Ici, nous nous intéresserons au bois de construction, mais avant tout un peu de culture générale (source zonebourse.com) « Environ 30% des forêts de la planète sont utilisées à des fins de production de bois et autres produits. Au niveau de l’offre, la région Asie-Pacifique est de loin la première exportatrice de bois tropicaux (en particulier la Malaisie et l’Indonésie). L’Amérique latine, qui détient la plus grande surface de forêt tropicale, a un rôle comparativement assez mineur sur ce marché. Quant à celui des bois tempérés, il est dominé par les productions d’Amérique du Nord. Pour ce qui est de la demande le bois est exploité dans trois grandes filières : bois de chauffage (destiné à la cuisson des aliments, au chauffage ou à la production d’énergie), bois de construction (produits en bois solide) et bois de trituration (production de papier, carton…). La première consomme environ la moitié de la production, essentiellement dans les pays en développement. En revanche, la demande dans les pays industrialisés concerne plutôt le bois de construction et industriel. La consommation chinoise de bois est en pleine croissance, alors que le pays prend depuis une dizaine d’années des mesures drastiques pour reboiser son territoire ; il est ainsi devenu le premier importateur de bois au monde. » Quels sont les avantages du bois de construction en tant que matériau ? D’après l’ONF, La liste des arguments qui plaident en faveur du bois matériau de construction est longue. Ressource renouvelable qui respecte l’environnement, le bois est de plus facile à mettre en œuvre. Quant à ses qualités, elles sont aussi bien esthétiques que techniques. Il en devient incontournable. Que nous dit le graphique? A long terme les cours du bois de construction suivent une tendance haussière depuis 2010 matérialisée par une oblique de soutien ici en vert. Ces deux dernières années, notamment à cause du ralentissement de la croissance chinoise, les cours ont perdu 40% passant de 400 à 250. Néanmoins, avec des chiffres de croissance qui se stabilisent ou progressent dans de nombreuses zones économiques, il semblerait que le bois attire de nouveau les investisseurs. En données hebdomadaires on peut constater que les prix s’inscrivaient dans un canal baissier à forte pente de 340 à près de 240 dont les cours se sont violemment extraits. Les dernières semaines ont permis la matérialisation d’une base, sous la forme d’un double bottom, dont l’objectif théorique ressort à 283, une résistance clé. Partant du principe que le mouvement en cours n’est qu’un rebond technique, les cibles sont situées à 283 et 306 soit un potentiel non négligeable mais pas non plus extrêmement attractif. Par contre, si l’on prend du recul à long terme, il n’est pas inconcevable de penser que les cours du bois pourraient reprendre la tendance de fond (possible au vue des indicateurs) et qui sait, potentiellement dépasser les 320 à long terme. Autrement, il se pourrait que les cours créent une zone de range comme en 2011, avant de prendre une direction claire. En conclusion : la proximité de la zone des 250 et de l’oblique haussière de long terme semble une zone attractive mise à profit par les acheteurs. La baisse pourrait être terminée à court terme et il faudra suivre les réactions des cours sur les résistances citées pour anticiper de la suite des évènements. Par Nicolas Chéron, Stratégiste pour CMC Markets Suivez moi sur Twitter : @NCheron_CMC Egalement @CMCMarkets_FR Clients et lecteurs, n’hésitez pas à nous faire des retours sur les analyses publiées, directement sur gestionclients@cmcmarkets.frCe commentaire présente un caractère purement informatif et ne constitue ni un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers. CMC Markets ne saurait être tenu responsable quant à l'exactitude, la fiabilité, l'exhaustivité ou la pertinence de ces informations ou données.Les observations, analyses et conclusions qui en résultent sont basées sur des données graphiques de CMC Markets et non sur des données relatives aux instruments sous-jacents réels. L’utilisation de données graphiques a des limites et l’analyse technique n’est pas une science exacte. Nous vous recommandons d’utiliser ces données en complément d’autres supports/facteurs lors de votre prise décision de d’achat ou de vente. N’oubliez pas que les CFD présentent un caractère hautement spéculatif et qu’il est possible de perdre un montant supérieur au capital investi. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.