Le premier tour des élections françaises étant passé, un sentiment de soulagement semble avoir envahi les marchés Lundi dernier, la plupart des produits marquant dès l’ouverture une forte hausse ou forte baisse, selon qu’ils soient des actifs risqués ou plutôt des valeurs refuges.

 

En attendant le second tour de l’élection présidentielle, il convient désormais de définir si la hausse que nous avons connue la semaine passée sur les indices par exemple est due à l’achat par les marchés de la victoire potentielle d’Emmanuel Macron seulement, ou si les fondamentaux nous permettent de penser qu’une tendance haussière se poursuit.

Afin de faire un tour complet des marchés, nous allons ici analyser différents produits de classes d’actifs tels que les indices, les matières premières et les paires de devises.

Évolution du CFD à risque limité sur DAX – Données journalières

Source : CMC Markets, Plateforme Next Generation au 27/04/2017. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Depuis le point bas touché en Février 2017, quelques semaines après l’investiture de Donald Trump, les marchés n’ont cessé de monter, basés sur des données économiques qui s’améliorent, telles que les PMI, les indices de confiance des consommateurs et des marchés de l&rsquo emploi meilleurs que prévu. Mais l’incertitude du premier tour de l’élection française a permis aux vendeurs de se positionner sur le DAX qui a touché le bas du canal le 20 Avril à 12 000 points. L’aversion au risque et les valeurs refuges telles que l’or ou le yen étaient alors privilégiées par les investisseurs.  L’indice allemand se trouve aujourd’hui toujours dans ce canal haussier et travaille désormais le niveau des 12 530 points, qu’il pourrait franchir s’il poursuivait sa hausse. Si le DAX était amené à baisser, il pourrait franchir les 12 120 points voire les 12 100 points et nous pourrions alors parler de retournement de tendance. Une légère consolidation au-dessus des 12 000 points pourrait en effet être possible après le gap que nous avons connu lundi, mais cela ne changerait pas fondamentalement la tendance.

 

Évolution du CFD à risque limité sur Pétrole WTI – Données journalières

Source : CMC Markets, Plateforme Next Generation au 27/04/2017. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

 

Le pétrole, de son côté, a connu une forte baisse depuis le 19 Avril, lors de la parution des stocks de pétrole brut. Ce ne sont pas tellement les stocks de pétrole qui ont fait baisser son prix, mais plutôt les stocks d’essence, car étant assez élevés ils ont mis en évidence de sérieuses réserves et une diminution de la demande, ce qui a eu pour conséquence une chute du prix du baril.

La configuration actuelle nous laisse penser que le prix du baril de pétrole pourrait encore chuter s’il passait en dessous de son support à 47,8$ à court terme, mais resterait dans sa tendance haussière s’il rebondissait sur ce même niveau. Les stocks de pétrole brut qui ont été annoncés Mercredi dernier n’ont fait qu’enfoncer le prix de l’or noir qui se situe désormais autour des 48$. Dans l’optique d’un rebond du pétrole et d’une tendance haussière, il semble que les pays de l’OPEP soient enclins à poursuivre la diminution des stocks de pétrole, ce qui pourrait faire rebondir les cours du pétrole et peut-être permettre au pétrole WTI de revenir vers les 50$ voire les 55$, point dont nous nous approchions en Février dernier. Nous devrons pour cela suivre avec la plus grande attention la prochaine réunion des pays de l’OPEP prévue le 25 mai prochain à Vienne (Autriche).

 

Évolution du CFD à risque limité sur EUR/USD – Données journalières

Source : CMC Markets, Plateforme Next Generation au 27/04/2017. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

L’euro a également profité du résultat de l’élection présidentielle pour gagner du terrain face au dollar, même s’il est connu de tous que Donald Trump souhaite voir un dollar faible.

De plus, un relèvement des taux à court ou moyen terme, ou tout assouplissement du Quantitative Easing (QE) de la Banque Centrale Européenne (BCE) bénéficierait à la monnaie unique, vis-à-vis du dollar.
Depuis le début de l’année, l’euro est passé de 1,0338 à 1,0890 et pourrait donc continuer son ascension et revenir vers des niveaux que nous avions vu avant l’élection de Donald Trump, le dollar ayant beaucoup profité à l’époque de l’élection de son nouveau Président pour se renforcer contre la plupart des devises. Dans cette tendance haussière, il semble que le niveau des 1,0950 soit clé, la dernière réunion de la BCE ayant poussé l’euro/dollar jusqu’à 1,0930 mais n’ayant pas parvenu à le faire monter jusqu’au niveau des 1,0950. La réunion de la BCE de jeudi dernier a laissé les taux inchangés mais Mario Draghi s’est montré plus optimiste sur les perspectives de croissance dans la zone euro, tout en indiquant maintenir son objectif d’inflation à 2% avant de songer à modifier le taux directeur.

 

Si le dollar venait à se renforcer dans les semaines qui viennent, alors nous devrons surveiller le niveau des 1,0650 pour sortir de la tendance haussière de ces derniers mois, et nous pourrions ensuite viser les 1,0338, point bas de Janvier 2017.

 

SEMAINE PROCHAINE

Calendrier économique de la semaine du 1er Mai 2017 au 5 Mai 2017

Source : CMC Markets Plateforme NEXT GENERATION au 27/04/2017.

 

Cette semaine sera marquée par la publication des PMI industriels qui seront dévoilés dans de nombreux pays, des stocks de pétrole et des Non-Farm Payrolls.

Il y a eu notamment dès ce matin l’annonce du PMI industriel en France, en Allemagne, en Europe et au Royaume-Uni. L’Europe dévoilera également son taux de chômage, qui était de 9,5% précédemment.

Dans la journée de Mercredi, la plupart des données économiques viendront des États-Unis .
Nous retrouverons comme chaque Mercredi, les stocks de pétrole brut et d’essence, l’enquête ISM-Non-Manufacturier et surtout la décision de la Réserve fédérale sur son taux directeur.

Jeudi 4 Mai, le PMI européen sera dévoilé, ainsi que la balance commerciale canadienne. Les États-Unis dévoileront également les demandes d’allocation chômage hebdomadaires ainsi que le total des commandes industrielles.

Enfin, Vendredi 5 Mai sera marqué par le chiffre tant attendu des « Non-Farm Payrolls », la prévision étant de 180K alors que pour la période précédente le chiffre était de 98K, ce qui indiquerait une hausse de l’emploi dans le secteur non-agricole. Enfin, nous aurons le taux de chômage aux États-Unis et au Canada.

 

 

« Transaction de CFD à risque limité, produit dérivé complexe avec effet de levier assortis automatiquement et de façon inhérente d’un mécanisme de protection permettant de limiter la perte éventuelle au montant investi lors de l’ouverture de la position. Les frais de négociation liés à la position ne sont pas inclus dans le montant initial investi. Le montant de la perte potentielle s’entend hors frais de négociation. Ces produits ne sont pas adaptés à tous les clients. Assurez-vous de bien comprendre les risques et demandez les conseils d'un tiers indépendant si nécessaire. Ils sont destinés à des investisseurs avisés, pouvant surveiller leurs positions de façon continue et ayant les moyens financiers de supporter un risque de perte en capital. Ces produits sont liés à des actifs sous-jacents extrêmement variés. Ils présentent des risques spécifiques qui peuvent varier grandement d’un produit à l’autre, par exemple s’agissant de la rapidité des variations de cours ou en matière de liquidité. Vous ne disposez d’aucun droit sur les actifs sous-jacents.

Les outils et fonctionnalités présentés ont un caractère purement informatif et ne constituent pas un conseil en investissement. Ils ne doivent pas constituer la base de vos décisions d’investissement. »