Les élections allemandes 2017 se déroulent dans un contexte de reprise économique à l’échelle européenne. Pour mieux appréhender les programmes électoraux de chacun des partis et les principaux candidats et ainsi anticiper lesquels pourraient potentiellement tirer profit des récentes améliorations conjoncturelles, nous vous proposons de vous référer à l’article ci-dessous.

L’Union chrétienne-démocrate reste le parti le plus populaire

Même si l’alliance conservatrice entre l’Union chrétienne-démocrate (CDU) et l’Union chrétienne-sociale (CSU) a reculé dans les récentes enquêtes d’opinion, elle est encore créditée d’environ 40% des intentions de vote. Cela représente un gain de 1,5% par rapport aux élections fédérales de 2013 et une avance de 16% sur son challenger direct, le parti social-démocrate (SPD)

La croissance économique, les retraites et la cohésion sociale sont les principaux sujets qui devraient influencer le résultat des votes en faveur de l’union entre ces deux partis. En fait aucun autre sujet n’influencera davantage les votes pour la CDU que le thème de l’immigration, le parti ayant dû faire face à de nombreuses attaques de la part de ses concurrents sur sa politique migratoire « trop généreuse » durant l’été 2015.

La chancelière allemande, Angela Merkel, devra cependant faire face à des divergences de point de vue au sein même de son parti, et en particulier avec le chef de fil du CSU, Horst Seehofer qui insiste notamment sur la mise en place de quotas annuels régissant l’entrée sur le territoire allemand des migrants, ce à quoi s’oppose Angela Merkel. La chancelière pourrait opter pour une stratégie visant à jouer le sujet de l'immigration d'une manière qui rend le parti concurrent de droite, AfD, moins compétitif.

Les principaux thèmes de campagne de l’alliance CDU et CSU se concentrent sur la cohésion sociale, la croissance économique et la sécurité intérieure.

Intentions de vote volatiles pour le SPD

Les intentions de vote pour le SPD n’ont cessé de faire les montagnes russes en 2016, quand Martin Schulz a pris la direction du parti. En effet, suite à sa prise de fonction, les intentions de vote ont augmenté de 12%.  Il y a également eu des scandales bien publiés, comme les voyages d'affaires payés avec l'argent des contribuables qui ne se sont pas déroulés, plus la question des salariés surpayés, alors que M. Schulz travaillait encore pour l'UE à Bruxelles.

Pendant longtemps, Monsieur Schulz et le SPD ont très peu communiqué sur leur programme électoral. Désormais, nous savons que les thèmes de campagnes privilégiés sont ceux de la politique familiale, de l’éducation et de l’emploi. En ce qui concerne la sécurité intérieure, le SPD se concentre sur « la répression, la prévention et une sortie facile » et il pousse pour une réponse ferme face aux menaces terroristes et extrémistes. En ce qui concerne sa politique d’immigration, le SPD se concentre sur une allocation paneuropéenne des réfugiés.

FDP : un retour au Bundestag

Après sa campagne électorale 2013 décevante, le parti libéral FDP est de retour sur l’échiquier politique allemand. À l’époque il avait perdu deux tiers de ses intentions de vote, ce qui lui fit manquer l’accession au parlement allemand, une première dans l’histoire du parti. En l’état actuel des choses le parti pourrait récolter 9% des intention de vote, soit environ 4 % de plus que lors des dernières élections fédérales allemandes.

Cette bonne performance peut être attribuée à son chef de file, Monsieur Christian Lindner. Le jeune homme de 38 ans est le leader le plus jeune que le parti ait connu et cela ne l’a pas empêché de mener son parti à la victoire lors des élections de mai 2017 en Rhénanie du Nord-Westphalie. Le parti avait alors reçu 12,6% des votes, ce qui constitua le meilleur résultat dans l’État fédéral allemand. Les élections fédérales de 2017 pourraient être synonymes de retour remarquable pour le FDP.

Les thèmes de campagne du parti sont principalement axés sur l’éducation, la numérisation et la flexibilité du travail. Monsieur Lindner souhaite en effet revenir aux valeurs libérales de base de son parti. Les pierres angulaires du programme du FDP sont les orientations futures et une loi sur l’immigration plus moderne.

Die Linke (La Gauche) glisse à la quatrième place

Avec 8,8% des intentions de vote, Die Linke pourrait être le quatrième plus grand parti politique, ce qui serait une déception au vue des 11% récoltés il y a 4 ans. Dietmar Bartsch et Sahra Wagenknecht dirigent cette campagne 2017. Mme Sahra Wagenknecht a été membre du Parlement européen de 2004 à 2009, puis elle a été déléguée au Bundestag. Elle a été élue à la tête de son parti conjointement avec Monsieur Dietmar Bartsch en 2015. Elle est très présente sur les réseaux sociaux et revendique plusieurs millions d’abonnés. Quant à Monsieur Dietmar Bartsch, il souhaiterait mettre en place une coalition gouvernementale de gauche réunissant en son sein le SPD, Die Linke et le parti écologique Die Grünen

Les principaux thèmes de campagne de Die Linke sont la lutte contre la pauvreté, les salaires, la fiscalité, les loyers, la santé et l’immigration. Die Linke souhaite légaliser le cannabis et prendre ses distances avec la politique d’immigration mise en place par la chancelière.

Le parti écologique Die Grünen recule un peu

Les verts allemands du parti Die Grϋnen doivent faire face à une baisse des votes en leur faveur. Les dernières projections tablent sur environ 8% des intentions de vote, ce qui serait similaire aux résultats obtenus il y a 4 ans. Ce parti est dirigé par Katrin Göring-Eckhardt and Cem Özdemir.

Madame Katrin Göring-Eckhardt a mené notamment la dernière campagne aux élections fédérales aux côtés de Jorgen Trittin. Elle est connue pour être une femme politique verte conservatrice, axée sur des valeurs comme celles de la patrie, de la politique familiale et de la religion. Monsieur Cem Özdemir, lui, s’oppose catégoriquement à la mise en place de quotas d’immigration et à l’idée de former une coalition avec Die Linke.

L’AfD sera un grand parti d’opposition

L’AfD qui signifie « Alternative en Allemagne », a temporairement atteint les 14% des intentions de vote et ce au plus fort de la crise des réfugiés de 2015. Ces résultats sont nettement supérieurs aux 4,7% récoltés lors des dernières élections de 2013.

Ceci étant, ces résultats sont à nuancer dans la mesure où la tendance actuelle en Europe vise à offrir les clés du pouvoir à des formations pro europé ennes et il faut aussi considérer un pic temporaire dans les résultats des élections du SPD. En outre, le nombre décroissant de réfugiés sur le sol allemand prive l’AfD de son principal argument. Les sondages tablent sur environ 7 à 8% des intentions de vote.

 

 

Une volatilité de marché accrue est attendue durant la période des élections. Une volatilité accrue sous-entend des risques accrus et les spreads pourraient également s’élargir. Prenez soin de vérifier votre couverture de marge, de mettre en place un money management strict et de surveiller vos positions. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Message à caractère informatif et ne constituant pas un conseil en investissement.

CMC Markets est un fournisseur de services en régime « d’execution only ». Ce matériel (qu'il présente ou non des avis) s’entend uniquement à des fins d'information générale et ne tient pas compte de vos circonstances personnelles ou de vos objectifs. Rien dans ce matériel est (ou devrait être considéré comme) des conseils financiers, d'investissement ou autres sur lesquels la confiance devrait être accordée. Aucune opinion donnée dans le matériel ne constitue une recommandation de CMC Markets ou de l'auteur selon laquelle un investissement particulier, un titre, une transaction ou une stratégie d'investissement sont adaptés à toute personne en particulier.