Mercredi 16 mars, lorsque le FOMC se réunira pour la deuxième fois cette année, trois mois seront passés depuis que la Réserve Fédérale américaine a relevé ses taux d'intérêt pour la première fois en neuf ans. Au début de l'année, Stanley Fischer, membre de la Fed, avait suggéré que quatre hausses de taux cette année étaient envisageables de la part des officiels américains. La tournure des évènements depuis cette déclaration a quelque peu entraîné un changement de plan, avec la montée des craintes concernant l’économie chinoise, la chute des métaux et une certaine instabilité du secteur bancaire qui a entrainé de forts décalages et une volatilité accrue. Alors que les responsables de la FED maintiennent leur vue optimiste de l'économie américaine, le ton du récit a quelque peu changé chez M. Fischer qui sélectionne désormais beaucoup plus attentivement les mots utilisés lors de ses derniers commentaires aux médias. Les données économiques américaines se sont également détériorées avec une possible entrée en récession du secteur manufacturier et des signes de ralentissement du secteur des services, malgré un nombre de création d’emplois assez positifs. Le ton de James Bullard, Chef de la FED de St. Louis, qui vote cette année, a également changé lorsqu’il a évoqué ses inquiétudes concernant une hausse imprudente en cas d’inflation faible et de pression sur les salaires. Les chiffres de la rémunération horaire moyenne de février ont également porté un coup dur au scénario de hausse de taux avec une inflation ressortie à -0,1% après un rebond de 0,5% observé en janvier. Alors que le marché n’escompte pas de mouvement sur les taux cette semaine, les investisseurs seront à la recherche de signes démontrant les inquiétudes des membres de la FED sur le fait de réaliser quatre hausses de taux cette année. Le marché table actuellement sur une probabilité de 51% d'une hausse des taux au mois de Juin. Le ton de la conférence de presse de Mme Yellen sera important dans le contexte actuel, à savoir si la FED se focalise toujours autant sur la Chine et les facteurs déstabilisants mondiaux. Toutefois, nous ne devons pas exclure un autre facteur politique cette fois ci, qui pourrait déterminer la politique à venir sur les taux. Alors que la politique des États-Unis ne devrait pas influer sur la politique monétaire, il est difficile de ne pas envisager que le spectacle autour du vote de cette année n’affectera pas la confiance dans l'économie américaine. Les entreprises américaines devront faire un choix entre Hillary Clinton et Donald Trump en Novembre ce qui pourrait entrainer une réévaluation du risque politique sur l’activité économique américaine. Par Michael Hewson, Stratégiste pour CMC MarketsLes informations fournies présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication. Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC Markets ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints. Les performances passées d’un investissement donné ne garantissent pas ses performances futures.Sauf avis contraire, les observations, analyses et conclusions présentées sont basées sur des données graphiques de CMC Markets et non sur des données relatives aux instruments sous-jacents réels. CMC Markets ne pourra être tenu responsable d’une perte liée directement ou indirectement à une transaction réalisée sur la base des information fournies.Les CFD (contract for difference) sont des produits financiers complexes, à effet de levier, comportant un risque de perte supérieure au capital investi.Les produits binaires (y compris les Countdowns) sont des produits financiers complexes comportant un fort risque de perte en capital, vous pouvez perdre la totalité de votre investissement.