Les « Junk Bonds », ces obligations à haut risque

Obligations à hauts rendements, les junks bonds s’accompagnent d’un taux de défaut élevé souvent associé aux dernières grandes crises financières. Explications.

Krach de 1987, crise de 1989, crise des valeurs internet en 2001, crise des subprimes en 2007... Les crises financières se suivent, et les junk bonds continuent à faire défaut au détriment de leurs investisseurs. Mais que cachent ces "obligations pourries" ? Pourquoi continue-t-on à investir dans des obligations ayant si mauvaise réputation ? Une mise au point s'impose.

Qu'est-ce-que les Junk Bonds ?

Une junk bond (littéralement « obligation pourrie ») est un titre de créance émis par une entreprise au profil de risque élevé et dont la solvabilité n'est pas garantie. Pour l’agence de notation Standard and Poor’s, il s’agit ainsi des entreprises ayant une note inférieure à BB. Certains investisseurs préfèrent cependant les appeler plus sobrement obligations à haut rendement (high yield bonds) ou obligations spéculatives.

Le risque est grand avec ce type d'investissement. Il est fréquent que les sociétés émettrices fassent faillite sans rembourser leurs dettes, faisant ainsi perdre de l’argent à leurs investisseurs. Pour accepter de supporter un tel niveau de risque, les investisseurs réclament donc une rémunération plus élevée. Pour répondre à cette attente, les junk bonds offrent des taux d’intérêt beaucoup plus élevés que les obligations dites investment grades. La plupart d’entre elles sont ainsi achetées dans un but spéculatif, avec des taux de rentabilité pouvant parfois atteindre les 40 %.

A quoi servent les Junk Bonds ?

Avant l'apparition des junk bonds, les entreprises incapables d'émettre des obligations bien notées devaient se financer auprès des banques, ce qui pouvait s'avérer difficile, voire impossible dans certaines situations.

Suite à la déréglementation américaine de 1975, la banque d'investissement Bear Stearns décide de lancer la première émission d’obligations à haut rendement en 1977. Au cours des années 80, la demande pour ces titres de créance atypiques ne cessera pas de croître.

Les junk bonds : responsables des crises financières ?

Depuis leur apparition en 1987, les junk bonds ont presque systématiquement été pointées du doigt des crises financières majeures. Il faut dire que l'année même de leur apparition, le marché a subi un krach au nom évocateur de « krach de la folie des junk bonds ».

Deux ans plus tard, une nouvelle crise se produisait, et les junk bonds étaient une nouvelle fois, mais dans une moindre mesure, incriminées. Lors de la bulle internet de 2001, les obligations pourries furent encore mises en cause, tout comme en 2008 lors de la crise des subprimes.

Le plus souvent pourtant, ce sont des investisseurs expérimentés au portefeuille diversifié qui optent pour de tels placements. Dans certaines situations, les sociétés ont besoin d'émettre des obligations pour lever les fonds nécessaires à leur exploitation. Sans les junk bonds, les possibilités d’emprunts auprès des banques seraient très limitées pour les sociétés, et nombre d’entre elles devraient alors baisser le rideau.

 

Ces informations sont produites par CMC Markets. Elles présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints.