Depuis le début de l’année 2015, la Livre Britannique se dispute la place de monnaie la plus forte du marché des changes avec le dollar américain. Cette dernière profite de spéculations sur une hausse de taux dans la lignée du dollar américain et sur ou sous-performe son homologue en fonction des chiffres économiques. Ces dernières semaines, elle a d’ailleurs perdu du terrain sur fond de publications inférieures aux attentes mais des supports semblent avoir été trouvés milieu de semaine passée. GBPJPY – la plus volatile Le Yen est un actif refuge, il baisse en cas de hausse des indices et inversement. Lorsque l’on étudie les mouvements de moyen terme sur GBPJPY on retrouve les points durs du sentiment des opérateurs. En Août la complaisance était à son comble avant un épisode baissier, en ce début octobre l’appétit pour le risque semble de retour après un double test des plus bas (sur cette paire et également sur les indices boursiers). Un range semble ici se dessiner entre 181 et 187 JPY. GBPUSD – Plie mais ne rompt pas Un range est en place sur ce cross depuis maintenant 5 mois, les cours oscillent entre la borne haute et la borne basse dépendamment des chiffres économiques tantôt favorables à la Livre tantôt au Dollar. On aurait pu voir la cassure des 1.52 comme un signal baissier mais on pourrait aussi prendre en considération ici la possibilité d’une figure ouverte, en bleu, qui ferait alors potentiellement soutien à 1.51 (également plus bas de début mai) et résistance à 1.57/1.58, soit les plus hauts annuels. EURGBP – Le range prévaut Depuis deux mois la monnaie unique reprend du terrain sur son homologue britannique. Malgré tout, en prenant du recul, on peut se rendre compte, ici en vue hebdomadaire, que la paire est ancrée dans un range à l’intérieur même d’une tendance de fond baissière. Aussi, si les équilibres en présence devaient être respectés, les baissiers ne tarderaient pas à prendre la main. En cas de sortie par le haut suivi d’une rupture de l’oblique bleu, la donne changerait, nous ferions alors le point sur les raisons de ce changement. GBPNZD – La donne change A l’instar de l’ensemble des monnaies des matières premières (dollar australien et canadien), le Dollar néo-zélandais reprend du terrain engendrant un retournement baissier sur la paire GBPNZD. La Livre a effectué un parcours haussier puissant sans faute pendant des mois contre NZD, AUD et CAD alors sous pression. Maintenant que les matières premières reprennent des couleurs, la donne pourrait être en train de changer. Conclusion, ce n’est potentiellement pas contre ces monnaies que la Livre performera dans les séances/semaines à venir, tant que les équilibres resteront ainsi. Par Nicolas Chéron, Stratégiste pour CMC Markets Suivez moi sur Twitter : @NCheron_CMC - Egalement @CMCMarkets_FR Clients et lecteurs, n’hésitez pas à nous faire des retours sur les analyses publiées, directement sur gestionclients@cmcmarkets.fr Les informations fournies présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication. Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les performances passées d’un investissement donné ne garantissent pas ses performances futures.Les observations, analyses et conclusions présentées sont basées sur des données graphiques de CMC Markets et non sur des données relatives aux instruments sous-jacents réels.CMC Markets ne pourra être tenu responsable d’une perte liée directement ou indirectement à une transaction réalisée sur la base des information fournies.Les CFD (contract for difference) sont des produits financiers complexes, à effet de levier, comportant un risque de perte supérieure au capital investi.