Après s’être attaqué au bois canadien et aux panneaux solaires chinois, Donald Trump a décidé cette semaine de s’attaquer aux marchés de l’acier et de l’aluminium dont les taxes douanières seront portées respectivement à 25% et 10%. Source de toutes les inquiétudes lors du Forum Économique Mondial de Davos, la guerre commerciale et ses dérives protectionnistes s’invitent donc désormais au cœur des marchés financiers.

Or, si cette dernière annonce de Donald Trump ne devrait avoir qu’un effet direct limité, ses effets indirects pourraient s’avérer beaucoup plus nocifs pour l’économie mondiale en cas de surenchère protectionniste.

Quelques heures après le tweet du Président américain, Jean-Claude Juncker annonçait déjà que l’Union européenne « ne restera pas les bras croisés lorsque l’industrie et les emplois européens seront menacés ». Selon le Président de la Commission européenne, les contre-mesures européennes prévues pour faire face à ce scénario resteront bien entendu dans le cadre fixé par l’Organisation Mondiale du Commerce, mais elles devraient suffire à limiter les pertes potentielles pour l’industrie européenne, premier producteur mondial d’acier derrière la Chine.

Portée par la perte de leadership des États-Unis sur la scène internationale, la Russie a profité du week-end pour avancer ses pions et tendre encore davantage le contexte politique international À l’occasion de son discours à la nation et deux semaines avant les élections russes prévues le 18 mars, Vladimir Poutine s’est lancé dans une véritable démonstration de force. Au lieu de s’attarder sur l’état de l’économie russe, le chef du Kremlin a préféré profiter de l’occasion pour présenter le nouvel arsenal russe, ponctuant son discours de menaces à peine voilées à l’encontre des États-Unis : « Personne ne voulait nous parler. Écoutez désormais. »

Côté européen, Angela Merkel dispose enfin d’une coalition pour gouverner suite au vote ce samedi des militants du Parti social-démocrate (SPD) qui se sont prononcés à 66% pour la coalition avec la CDU.

Source : plateforme CMC Markets NEXT GENERATION.

Cette semaine, les marchés boursiers s’efforceront d’intégrer les dernières informations concernant l’impact économique des réformes protectionnistes annoncées par les États-Unis. Cité par Donald Trump comme sa prochaine cible en cas de représailles européennes, le secteur automobile pourrait se montrer particulièrement volatil.

La zone euro (tout particulièrement la place boursière italienne) sera également au cœur de l’attention des investisseurs dès aujourd’hui au lendemain des élections législatives italiennes. Suite au coup de force réalisé par le Mouvement 5 étoiles la politique italienne s’achemine en effet une nouvelle fois vers une situation de blocage. Les négociations entre partis et les sorties médiatiques des principaux chefs de partis pourraient donc rythmer l’évolution des indices européens et de la paire EUR/USD.

Jeudi, la Banque Centrale Européenne devrait selon toute vraisemblance garder ses taux directeurs inchangés, le Conseil des gouverneurs pourrait cependant clarifier le scénario de sortie de la politique d’assouplissement monétaire.

Dans la foulée, la Banque du Japon se réunira vendredi pour décider de l’évolution de sa politique monétaire. Ce même jour, les chiffres du chômage américain seront également scrutés de prêt par les investisseurs, quelque peu échaudés par les premières interventions de Jerome Powell au cours de la semaine passée.

De façon générale, l’évolution de la volatilité et la hausse des taux d’intérêt seront encore une fois très suivies au cours de ces prochaines séances. Particulièrement efficaces au cours de ces derniers mois, certaines stratégies Low Volatility ont en effet subi de fortes pertes au cours des dernières secousses de marché. Meilleur fonds macroéconomique mondial, PruLev Global Macro Fund a par exemple enregistré une perte de 16% sur le seul mois de février. Confrontés à leurs contraintes de gestion du risque, de nombreux fonds se voient aujourd’hui contraints de réduire leur exposition au marché, et leurs sorties pourraient bien alimenter la suite du mouvement baissier.

Évolution du CFD à risque limité France 40 - Données hebdomadaires sur 2 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 02/03/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Malgré un bref passage au-dessus de la résistance des 5 335 points en tout début de semaine dernière, l’indice parisien a finalement terminé vendredi sur une performance hebdomadaire négative (-3,18%). Avec la fin du rebond technique en place au cour des deux dernières semaines de février, le CFD à risque limité France 40 confirme donc sa tendance baissière. Dans ce contexte, les investisseurs pourront surveiller le support des 5 125 points testé vendredi, puis le niveau majeur des 4 900 points dont la rupture pourrait entraîner une nouvelle vague de baisse. À l’inverse, une reprise haussière au-dessus de la résistance des 5 335 points pourrait neutraliser la baisse en cours.

Évolution du CFD à risque limité EURUSD - Données hebdomadaires sur 3 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 02/03/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

La tendance de fond reste haussière pour la paire EUR/USD qui poursuit son évolution au-dessus du support oblique haussier construit en 2017. Dans ce contexte, la résistance des 1,2520 pourrait être testée de nouveaux au cours des prochaines séances, et son franchissement pourrait ouvrir la voie en direction du seuil psychologique des 1,2750. À l’inverse, une rupture du support des 1,2090 viendrait remettre en cause ce scénario d’appréciation de la monnaie unique face au billet vert.

Évolution du CFD à risque limité OR - Données journalières sur 8 mois

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 02/03/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Nouvelle semaine de consolidation pour le métal jaune qui termine sur une légère baisse hebdomadaire (-0,37%). Malgré l’inquiétude des investisseurs, a priori favorable aux valeurs refuges, l’once d’or peine à déclencher une nouvelle phase d’impulsion haussière. Les investisseurs pourront surveiller cette semaine la résistance des 1 325$ dont le franchissement pourrait ouvrir la voie vers de nouveaux plus hauts. À l’inverse, une rupture du support des 1 305$ pourrait remettre en cause le mouvement haussier amorcé en fin d’année dernière.

 

Ces informations sont produites par CMC Markets. Elles présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints.