La semaine passée je comparais la correction de 20% des indices en 2011 à celle que nous connaissions depuis la fin du mois d’août. Eléments exogènes baissiers, survalorisation de nombreux secteurs à un instant T, besoin de retrouver des supports clés, nombreuses étaient les similitudes entre ces deux mouvements ce qui tend à se confirmer en ce début octobre. En effet, après 6 semaines de latéralisation des cours dans un range de 10% pour une majorité des indices internationaux, des frayeurs en début de semaine passée suivies d’un double test positif des plus bas, les acheteurs semblent enfin reprendre du terrain permettant au CAC40 d’inscrire un nouveau plus haut de deux semaines en ce lundi. La Grèce derrière nous, la Chine en congés, les opérateurs se sont focalisés vendredi dernier sur les chiffres du chômage américain. 142 000 créations soit 30% de moins qu’attendues, révision des chiffres de juillet et d’août à la baisse, les NFP (non farm payroll) n’étaient pas dans la demi-mesure. Aussi, macro-économistes et prévisionnistes ont dû ajuster leurs scénarios, faisant de nouveau reculer la probabilité d’une hausse de taux aux USA en 2015, comme nous l’avons de nombreuses fois évoqué ensemble depuis le mois d’avril, étant donné la dégradation de l’environnement et des chiffres américains. Cadre long terme Les 4220 points, seuil clé travaillé à de nombreuses reprises en extrême ou en clôture en 2010, 2013 et 2014, ont fait office de soutien aux cours ces deux derniers empêchant le marché action de basculer en marché baissier (bear market). Le support horizontal, doublé d’une oblique de long terme passant par les plus bas a fonctionné et permet aux cours de reprendre de la hauteur, dans le sens de la tendance de fond. Une rupture de ce niveau, accompagnée d’une nette dégradation du sentiment du risque, remettrait en question la possibilité d’une normalisation/latéralisation autour des 4700, seuil pivot depuis des mois. Champ de bataille court terme En données journalières, on peut raisonner par « boites » de 200 points. Entre 4300 et 4500 les cours apparaissent baissiers sous MM20. Entre 4500 et 4700 ils semblent neutres. Au-dessus des 4700 la hausse serait peut être de retour comme évoqué dans le paragraphe précédent et la fin d’année « positive pour la majorité » ce qu’escomptent bien les officiels des banques centrales qui auront tout fait pour éteindre l’incendie au mois de septembre. Par Nicolas Chéron, Stratégiste pour CMC Markets Suivez moi sur Twitter : @NCheron_CMC - Egalement @CMCMarkets_FR Clients et lecteurs, n’hésitez pas à nous faire des retours sur les analyses publiées, directement sur gestionclients@cmcmarkets.fr Les informations fournies présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication. Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les performances passées d’un investissement donné ne garantissent pas ses performances futures.Les observations, analyses et conclusions présentées sont basées sur des données graphiques de CMC Markets et non sur des données relatives aux instruments sous-jacents réels.CMC Markets ne pourra être tenu responsable d’une perte liée directement ou indirectement à une transaction réalisée sur la base des information fournies.Les CFD (contract for difference) sont des produits financiers complexes, à effet de levier, comportant un risque de perte supérieure au capital investi.