Comme en février dernier, la remontée des taux d’intérêt entraîne les indices boursiers à la baisse. Simple correction passagère pour les uns, début d’un cycle baissier durable pour les autres, cet accès de faiblesse se trouve amplifié par l’enlisement du conflit commercial sino-américain.

Avec une baisse hebdomadaire de -4,91%, l’indice CAC 40 enregistre sa pire performance boursière des huit derniers mois. Outre-Atlantique, la situation n’est guère meilleure avec une baisse de -4,19% de l’indice Dow Jones Industrial Average. Épargnées en début d’année, les valeurs technologiques subissent de plein fouet les prises de bénéfices des investisseurs. D’un point de vue technique, avec des baisses supérieures à 20%, Twitter, Netflix, et Facebook sont désormais en « bear market ».

Donald Trump avait choisi de mesurer ses résultats politiques à l’aune de la performance des indices boursiers. À quelques jours des élections de mi-mandat prévues le 6 novembre, pour justifier les turbulences du marché des actions, le président américain a donc une nouvelle fois décidé de s’en prendre à la Réserve fédérale américaine (FED), qui serait, selon ses termes, « devenue folle ».

Indépendante politiquement, la FED restera selon toutes vraisemblances sur sa trajectoire avec trois à quatre nouvelles hausses de taux attendues d’ici fin 2019. Toujours inférieurs à leurs niveaux d’équilibre, les taux d’intérêt de la banque centrale américaine soutiennent encore l’économie.

Réunis ce weekend en Indonésie, les pays membres du Fonds monétaire international (FMI) et les ministres des finances du G20 se sont inquiétés des tensions commerciales grandissantes entre les deux premières économies mondiales. Au-delà des conséquences négatives pour les deux belligérants, le FMI a une nouvelle fois mis en avant les dommages collatéraux subis par les pays émergeants en marge du conflit.

Du côté du Vieux continent, à l’heure de remettre son budget à la Commission européenne, le ministre de l’Économie italien Giovanni Tria persiste et signe ; l’an prochain, le déficit italien sera de 2,4% du PIB et la croissance de 1,5%. Stables pour le moment, les taux italiens attendent avec anxiété le jugement de Bruxelles et le point de vue des agences de notation Moody’s et S&P.

Source : plateforme CMC Markets NEXT GENERATION.

Pour commencer la semaine, les pays membres de l’Union européenne remettent aujourd’hui leurs budgets 2019 à la Commission européenne. Les éventuels commentaires de Bruxelles à l’égard du budget italien seront particulièrement suivis par les investisseurs.

Outre-Atlantique, la saison des résultats d’entreprise se poursuit avec les publications de Bank of America (aujourd’hui), de Goldman Sachs et Netflix (mardi) et d’Alcoa (mercredi).

Mercredi, les vingt-sept dirigeants européens se rencontreront de nouveau pour avancer sur la question du Brexit et éviter une sortie « sans accord » du Royaume-Uni. À cette heure, les négociations sont toujours dans l’impasse suite à la rencontre organisée ce weekend entre Michel Barnier et Dominic Raab.

Mercredi toujours, la Réserve fédérale américaine publiera son compte rendu de la réunion de septembre. Les investisseurs pourront décortiquer ces minutes à la recherche du moindre indice sur les intentions de la FED pour ces prochains mois.

Vendredi, les marchés découvriront les chiffres de la croissance chinoise au troisième trimestre. Les investisseurs pourront profiter de cette publication pour tenter d’évaluer l’impact de la guerre commerciale en cours entre la Chine et les États-Unis.

Évolution du CFD à risque limité France 40 - Données hebdomadaires sur 2 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 12/10/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

En baisse de -4,91% au cours de la semaine passée, l’indice parisien a brutalement cassé le support des 5 245 points patiemment construit au cours des 6 derniers mois. Dans cette situation, la baisse pourrait se poursuivre en direction du support suivant situé à 5 030 points, dont la rupture pourrait alors entraîner une nouvelle impulsion baissière en direction du support des 4 900 points. En cas de reprise haussière, le CFD à risque limité France 40 pourrait chercher à reprendre contact avec son ancien support des 5 245 points qui pourrait désormais faire office de résistance.

Évolution du CFD à risque limité EURUSD - Données hebdomadaires sur 3 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 12/10//2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

En hausse de +0,34% au cours de la semaine passée, la paire EUR/USD poursuit ses oscillations autour des 1,1500. Dans cette situation, les investisseurs pourront surveiller le support des 1,1290 dont la rupture pourrait entraîner les cours à la baisse en direction du niveau symbolique des 1,1000. À l’inverse, en cas de rebond, les investisseurs pourront surveiller la résistance des 1,1800 dont le franchissement pourrait permettre à la monnaie unique de retrouver une tendance de fonds haussière face au billet vert.

Évolution du CFD à risque limité OR - Données hebdomadaires sur 2 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 12/10/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

En hausse de +1,24% au cours de la semaine passée, le métal jaune met un terme à son impulsion baissière et retrouve des couleurs. Dans cette situation, la hausse pourrait se poursuivre en direction des prochaines résistances situées à 1 235$ et 1 305$. À l’inverse, en cas de rupture du support des 1 180$, la tentative de rebond pourrait être neutralisée et la baisse pourrait reprendre en direction du support majeur situé à 1 125$.

 

 

 

Ces informations sont produites par CMC Markets. Elles présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints.