Avec l’achat de 75 millions d’actions Apple supplémentaires, Warren Buffet (87 ans) et Charlie Munger (94 ans) n’en finissent plus d’écrire leur légende à la tête de la société d’investissement Berkshire Hathaway. Alors que les analystes de Wall Street anticipaient de mauvais résultats trimestriels, l’oracle d’Omaha est devenu cette semaine le troisième actionnaire d’Apple avec près de 5% des actions de l’entreprise américaine en portefeuille (soit 44 milliards de dollars).

Or, mardi dernier, Apple a non seulement démontré une fois de plus son excellente santé financière avec un résultat net en hausse de +25%, mais ses actionnaires ont également pu célébrer une clôture historique à 183,83$ ce vendredi. N’en déplaise aux analystes de Wall Street, le verdict est sans appel : la chute de la firme à la pomme attendra encore un peu.

La hausse des taux de la Réserve fédérale américaine (FED) pourrait en revanche advenir plus rapidement que prévu. Dernier verrou susceptible de retarder la hausse des taux, l’inflation se rapproche enfin de l’objectif de l’institution américaine (2%) avec un indice des prix à la consommation des ménages en hausse annuelle de 1,9% en mars. Quant au taux de chômage américain publié ce vendredi, le voilà désormais sous la barre des 4%, au plus bas depuis 18 ans, à 3,9%.

La semaine passée, la Réserve fédérale américaine a maintenu ses taux directeurs inchangés (fourchette de 1,50% à 1,75%) et les analystes anticipent désormais une nouvelle hausse de taux pour sa prochaine réunion du 12 juin. Si les dernières projections de la FED évoquent un total de trois hausses de taux sur 2018 afin d’éviter tout risque de surchauffe de l’économie américaine, de nombreux analystes vont même jusqu’à pronostiquer un total de quatre relèvements.

Mais en matière de hausse de taux, la banque centrale américaine fait désormais pâle figure par rapport à la banque centrale argentine. Avec trois hausses de taux en l’espace d’une semaine, l’institution de Buenos Aires vient de porter ses taux directeurs à 40% !

Pour enrayer la chute du peso face au dollar, la banque centrale argentine n’a guère le choix. Avec la mise en place de cette politique soudaine et agressive dite de « Shock and Awe », l’Argentine abat l’une de ses dernières cartes pour sortir sa monnaie de l’ornière, une initiative payante, pour le moment.

Source : plateforme CMC Markets NEXT GENERATION.

Cette semaine, les investisseurs pourront suivre l’ouverture du festival de Cannes ou la grande conférence annuelle de Google, mais ils pourront surtout suivre les avancées des négociations autour du Brexit et de l’accord sur le nucléaire iranien.

Mercredi, Theresa May réunira les membres du Cabinet dédié au Brexit afin d’entériner la position britannique sur le sujet ; une décision maintes fois repoussée et pourtant essentielle afin de poursuivre les négociations avec l’Union européenne. Jeudi, à l’occasion de sa réunion de politique monétaire, la Banque d’Angleterre devrait selon toute vraisemblance laisser ses taux directeurs inchangés (0,75%) en raison de la faiblesse des dernières statistiques économiques en provenance du territoire britannique.

D’ici à samedi, Donald Trump devrait quant à lui clarifier sa position sur l’accord iranien comme il s’y était engagé. Pensé sous l’administration Obama et soutenu par la France, cet accord ne trouve pour le moment pas grâce aux yeux du président américain qui lui préfèrerait une ligne plus dure.

Évolution du CFD à risque limité France 40 - Données hebdomadaires sur 2 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 07/05/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Avec une sixième semaine de hausse consécutive, l’indice parisien poursuit son impulsion haussière et n’est plus qu’à quelques longueurs de sa résistance oblique haussière de long terme actuellement située autour des 5 600 points. Le franchissement de cette résistance pourrait ouvrir la voie vers l’objectif des 5 700 points. À l’inverse, une clôture en-dessous du support des 5 335 points pourrait invalider la vague haussière en cours.

Évolution du CFD à risque limité EURUSD - Données hebdomadaires sur 2 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 07/05/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

En baisse pour la troisième semaine consécutive face au billet vert, la monnaie unique n’est pas parvenue à préserver le support des 1,2090. La baisse des cours pourrait donc se poursuivre en direction du support des 1,1570. À l’inverse, une clôture hebdomadaire au-dessus des 1,2090 pourrait permettre à la paire EUR/USD d’invalider ce signal baissier.

Évolution du CFD à risque limité OR - Données journalières sur 7 mois

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 07/05/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Sur le marché de l’once d’or, le scénario reste inchangé avec des prix qui poursuivent leur évolution au sein d’un triangle de consolidation haussier de long terme. Au-dessus du support des 1 306$ les cours pourraient repartir à la hausse en direction de la résistance oblique baissière actuellement aux alentours de 1 335$. À l’inverse, une rupture du support des 1 306$ pourrait invalider la tendance haussière en cours et déclencher une vague baissière plus importante.

 

Ces informations sont produites par CMC Markets. Elles présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints.