Les réunions des banques centrales ont dévoilé la semaine passée deux politiques monétaires divergentes et asynchrones. À l’heure où les tensions protectionnistes font craindre une érosion de la croissance mondiale, la Banque Centrale Européenne (BCE) temporise, mais la Réserve fédérale américaine (FED) accélère quant à elle sa remontée des taux.

Du côté du Vieux Continent, la BCE a annoncé jeudi la fin progressive de son programme de rachat d’actifs de 2,4 trillions d’euros. De plus en plus controversés, ces achats mensuels obligataires s’achèveront donc d’ici la fin de l’année 2018. Les colombes du directoire de la BCE ont toutefois obtenu une compensation de poids puisque les taux directeurs de l’institution monétaire resteront au plus bas, et ce au moins jusqu’à la fin de l’été 2019.

Outre-Atlantique en revanche, la FED a fait le choix de remonter une nouvelle fois ses taux et d’annoncer deux relèvements supplémentaires pour cette fin d’année 2018. Les membres du FOMC ont ainsi porté les taux sur une fourchette allant de 1,75% à 2%. Aux 4 hausses de taux de l’année 2018, les prévisions de la banque centrale américaine ajoutent également 3 hausses de taux supplémentaires pour l’année 2019.

Sur la scène internationale, la rencontre entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong Un a permis aux deux leaders d’afficher leur bonne entente. Dans un texte commun, la péninsule nord-coréenne s’est engagée dans la voie d’une « dénucléarisation complète ». Satisfait de cette rencontre, Donald Trump a quant à lui affiché son souhait d’inviter prochainement son homologue à la Maison Blanche.

Si les tensions géopolitiques se dissipent peu à peu, les tensions commerciales restent quant à elles bien présentes. Vendredi, le duel entre les États-Unis et la Chine a franchi une nouvelle étape avec l’annonce de nouvelles taxes sur les biens chinois à compter du 6 juillet. Quelques heures plus tard, la Chine annonçait à son tour la taxation de 545 biens américains. La passe d’armes entre les deux plus grandes puissances économiques mondiales se poursuit donc.

Source : plateforme CMC Markets NEXT GENERATION.

Cette semaine, le forum annuel de la BCE accueillera sur trois jours une série de conférenciers très attendus, à commencer par Mario Draghi et Jerome Powell, qui auront l’occasion de s’exprimer dès aujourd’hui dans la ville de Sintra au Portugal.

Mardi et mercredi, les investisseurs pourront mesurer l’état du marché immobilier américain grâce à deux statistiques économiques clés : les mises en chantier et les ventes de logements existants. Suite aux déceptions du mois d’avril, les analystes anticipent une amélioration de la situation, ces deux publications seront donc particulièrement suivies.

Vendredi, les pays membres de l’OPEP se retrouveront à Vienne pour un sommet de deux jours. Or, si la Russie et l’Arabie Saoudite se sont d’ores et déjà mises d’accord sur une augmentation graduelle de la production de pétrole, les dates et l’importance de cette hausse restent encore à définir.

Dimanche, les élections turques viendront clôturer la semaine à l’occasion d’un scrutin qui pourrait s’avérer plus disputé que prévu. Favoris des sondages, le président Recep Tayyip Erdogan fera face au tribun de gauche Muharrem Ince.

Évolution du CFD à risque limité France 40 - Données hebdomadaires sur 2 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 15/06/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Dans une semaine rythmée par les réunions des principales banques centrales mondiales, l’indice CAC 40 est reparti de l’avant. À la hausse, les investisseurs pourront surveiller un éventuel test de la résistance oblique haussière actuellement située aux alentours des 5 650 points. À la baisse, les investisseurs surveilleront le support des 5 375 points, préservé lors de la dernière impulsion baissière, mais dont la rupture pourrait ramener l’indice en direction du support suivant situé à 5 030 points.

Évolution du CFD à risque limité EURUSD - Données hebdomadaires sur 3 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 15/06/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Après avoir marqué un point bas à 1,1542 dans la foulée des déclarations de la BCE, la paire EUR/USD a finalement terminé la séance de vendredi en légère hausse pour revenir sur le niveau des 1,1610. En ce début de semaine, les investisseurs pourront surveiller le support des 1,1550 dont la rupture pourrait entraîner une nouvelle phase de dépréciation de la monnaie unique face au billet vert.

Évolution du CFD à risque limité OR - Données journalières sur 7 mois

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 15/06/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Au terme d’une semaine mouvementée, l’once d’or s’est finalement orientée à la baisse pour enregistrer un nouveau point bas annuel à 1 275$. Sous le support des 1 282$, l’once d’or pourrait poursuivre sa baisse en direction des 1 235$. À l’inverse, en cas de réintégration de ce support, l’once d’or pourrait rebondir en direction de la résistance des 1 306$, dont le franchissement pourrait neutraliser la phase baissière en cours.

 

Ces informations sont produites par CMC Markets. Elles présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints.