Décembre serait un mois particulièrement propice pour investir en bourse. Mythe ou réalité, tentons d’y voir plus clair sur cette anomalie saisonnière que serait le « rallye de fin d’année ».

De l’avis de l’écrivain américain Mark Twain, « Octobre est un mois particulièrement dangereux pour spéculer en Bourse. Mais il y en a d’autres : juillet, janvier, septembre, avril, novembre, mai, mars, juin, décembre, août et février. » Pour compléter cette déclaration pour le moins évasive, parcourons ensemble les anomalies saisonnières les plus populaires sur les marchés financiers.

Mais avant toute chose, rappelons que les performances passées ne présagent pas des performances futures. Il vous reviendra donc de vous faire votre propre avis sur ces phénomènes boursiers dont la plupart relèvent bien plus du dicton populaire que de l’analyse financière étayée !

Le rallye de fin d’année, un habillage de portefeuilles ?

Un rallye est une phase continue de hausse (rallye haussier) ou de baisse (rallye baissier) des cours de bourse, il peut concerner une valeur isolée ou l’ensemble des valeurs d’un marché.

En l’occurrence, le rallye de fin d’année désigne la supposée tendance du marché des actions à progresser au cours du mois de décembre. Plus ou moins long et plus ou moins précoce, ce mouvement commencerait dès le mois de novembre certaines années et pourrait s’achever au cours du mois de janvier.

Loin d’être systématique, ce phénomène serait particulièrement visible lors des plus belles années boursières et s’expliquerait par le comportement de certains gérants de portefeuilles.

À l’heure de présenter leurs performances à leurs clients, certains gérants préfèreraient présenter un portefeuille principalement composé des actions les plus performantes de l’année.

Pour ce faire, les actions les moins performantes des 12 derniers mois seraient vendues et les actions les plus performantes de cette même période seraient achetées. Ce comportement accentuerait donc encore un peu plus la hausse lors des belles années boursières !

« Sell in May and go away »

« Vendez en mai et partez » est un adage boursier bien connu. Il fait référence à la baisse que subiraient régulièrement les actions en mai et qui constituerait ici encore une anomalie saisonnière.

Cette baisse s’expliquerait d’abord par la confrontation des anticipations à la réalité. Si les investisseurs sont plutôt optimistes en fin d’année quant aux futurs bénéfices des sociétés, ils le sont nettement moins à l’approche des premiers résultats trimestriels, en mai.

Les dividendes étant distribués à cette période de l’année de nombreux investisseurs auraient également tendance à revendre leurs actions suite au détachement desdits dividendes.

Octobre, le pire mois pour investir en bourse ?

Le mois d’octobre est considéré comme le plus difficile de l’année pour le marché des actions, et pour cause, c’est le mois des grands krachs boursiers.

Le « jeudi noir » du 24 octobre 1929 reste le krach boursier le plus célèbre de l’histoire, le 19 octobre 1987 le Dow Jones perdait 22,6% en une seule et unique séance, et la semaine du 6 octobre 2008 la place boursière américaine reculait de nouveau de plus de 20%, autant de mauvais souvenirs toujours ancrés dans la mémoire des investisseurs...

 

Ces informations sont produites par CMC Markets. Elles présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints.