UK Parliament

Après l’annonce surprise de Theresa May le 18 Avril, annonçant la tenue d’une élection anticipée, le compte à rebours est lancé jusqu’au jour du vote et les campagnes des partis sont en cours.

Il n’y a que deux circonstances qui permettent la tenue d’une élection anticipée : un vote de non confiance dans le gouvernement, ou si les membres du Parlement votent la tenue d’une élection avec une majorité de deux tiers. En ce qui concerne le vote qui a permis cette élection anticipée, les membres du parlement ont voté à 522 contre 13 pour l’avancée de l’élection, qui devait se tenir à l’origine en 2020.

Pour tous les candidats clés, la question du Brexit va très certainement être posée pendant la période de campagne. Voici des éléments sur les candidats clés et leurs positions avant cette élection.

 

Theresa May (Conservateurs)

La Première ministre Theresa May a accédé au pouvoir après la démission de David Cameron qui a eu lieu après le référendum sur l’Union européenne. Malgré le fait qu’elle ait voté contre une sortie de l’Union européenne, la Première ministre se concentre sur le Brexit, comme le démontre le récent déclenchement de l’article 50 qu’elle a ordonné. Madame May espère que l’élection anticipée lui donnera une plus grande majorité à la Chambre des communes.

 

Jeremy Corbyn (Parti travailliste)

Chef de l’opposition et du parti travailliste, Jeremy Corbyn a récemment mis fin aux rumeurs disant que le parti travailliste pourrait inclure une promesse de tenir un second référendum sur le Brexit dans son manifeste pour les élections de Juin. La ligne du parti est d’honorer le résultat du référendum de l’année dernière. En revanche, le parti travailliste demande à ce que les droits des travailleurs et l’accès aux aides du marché unique soient maintenus.

 

Tim Farron (Libéraux-démocrates)

Tim Farron, chef des Libéraux-démocrates, a assuré aux britanniques qu’il allait mettre fin à ce que son parti voit comme un « Brexit désastreux ». Le parti soutient l’idée du marché unique et le libre déplacement des individus, et souhaite un deuxième référendum. En ce sens, Monsieur Farron et les Libéraux-démocrates espèrent décrocher des voix dans les régions pro-maintien, alors que les estimations montrent que deux de leurs représentants au Parlement viennent de régions qui ont fait campagne pour une sortie de l’Union européenne.

 


Nicola Sturgeon (Parti national écossais)

À la suite du vote de l’Écosse pour un maintien dans l’Union européenne l’année dernière, la chef du parti Nicola Sturgeon a demandé un deuxième référendum sur l’indépendance de l’Écosse et pousse pour que l’Écosse reste dans le marché unique après le Brexit.

 

Paul Nuttall (Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni) UKIP

Paul Nuttall a été élu chef du parti en 2016. Cet eurosceptique a apporté son soutien à l’interdiction de la burqa dans les espaces publics et est en faveur du rétablissement de la peine de mort.

Il a fait serment d’exiger des comptes au gouvernement sur le Brexit, mais avec le déclenchement de l’article 50 et les procédures en cours, le message anti UE du parti a perdu de son écho.

 

 


Une volatilité de marché accrue est attendue durant la période des élections et les spreads pourraient également s’élargir. Prenez soin de surveiller attentivement vos positions, d'envisager l'utilisation d'outils de gestion des risques appropriés et de maintenir un montant de revalorisation de compte excédentaire pendant toute cette période.