1969, c’est l’année du premier pas de l’Homme sur la lune. C’est aussi la dernière fois que le chômage américain atteignait les 3,7%. Un demi-siècle plus tard, à quelques semaines des élections de mi-mandat, l’économie de l’oncle Sam vient d’égaler son vieux record.

Il faut dire que les taux d’intérêt américains y ont longtemps mis du leur. De mars 1980 à décembre 2008, quatre décennies les ont amenés à baisser de 20% à 0,25%. Aujourd’hui, la lecture du dernier rapport de l’emploi publié vendredi suffit à comprendre que les politiques monétaires accommodantes orchestrées par les banques centrales de notre planète ont porté leurs fruits.

Seulement voilà, avec la remontée des taux amorcée par la Réserve fédérale américaine, la musique s’arrête, la pesanteur fait son retour, et dans la sphère financière, les investisseurs appréhendent leur retour sur Terre.

Lorsque le taux grimpe, la valeur de l’obligation chute. Alors que le taux à 10 ans américain marquait un nouveau point haut à 3,25% en fin de semaine, les voix se multiplient pour annoncer (une fois de plus) la fin du boom obligataire.

Sur le marché des matières premières, le pétrole est de retour au-dessus des 85$ pour la première fois depuis 2014, en hausse de plus de 15% au cours des deux derniers mois. La demande pourrait certes ralentir en raison de la hausse rapide des prix, mais les sanctions prises par les États-Unis à l’encontre de l’Iran continuent à peser dans la balance, si bien que certains analystes n’hésitent pas à annoncer un retour prochain au-dessus du seuil symbolique des 100$. En attendant, cette appréciation de l’or noir et les difficultés du secteur du luxe ont d’ores et déjà permis à Total de récupérer son titre de première valeur du CAC 40 devant LVMH.

Source : plateforme CMC Markets NEXT GENERATION.

Cette semaine, les investisseurs pourront suivre le passage du budget italien devant le Parlement européen. Particulièrement préoccupée par la situation, la Commission européenne vient d’adresser une lettre au gouvernement italien pour l’inviter à se conformer aux « attentes communes » avant l’examen du budget définitif, attendu par la Commission européenne le 15 octobre prochain.

Au-delà du déficit de 2,4% prévu pour l’année 2019, les marchés s’inquiètent surtout de la mise en place de projets particulièrement populaires au sein de l’électorat italien mais sources d’instabilité pour les finances du pays : le revenu citoyen (qui prévoir le paiement d'une contribution économique de sorte que tous les citoyens italiens puissent atteindre le suil de 780€s par mois) et l’abaissement de l’âge de départ à la retraite. Si les perspectives de croissance italiennes se confirment, les déficits des années 2020 et 2021 devraient s’établir respectivement à 2,1% et 1,8%.

De mardi à jeudi, les ministres des finances et grands argentiers se retrouveront à Bali pour le treizième sommet du G-20. Protectionnisme, endettement et crise des pays émergents seront au programme de cette édition indonésienne. Alors que l’OCDE vient d’abaisser sa prévision de croissance à +3,7%, le Fonds Monétaire International s’inquiète lui aussi du ralentissement de la croissance mondiale et de la vulnérabilité monétaire de certains pays émergents.

Évolution du CFD à risque limité France 40 - Données hebdomadaires sur 2 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 05/10/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

En baisse de -2,44% au cours de la semaine passée, l’indice parisien évolue toujours au sein du canal horizontal formé par la résistance des 5 535 points et par le support des 5 245 points. Suite à son échec sur la borne haute, le CFD à risque limité France 40 pourrait poursuivre sa baisse en direction de la borne basse, puis, en cas de rupture du niveau clé des 5 245 points, vers le support suivant situé à 5 030 points. À l’inverse, en cas de reprise haussière, les prix pourraient reprendre contact avec la borne haute du canal, voire, en cas de dépassement, retrouver leurs plus hauts annuels.

Évolution du CFD à risque limité EURUSD - Données hebdomadaires sur 2 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 05/10//2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

En baisse de -0,72% au cours de la semaine passée, la paire EUR/USD retrouve son niveau d’équilibre des dernières semaines. Dans cette situation, les investisseurs pourront surveiller le support des 1,1290 dont la rupture pourrait entraîner les cours à la baisse en direction du niveau symbolique des 1,1000. À l’inverse, en cas de rebond, les investisseurs pourront surveiller la résistance des 1,1800 dont le franchissement pourrait permettre à la monnaie unique de retrouver une tendance de fonds haussière face au billet vert.

Évolution du CFD à risque limité OR - Données hebdomadaires sur 3 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 05/10/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

En hausse de +0,88% au cours de la semaine passée, le métal jaune travaille toujours la résistance des 1 205$ sans parvenir à s’en affranchir pour le moment. En cas de franchissement, la hausse pourrait se poursuivre en direction des résistances suivantes situées à 1 235$ et 1 305$. À l’inverse, en cas de rupture du support des 1 180$, la baisse pourrait reprendre en direction du support majeur situé à 1 125$.

 

 

Ces informations sont produites par CMC Markets. Elles présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints.