Semaine record à Wall Street, nouveau vote stratégique pour le Brexit, et projet de mégafusion bancaire, découvrez notre résumé de l’information financière pour cette semaine du 18 mars 2019.

Semaine record à Wall Street

À l’image de l’indice CAC 40 en hausse de +3,33%, les principaux indices américains ont eux aussi enregistré de belles avancées au cours de la semaine passée, au point d’établir leur plus belle performance de l’année avec une hausse moyenne de +2,90%.

Portés une nouvelle fois par les espoirs d’un accord commercial entre la Chine et les États-Unis, les marchés boursiers mondiaux ont accueilli avec optimisme les « progrès significatifs » mentionnés par la télévision d’État chinoise vendredi. Ils se sont également montrés particulièrement confiants sur le front monétaire, rassurés par la perspective ce jeudi d’une nouvelle réunion de politique monétaire au cours de laquelle la Réserve fédérale américaine pourrait une nouvelle fois se montrer patiente, voire accommodante.

Dans le même temps, les marchés obligataires profitaient également de cette vague d’optimisme avec des taux américains au plus bas depuis l’été dernier. Seul bémol, la faiblesse des volumes échangés laisse encore planer quelques doutes sur la solidité de ce regain de confiance.

Brexit : le Parlement britannique souhaite plus de temps

Au terme des votes organisés la semaine passée au sein du Parlement britannique, les marchés en savent davantage sur la position des parlementaires britanniques. À quelques jours seulement de la date butoir du 29 mars, ces derniers ont une nouvelle fois refusé d’accepter le texte négocié par Theresa May auprès de Bruxelles.

Face à ce nouvel échec, la Première ministre a donc décidé de jouer la carte du rapport de force en proposant un troisième vote au Parlement britannique. En cas de vote favorable, la date butoir ne serait décalée que de quelques semaines pour gérer la mise en place technique de l’accord. En revanche, en cas de nouvel échec, la date serait alors repoussée à une échéance plus lointaine, de quoi forcer le Royaume-Uni à participer aux élections européennes du mois de mai.

Projet de fusion au sein du secteur bancaire allemand

La rumeur a pris fin ce dimanche, Deutsche Bank et Commerzbank ont bel et bien engagé des discussions en vue d’une éventuelle fusion de leurs activités. S’il venait à se concrétiser, ce projet pourrait donner naissance à un champion bancaire allemand et européen.

Pour l’heure, les syndicats ne semblent pas accueillir cette nouvelle avec enthousiasme alors que les deux groupes bancaires ne sont pas au mieux de leur forme. En effet, d’un côté, la Deutsche Bank, premiè re banque allemande, ne s’est jamais vraiment remise de la crise de 2008. De l’autre, la Commerzbank, contrôlée par l’État allemand à hauteur de 15%, reste confrontée à des difficultés internes liées à sa restructuration.

Source : plateforme CMC Markets NEXT GENERATION.

Cette semaine, les investisseurs pourront suivre les réunions de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (mercredi) et de la Banque d’Angleterre (jeudi).

Outre-Atlantique, l’institution américaine devrait une nouvelle fois laisser ses taux directeurs inchangés. Les marchés pourront toutefois en apprendre davantage sur son interprétation des perspectives économiques ainsi que sur l’avenir de son programme de rachat d’actifs.

Outre-Manche, l’institution britannique devrait elle aussi jouer la carte de l’attentisme à l’heure où le Royaume-Uni traverse une situation économique et politique particulièrement délicate en raison du Brexit. Les investisseurs pourront toutefois décortiquer les minutes de la Banque d’Angleterre pour en apprendre davantage sur son interprétation de la situation.

Sur le front de la microéconomie enfin, les investisseurs pourront suivre les résultats de FedEx, de Nike, de BMW, et de Tiffany.

Évolution du CFD à risque limité France 40 - Données hebdomadaires sur 3 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 15/03/2019. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

En hausse de +3,33% au cours de la semaine passée, l’indice parisien s’envole de nouveau en direction de ses plus hauts annuels. Dans ce contexte, la hausse pourrait se poursuivre en direction des résistances situées à 5 545 points et 5 650 points. À l’inverse, en cas de correction, les cours pourraient revenir sur le support des 5 221 points dont la rupture pourrait alors déclencher une vague baissière plus marquée en direction du point bas annuel des 4 545 points.

Évolution du CFD à risque limité EURUSD - Données hebdomadaires sur 3 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 15/03/2019. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

En hausse de +0,80% au cours de la semaine passée, la paire EUR/USD parvient à réintégrer son ancien support des 1,1290. Dans ce contexte et suite à ce faux signal baissier, la hausse pourrait se mettre en place pour emmener les cours en direction de la résistance des 1,1800. À l’inverse, en cas de nouvelle impulsion baissière, les cours pourraient alors se diriger en direction du seuil psychologique des 1,1000, puis en direction du support suivant situé à 1,0719 afin de combler le gap laissé béant au printemps dernier.

Évolution du CFD à risque limité OR - Données hebdomadaires sur 2 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 15/03/2019. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

En hausse de +0,30% au cours de la semaine passée, le métal jaune poursuit son rebond sans parvenir pour le moment à franchir la résistance des 1 303$. En cas de franchissement, l’once d’or pourrait venir tester ses derniers points hauts situés à 1 345$, puis 1 365$. À l’inverse, en cas de reprise baissière, les cours pourraient venir tester de nouveau le support des 1 280$ dont la rupture pourrait déclencher une nouvelle impulsion baissière en direction du support suivant situé à 1 235$.

 

Ces informations sont produites par CMC Markets. Elles présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints.