Voici un récapitulatif des enjeux fondamentaux pour la fin de semaine ainsi que les séances à venir. La fin de semaine approchant, il semblerait de toute évidence que le récent rallye des marchés européens perd de sa superbe, le DAX inscrivant sa plus forte baisse depuis janvier terminant potentiellement la semaine dans le rouge. Même les actions américaines publiant des résultats positifs ont peiné à se maintenir après un début de semaine haussier. Parallèlement, les chiffres économiques mitigés ont mis le dollar en équilibre sur un pied, et permis au pétrole d’inscrire de nouveaux plus hauts annuels. Alors que se tient la réunion du G20 et du FMI à Washington, la Grèce continue d’être au premier plan, le sujet principal d’un chapitre supplémentaire d’une saga homérique. Les rumeurs selon lesquelles la présidente du FMI Christine Lagarde refuse d’accorder un délai supplémentaire aux officiels grecs a entrainé un revirement du sentiment des opérateurs hier, avec un Bund allemand qui a inscrit un nouveau record historique à 0.073%. Plus tard le ministre des finances Varoufakis, à la suite de son rendez-vous avec le président Obama, a rencontré le président de la BCE Mario Draghi, à la suite de quoi il a clairement statué qu’il ne signerait aucune autre extension ou autre version d'un accord. Malheureusement cette détermination grecque est proportionnelle à la détermination allemande. Le ministre des finances Schaueble a suggéré qu’ils étaient les bienvenus à chercher de l’argent ailleurs s’ils le souhaitaient. Les faiblesses du Dollar américain hier ont permis à la monnaie unique de se reprendre malgré les craintes au sujet d’un Grexit. Nous pourrions voir cette dernière continuer de rebondir, notamment si l’inflation devrait se reprendre en zone euro alors qu’elle stabilise outre atlantique. On suivra donc les chiffres finaux du CPI du mois de Mars, le chiffre annuel est attendu en baisse de 0.1% mais le mensuel glissant en amélioration de 0.6 à 1.1% Si les chiffres US ne rebondissent pas autant qu’en Europe, le Dollar pourrait être de plus en plus sous pression, surtout après les commentaires du membre de la FED Eric Rosengren hier. Ce dernier a expliqué qu’aucune des deux conditions pour un changement de politique n’avaient été remplies, que l’économie US étaient toujours trop faible, contrastant avec son homologue Stanley Fisher qui suggérait l’inverse. Le CPI US est attendu à 0% sur un an et en hausse de 0.2% en mensuel glissant. Par Nicolas Chéron, Stratégiste pour CMC Markets Clients et lecteurs, n’hésitez pas à nous faire des retours sur les analyses publiées, directement sur gestionclients@cmcmarkets.fr Ce commentaire présente un caractère purement informatif et ne constitue ni un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers. CMC Markets ne saurait être tenu responsable quant à l'exactitude, la fiabilité, l'exhaustivité ou la pertinence de ces informations ou données.Les observations, analyses et conclusions qui en résultent sont basées sur des données graphiques de CMC Markets et non sur des données relatives aux instruments sous-jacents réels. L’utilisation de données graphiques a des limites et l’analyse technique n’est pas une science exacte. Nous vous recommandons d’utiliser ces données en complément d’autres supports/facteurs lors de votre prise décision de d’achat ou de vente. N’oubliez pas que les CFD présentent un caractère hautement spéculatif et qu’il est possible de perdre un montant supérieur au capital investi. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.