1, 20 pour Goldman Sachs et Citigroup, 1,15 d’après Deutsche Bank, les cabinets de recherche de nombreux établissements bancaires revoient à la baisse leurs prévisions sur la livre contre le dollar américain, à la suite du Brexit et alors que la banque d’Angleterre serait susceptible de baisser ses taux dans un avenir proche. Aussi, la livre a atteint un plus bas de 31 ans, à 1,28 dollar ce mercredi 6 juillet. Toutefois, la livre n’a-t-elle pas perdu les 15% que prévoyaient les plus pessimistes dont notamment George Sorros (qui était à l’achat sur la livre pendant le Brexit en passant) ? Comme le dit l’adage boursier repris dans notre titre : « Les marchés haussiers naissent dans le PESSIMISME, grandissent dans le SCEPTICISME, mûrissent dans l’OPTIMISME et meurent dans l’EUPHORIE », ne serions-nous pas à l’aube d’un excès de pessimisme sur la monnaie britannique ? Goldman Sachs et Deutsche Bank visaient sous la parité au début de l’année 2015 sur la paire EURUSD et ces deux banques avaient revues à la hausse leurs prévisions début 2016 (22 janvier pour Goldman Sachs et début mai pour Deutsche Bank) à la hausse, devrions-nous donc apporter un crédit significatif à leurs prévisions ? Ėvolution du CFD sur la livre – Données mensuellesSource : CMC Markets, Plateforme Next Generation au 07/07/2016. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Graphiquement, la livre est bien évidemment baissière depuis son top à plus de 2,10 en novembre 2007. Cette devise a tout de même perdu 4 000 pips en deux ans et les opérateurs en attendraient encore 1 500 de plus, de quoi se demander si les estimations ne deviennent pas pessimistes après que la partie la plus importante du mouvement soit derrière nous. Quant à l’oblique qui passe par les plus bas de 1993, 2001 et 2008, c’est la raison principale de cet article. En effet, à chaque chute historique de la livre contre le dollar, de nouveaux plus bas ont été inscrits par rapport aux précédents. Ėtait-ce le signal de plus de baisse à venir ? Absolument pas au contraire. En 2001, les plus bas de 1993 sont dépassés de 500 pips avant que la livre en gagne plus de 6 000. En 2008, les plus bas de 2001 sont dépassés de 200 pips avant un rebond de 3 500 pips. Bis repetita ? Gardons cette éventualité en tête pendant que le consensus devient de plus en plus baissier. Par Nicolas Chéron, Stratégiste pour CMC Markets Suivez moi sur Twitter : @NCheron_CMC - Egalement @CMCMarkets_FR Clients et lecteurs, n’hésitez pas à nous faire des retours sur les analyses publiées, directement sur gestionclients@cmcmarkets.fr Les informations fournies présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication. Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC Markets ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints. Les performances passées d’un investissement donné ne garantissent pas ses performances futures.Sauf avis contraire, les observations, analyses et conclusions présentées sont basées sur des données graphiques de CMC Markets et non sur des données relatives aux instruments sous-jacents réels.CMC Markets ne pourra être tenu responsable d’une perte liée directement ou indirectement à une transaction réalisée sur la base des information fournies.Les CFD (contract for difference) sont des produits financiers complexes, à effet de levier, comportant un risque de perte supérieure au capital investi.Les produits binaires (y compris les Countdowns) sont des produits financiers complexes comportant un fort risque de perte en capital, vous pouvez perdre la totalité de votre investissement.