Pour le commissaire européen à l’économie Pierre Moscovici, le budget italien paraît « hors des clous ». Cette petite phrase lâchée sur le plateau de BFMTV/RMC inquiète les marchés financiers, et pour cause, le projet transalpin pourrait ne pas obtenir l’aval de Bruxelles.

L’ex-gouvernement italien de centre-gauche s’était engagé à réduire le déficit à 0,8% du produit intérieur brut pour l’année 2019. Tout sourire sur le balcon du Palais Chigi, le premier ministre Luigi Di Maio préfère quant à lui célébrer le vote d’un budget en déficit de 2,4%, en rupture avec les attentes de la Commission européenne, mais dans la lignée de ses promesses électorales.

Assez éloigné de la position plus raisonnable prônée par le ministre de l’économie Giovanni Tria au cours des derniers jours, ce nouveau budget 2019 vient d’ouvrir la voie à une nouvelle période d’instabilité.

Deuxième pays de l’Union européenne au ratio d’endettement le plus élevé derrière la Grèce, l’Italie voit son taux à 10 ans passer la barre symbolique des 3% pour s’établir à 3,15%. En première ligne, les valeurs bancaires UniCcredit et Intesa Sanpaolo perdaient vendredi -6,73% et -8,44%.

Outre-Atlantique, la Réserve fédérale américaine relève ses taux directeurs pour la troisième fois depuis le début de l’année. Désormais à 2,00%-2,25%, les taux directeurs de la FED pourraient être relevés une fois nouvelle fois le 19 décembre prochain afin d’éviter tout emballement de l’économie.

D’après Jerome Powell, la guerre commerciale ne pèse pas encore sur les statistiques économiques et la croissance américaine pourrait dépasser les 3% sur l’année. Le FOMC a donc profité de cette réunion de mercredi pour retirer le terme « accommodante » de son communiqué. Jusqu’ici utilisé pour désigner la politique monétaire américaine, cet adjectif paraissait désormais superflu alors que les taux directeurs se rapprochent de plus en plus de leur niveau d’équilibre de long terme.

Source : plateforme CMC Markets NEXT GENERATION.

Le Congrès des conservateurs s’ouvre aujourd’hui à Birmingham. Très attendu, le duel entre Boris Johnson et Theresa May pourrait bien décider de l’avenir du « plan de Chequers » (déjà rejeté par l’Union européenne à Salzbourg). De plus en plus contestée au sein même de son camps, la premier ministre britannique s’exprimera mardi pour tenter de réunir un parti divisé au sujet de l’épineuse question du Brexit.

Cette semaine sera également marquée par l’ouverture jeudi du Mondial de l’Auto à Paris. Rendez-vous incontournable des constructeurs et équipementiers automobiles, cette édition fera une large place aux modèles électriques. Porte de Versailles, le fabricant américain Tesla cherchera à oublier les problèmes de production de la Tesla Model 3 et les déboires judiciaires de son fondateur. Poursuivi par le gendarme boursier américain pour avoir tenté de manipuler les cours de son entreprise, Elon Musk vient tout juste de signer un accord de 20 millions de dollars pour mettre un terme aux poursuites.

Dimanche, 147 millions de brésiliens seront appelés à voter pour le premier tour des élections présidentielles dans un climat marqué par les affaires de corruption et par la tentative d’assassinat du candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro, en tête des intentions de vote de ce premier scrutin.

 

Évolution du CFD à risque limité France 40 - Données hebdomadaires sur 2 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 28/09/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

À l’équilibre au cours de la semaine passée (-0,01%), l’indice parisien n’est pas parvenu à franchir la résistance des 5 535 points. En cas de franchissement de ce niveau clé, la hausse pourrait se poursuivre en direction de la résistance oblique haussière de long terme actuellement située aux alentours des 5 700 points. À l’inverse, en cas de repli baissier, le CFD à risque limité France 40 pourrait compter sur les supports situés à 5 245 points et 5 030 points.

Évolution du CFD à risque limité EURUSD - Données hebdomadaires sur 3 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 28/09//2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

En baisse de -1,25% au cours de la semaine passée, la paire EUR/USD est tout de même parvenue à préserver son support des 1,1560. La bonne tenue de ce niveau clé pourrait permettre à la monnaie unique de repartir de l’avant face au billet vert. Dans ce contexte, la hausse pourrait reprendre en direction des prochaines résistances situées à 1,2090 et 1,2520. À l’inverse, en cas de rupture du support des 1,1560, une nouvelle impulsion baissière pourrait entraîner les cours en direction du seuil symbolique des 1,1000.

Évolution du CFD à risque limité OR - Données hebdomadaires sur 3 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 28/09/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

En baisse de -0,57% au cours de la semaine passée, l’once d’or reste ancrée dans une tendance de fonds baissière. Dans ce contexte, le mouvement pourrait se poursuivre en direction du support majeur situé à 1 125$. À l’inverse, un franchissement de la résistance des 1 205$ pourrait permettre au métal jaune de rebondir en direction des résistances suivantes situées à 1 235$ et 1 306$.

 

 

Ces informations sont produites par CMC Markets. Elles présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints.