Première banque américaine, J.P. Morgan ouvrait vendredi la saison des résultats trimestriels aux États-Unis avec la publication d’un résultat net en hausse de 35% à 8,7 milliards de dollars. Cette bonne publication favorisée par la remontée des taux d’intérêt et la réforme fiscale américaine n’est toutefois pas parvenue à satisfaire les attentes d’investisseurs particulièrement exigeants. Avec une baisse de -2,71%, cette valeur bancaire signait vendredi la pire performance du Dow Jones Industrial Average. Victime elle aussi de la nervosité des investisseurs, mais cette fois du côté des valeurs technologiques du Nasdaq, l’action Dropbox chutait quant à elle de 9,83% suite à la recommandation à la vente émise par le courtier Instinet.

Dans un marché déjà fortement valorisé, la moindre déception est sanctionnée et la moindre incertitude devient vite source de volatilité. Toujours sur le devant de la scène, les tensions géopolitiques continuent d’agiter les indices boursiers, qu’il s’agisse des tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis, ou des tensions militaires autour de la Syrie.

Alors que les États-Unis annonçaient vendredi disposer d’éléments capables de prouver « avec un niveau de certitude élevé » qu’une attaque à l’arme chimique a bien été perpétrée dans la région de Douma, le pétrole profitait de ce contexte pour battre des records vieux de quatre ans. Pétrole Brut léger et Pétrole Brent ont ainsi clôturé vendredi avec des hausses hebdomadaires respectives de 8,40% et 8%. Cette bonne dynamique de l’or noir pourrait bien se poursuivre d’après l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE). L’institution a en effet maintenu vendredi sa prévision de demande de pétrole pour l’année 2018, une bonne nouvelle qui s’ajoute à la forte baisse des stocks mondiaux.

Du côté du marché obligataire, le rendement américain à 10 ans est repassé sous 2,83%. Eric Rosengren, président du bureau de la Réserve fédérale de Boston, et son scénario d’une hausse des taux accélérée avec au moins trois interventions supplémentaires cette année n’ont donc pas trop pesé sur le marché obligataire.

Source : plateforme CMC Markets NEXT GENERATION.

Dès aujourd’hui, le Commonwealth se réunira à Londres, une opportunité pour le Royaume-Uni qui devrait chercher à renforcer ses relations commerciales avec 51 de ses partenaires afin de préparer son avenir post-Brexit.

Le Fond Monétaire International (FMI) et la Banque mondiale se réuniront également cette semaine et devraient aborder l’escalade protectionniste entre la Chine et les États-Unis. L’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) ayant mis en garde la Chine et les États-Unis jeudi par l’intermédiaire de son Directeur Général Roberto Azevêdo, la pression s’accroît peu à peu sur les deux géants de l’économie mondiale. Les turbulences générées par l’escalade protectionniste pourraient en effet remettre en cause la reprise des échanges commerciaux mondiaux, des échanges qui avaient connu en 2017 une année particulièrement faste (la meilleure depuis 2011) avec une hausse de +4,7%.

Les publications des résultats trimestriels se poursuivront également cette semaine en France et aux États-Unis avec trois publications particulièrement attendues du côté du secteur bancaire américain, celles de Bank of America aujourd’hui, de Goldman Sachs demain et de Morgan Stanley mercredi.

Mardi, le discours d’Emmanuel Macron devant le parlement européen sera suivi de près par les marchés financiers. Les mots du président français devraient définir les grands axes des réformes voulues par la France pour améliorer l’intégration de l’Union européenne. Dans le même temps, le premier ministre japonais Shinzo Abe et le président américain Donald Trump se retrouveront en Floride afin de préparer la rencontre entre les États-Unis et la Corée du Nord actuellement prévue pour la fin du mois de mai ou le début du mois de juin.

Évolution du CFD à risque limité France 40 - Données hebdomadaires sur 2 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 16/04/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Troisième semaine de hausse consécutive pour l’indice parisien qui poursuit son rebond en direction de la résistance des 5 315 points. En cas de franchissement de cette résistance, les cours pourraient poursuivre leur ascension en direction de la résistance oblique haussière de long terme. À l’inverse, un échec sur le niveau des 5 315 points pourrait entrainer un retour sur le support des 5 030 points.

Évolution du CFD à risque limité EURUSD - Données hebdomadaire sur 3 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 16/04/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Scénario inchangé sur la paire EUR/USD qui conserve sa tendance de fond haussière mais reste en phase de consolidation. La prise d’appui sur le support oblique haussier pourrait permettre à la monnaie unique de repartir à la hausse face au billet vert avec un premier objectif à 1,2521. Le franchissement de ce niveau clef pourrait entrainer une nouvelle phase d’impulsion en direction du seuil psychologique des 1,2750. À la baisse, seule une rupture du support des 1,2090 pourrait remettre en cause la tendance en cours et ramener la paire vers de nouveaux points bas.

Évolution du CFD à risque limité OR - Données journalières sur 8 mois

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 16/04/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Malgré une tentative de franchissement de la résistance oblique baissière, le métal jaune poursuit son évolution au sein d’un triangle de consolidation dans une tendance de fond toujours haussière. En cas de franchissement de ce niveau clef actuellement situé à 1 350$, les cours pourraient entrer dans une nouvelle phase d’impulsion et rejoindre rapidement les 1 400$. À l’inverse, seule une clôture sous le support des 1 300$ pourrait venir invalider la tendance haussière en place sur l’once d’or.

 

Ces informations sont produites par CMC Markets. Elles présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints.