique monétaire ? Si nous nous fions à l’évolution des indicateurs conjoncturels américains, mais aussi à celle des risques exogènes et globaux, la banque centrale américaine est dans une situation plus confortable que son homologue européenne. En effet, les récents chiffres de l’emploi américain (242 000 emplois créés en février, contre 185 000 anticipés initialement) confortent la robustesse de l’économie outre-Atlantique, tandis que l’inflation n’est pas si éloignée des objectifs de la banque centrale. À près de 1,5%, le taux d’inflation est d’ailleurs aux antipodes du niveau qui prévaut en zone euro. Sur le plan microéconomique, les sociétés américaines ont enregistré des résultats de bonne facture, puisque 76% des résultats bénéficiaires annoncés à l’échelle du S&P 500 se sont révélés supérieurs aux attentes. Quant aux risques systémiques exogènes qui préoccupaient encore Janet Yellen il n’y a pas si longtemps, comme les turbulences de marché en Chine, le ralentissement économique des pays émergents ou la chute vertigineuse des prix pétroliers, ils se sont apaisés. L’économie chinoise semble s’être stabilisée. Les marchés actions émergents ont rebondi de 12% depuis un mois (Indice MSCI Emerging Markets), tandis que le cours du pétrole fait preuve de résistance, autour de 40 USD pour le baril de Brent. À court terme tout au moins, le tableau s’est donc significativement éclairci par rapport au tout début d’année. Pas de hausse des taux directeurs… mais la communication de la FED sera passée au peigne fin Dans ces conditions, la banque centrale bénéficie d’une meilleure visibilité et Janet Yellen devrait confirmer les bonnes perspectives économiques américaines. Les mots du Gouverneur et les termes employés dans le communiqué de la FED auront leur importance. Il y a très peu de chances que la FED annonce un mouvement des taux directeurs en mars. Toutefois, les observateurs analyseront le choix des mots utilisés et, surtout, ce qu’ils traduisent en terme de probabilité d’une hausse des taux lors de la réunion monétaire du mois de juin. Mais attention, l’exercice de style reste néanmoins délicat. Il s’agira de rassurer, de garder le cap, mais sans excès de confiance. Car paradoxalement, un discours perçu comme trop optimiste pourrait potentiellement favoriser une nouvelle hausse du dollar, dont on connait les effets pénalisants à terme pour la compétitivité à l’export des entreprises américaines. Et pour regarder un peu plus loin que la réunion de la FED, la tournure des prochaines échéances électorales américaines pourrait influencer le sentiment économique outre-Atlantique. Pour les observateurs financiers, le scénario d’un duel Hilary Clinton - Donald Trump dans la course à la Maison Blanche (scénario qui se dessine de plus en plus), n’est pas le plus souhaitable pour le moral des agents économiques ! Par Nicolas Chéron, Stratégiste pour CMC Markets Suivez moi sur Twitter : @NCheron_CMC - Egalement @CMCMarkets_FR Clients et lecteurs, n’hésitez pas à nous faire des retours sur les analyses publiées, directement sur gestionclients@cmcmarkets.fr Les informations fournies présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication. Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC Markets ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints. Les performances passées d’un investissement donné ne garantissent pas ses performances futures.Sauf avis contraire, les observations, analyses et conclusions présentées sont basées sur des données graphiques de CMC Markets et non sur des données relatives aux instruments sous-jacents réels.CMC Markets ne pourra être tenu responsable d’une perte liée directement ou indirectement à une transaction réalisée sur la base des information fournies.Les CFD (contract for difference) sont des produits financiers complexes, à effet de levier, comportant un risque de perte supérieure au capital investi.Les produits binaires (y compris les Countdowns) sont des produits financiers complexes comportant un fort risque de perte en capital, vous pouvez perdre la totalité de votre investissement.