5% de hausse sur les principaux indices européens en deux séances et sans accord avec la Grèce, le Wishful thinking bat son plein sur les marchés financiers. « Le Wishful thinking est une addition de certitudes qui font prendre des décisions en fonction de ce qui « pourrait » être plaisant d’imaginer plutôt que d’accorder de l’importance à l’évidence, la rationalité ou encore la réalité. » L’optimisme est désormais de rigueur concernant le dossier grec, les partenaires au sein de la zone euro ont salué lundi les nouvelles propositions de réformes faites par Alexis Tsipras partant du principe qu’elles pourraient mener à un accord d’ici la fin de la semaine afin de permettre au pays de recevoir l’aide financière nécessaire et éviter un défaut sur sa dette. Egalement en soutien, la banque centrale européenne a décidé d’augmenter ce mardi et pour la deuxième fois en deux jours le plafond des liquidités d’urgence mises à disposition des banques grecques, le portant à 89 milliards d’euros. Ce relèvement, conditionné à des avancées dans les négociations, est un énième signal de soutien de la BCE dans cet épineux dossier. Parallèlement à cela, les opérateurs saluent ce matin les indices PMI supérieurs aux attentes en Chine mais surtout en Europe. Allemagne, France et Zone Euro ont battu le consensus. Pour ne prendre que l’exemple de la France, l’activité dans le secteur privé a augmenté pour la cinquième fois consécutive à son niveau le plus élevé depuis près de quatre ans. Quant à l’activité des services, cette dernière croit pour la première fois depuis plus d’un an. PMI France - données mensuelles Cet après-midi ce seront les ventes de biens durables qui rythmeront les échanges. Précédemment ressorties à -0.2% ces dernières sont attendues en hausse de 0.6% ce qui pourrait tirer indices et dollar à la hausse. CAC40 : Attention à l’euphorie Tout comme il était nécessaire de faire preuve d’optimisme lorsque les prix réagissaient favorablement sur le bas du canal baissier de l’indice français, il faudra ne pas anticiper la sortie par le haut de ce dernier. Les prix sont très rapidement passés de la borne basse à la borne haute et une respiration légitime sous cette dernière n’aurait rien d’inconcevable. Par la suite, en cas d’accord, nous verrons si les opérateurs enfoncent le clou à la hausse ou « vendent la nouvelle ». EURUSD : La paire reste positivement orientée à moyen terme mais sa corrélation inverse avec les indices pèse ces dernières séances. La zone des 1.12 devrait faire office de pivot pour la suite, conjuguée à la moyenne mobile à 20 séances. Au-dessus de cette dernière les velléités acheteuses pourraient se manifester. Dessous, un retour vers 1.10 serait envisageable. Numéricable : Comme mis en exergue dès hier, le titre Numéricable a ouvert à +15% hier avec un large gap haussier sous une résistance significative à 56.7. Sous ce seuil les risques de consolidation persistent. WTI - Brent :Cliquez ici pour lire ma dernière analysePar Nicolas Chéron, Stratégiste pour CMC Markets Suivez moi sur Twitter : @NCheron_CMC Egalement @CMCMarkets_FR Clients et lecteurs, n’hésitez pas à nous faire des retours sur les analyses publiées, directement sur gestionclients@cmcmarkets.frCe commentaire présente un caractère purement informatif et ne constitue ni un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers. CMC Markets ne saurait être tenu responsable quant à l'exactitude, la fiabilité, l'exhaustivité ou la pertinence de ces informations ou données.Les observations, analyses et conclusions qui en résultent sont basées sur des données graphiques de CMC Markets et non sur des données relatives aux instruments sous-jacents réels. L’utilisation de données graphiques a des limites et l’analyse technique n’est pas une science exacte. Nous vous recommandons d’utiliser ces données en complément d’autres supports/facteurs lors de votre prise décision de d’achat ou de vente. N’oubliez pas que les CFD présentent un caractère hautement spéculatif et qu’il est possible de perdre un montant supérieur au capital investi. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.