Graphiques boursiers : quelle échelle choisir ?

Pour suivre l’évolution des cours d’un actif financier, le Trader peut afficher ses graphiques boursiers à l’échelle arithmétique ou à l’échelle logarithmique.

Qu’il soit un adepte d’analyse technique, d’analyse graphique, d’analyse fondamentale ou d’analyse comportementale, un Trader se doit d’analyser fréquemment l’historique des évolutions de prix, le plus souvent représenté sous forme graphique. En fonction de l’échelle choisie, les informations mises en avant ne sont toutefois pas forcément les mêmes.

L’échelle arithmétique, la plus classique

L’échelle arithmétique, aussi appelée échelle linéaire, associe une variation de prix à une graduation métrique constante (millimètre, centimètre, ...). Ainsi, pour un actif financier donné, le passage de sa valeur de 10 à 20 euros occupe la même distance graphique qu’un passage de 90 à 100 euros, puisque ces deux mouvements de prix correspondent tous deux à une variation absolue de 10 euros.

L’échelle arithmétique est la méthode spontanément utilisée par les investisseurs, notamment lors d’études de périodes courtes allant de quelques minutes à quelques mois. Pourtant, si nous reprenons notre exemple chiffré, l’écart relatif est très différent entre les deux hausses de prix : de 100 % lors du passage de 10 à 20 euros mais de seulement 11 % lors du passage de 90 à 100 euros. Pour l’investisseur, ces deux variations de prix n’ont donc pas du tout la même importance.

L’échelle arithmétique se révèle parfois inadaptée pour mesurer à leur juste valeur financière les variations des cours, notamment lorsque l’étude porte sur des tendances de long terme marquées par d’importantes variations. Dans de telles situations, l’échelle linéaire peut en effet induire un sentiment d’accélération du rythme de croissance au fil du temps, alors qu’il n’en est rien.

L’échelle logarithmique, pour une meilleure analyse du rythme de croissance

L’échelle logarithmique, parfois appelée échelle proportionnelle, se focalise sur les variations relatives (exprimées en pourcentages) et non sur les variations absolues (exprimées en unités monétaires). Ainsi, le passage de l’action de 10 à 20 euros puis de 90 à 100 euros n’aura pas des proportions identiques sur un graphique logarithmique.

Grâce à cette vision plus proportionnelle aux rythmes de croissance, l’investisseur décèle et compare plus facilement les tendances dans la durée, tout particulièrement lorsque l’étude porte sur des fluctuations de prix de grande amplitude. Avec une échelle logarithmique, il est donc possible de comparer des évolutions de marché très espacées dans le temps.

Attention néanmoins, car l’échelle logarithmique a tendance à resserrer l’amplitude de la courbe étudiée. Il est alors plus difficile d’analyser l’importance absolue des phases haussières et baissières.

Échelle arithmétique ou échelle logarithmique : laquelle choisir ?

Pour étudier les graphiques boursiers, l’échelle logarithmique est bien souvent la plus pertinente, car elle permet une meilleure lisibilité d’ensemble des rendements historiques, surtout lors d’analyses de long terme. Cela dit, à court terme, de nombreux traders lui préfèrent une échelle arithmétique afin de raisonner en valeur absolue par rapport au nombre de points ou de pips de variation.

Les courbes ne sont que des représentations et leur interprétation peut varier d’une échelle à l’autre. L’idéal serait donc d’arriver à associer l’utilisation des deux types d’échelles en fonction des analyses et des objectifs poursuivis.

 

 

Ces informations sont produites par CMC Markets. Elles présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints.