L’ EURUSD débute le mois d’avril sur une note positive après avoir enchainé sa plus longue série baissière en 15 ans, 3500 pips de chute et 9 mois consécutifs dans le rouge. En effet, la monnaie unique a pâtît d’une politique agressive de la part de la BCE qui a récemment lancé un programme d’assouplissement quantitatif historique de plus de 1000 Milliards d’euros. Parallèlement, le Dollar a enregistré une de ses plus fortes hausses avec près de 20% d’appréciation ces 9 derniers mois, les marchés anticipant un raffermissement de l’économie américaine conduisant à une éventuelle hausse de taux. Toutefois, depuis le 18 mars dernier, date à laquelle la présidente de la FED Janet Yellen a opté pour un discours plus prudent générant un abaissement général des anticipations de relèvement de taux d’intérêt aux USA, la donne a un tant soit peu changé. Le soir même de ce discours, le dollar enregistrait sa plus forte réaction baissière en une seule séance depuis 10 ans, qui pourrait marquer un temps d’arrêt ou de pause aux stratégies longues que les professionnels ont mis en place ces 3 derniers trimestres. D’un autre côté, l’euro, jusqu’ici sous-performant, a profité de chiffres économiques en améliorations et force est de constater que même si le « risque Grec » inquiète, il pourrait en partie être désormais pricé par les opérateurs ce qui permit de raviver les velléités haussières jusqu’ici muselées. Graphiquement, on constate que la baisse a atteint un paroxysme et force est de constater que ce mouvement baissier ne fut qu’une simple rotation certes violente mais déjà constatée en 2008 et 2010 de la paire EURUSD dans son canal baissier long terme ici en orange. Aussi, la probabilité que la paire la plus liquide et traitée au monde tente quelque chose ici n’est pas à négliger. A plus court terme, en données journalières, la tendance reste résolument baissière et matérialisée par un canal baissier très propre dont la borne haute passe vers 1.095. Néanmoins il convient de constater la réaction positive des prix dès le premier jour du trimestre aux abords des 1.07. En effet, si ce seuil qui correspond approximativement à 50% de retracement de Fibonacci de la vague haussière récente 1.045 - 1.105 tenait, une nouvelle jambe haussière pourrait prendre forme avec objectif théorique la zone des 1.13/1.14 travaillée à de nombreuses reprises au mois de février dernier. A contrario, évidemment, si les 1.07 venaient à céder soit à cause d’un embrasement du dossier Grec soit par une reprise du dollar américain, la tendance baissière reprendrait le pas en direction des plus bas annuels voire de la parité qui n’est désormais plus très loin. Nous aurons donc les yeux rivés sur le calendrier économique mettant en avant de grands rendez-vous dans les séances à venir. Vendredi, il faudra suivre les fameux NFP (Non farm payroll) soit les chiffres du chômage américain qui auront un impact très fort sur les marchés. Puis, une fois le week end de Pâques passé (aussi appelé week end du trader à travers le monde), nous suivrons de près l’évolution du dossier Grec ainsi que les PMI et ventes au détail en zone euro. Pour finir, lorsque l’on étudie le « sentiment client », baromètre des clients de CMC Markets établi à partir de leurs positions réelles, on constate que 65% de ces derniers sont à la vente. Aussi, et parce que la majorité a rarement raison, le scénario d’une remontée de la paire EURUSD à court terme semble envisageable. Autrement dit, restez sur vos gardes. Par Nicolas Chéron, Stratégiste pour CMC Markets Suivez moi sur Twitter : @NCheron_CMC Egalement @CMCMarkets_FR Clients et lecteurs, n’hésitez pas à nous faire des retours sur les analyses publiées, directement sur gestionclients@cmcmarkets.frCe commentaire présente un caractère purement informatif et ne constitue ni un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers. CMC Markets ne saurait être tenu responsable quant à l'exactitude, la fiabilité, l'exhaustivité ou la pertinence de ces informations ou données.Les observations, analyses et conclusions qui en résultent sont basées sur des données graphiques de CMC Markets et non sur des données relatives aux instruments sous-jacents réels. L’utilisation de données graphiques a des limites et l’analyse technique n’est pas une science exacte. Nous vous recommandons d’utiliser ces données en complément d’autres supports/facteurs lors de votre prise décision de d’achat ou de vente. N’oubliez pas que les CFD présentent un caractère hautement spéculatif et qu’il est possible de perdre un montant supérieur au capital investi. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.