Cette semaine sera crucial sur l’indice allemand, tout comme son homologue français le CAC40. En effet, les marchés attendent la BCE au tournant mercredi puis les chiffres du chômage mensuel américain vendredi ainsi que des avancées sur le dossier grec. Pour faire simple, les indices européens se cherchent et s’inscrivent dans des configurations attentistes de ranges de 3 à 6% depuis deux mois. Cadrons l’indice européen leader qui devrait donner le tempo. Avant cela voici une liste non exhaustive d’arguments haussiers et baissiers. Hausse : - BCE en soutien avec son programme de quantitative easing - Les chiffres européens qui se redressent modérément - Les prévisions optimistes de hausse des bénéfices des entreprises - L’attractivité de la zone euro avec un euro faible Baisse : - Le risque de Grexit dont la probabilité augmente fortement - L’essoufflement des indices américains - La survalorisation des marchés (analyse à lire cliquez ici) - L’Epée de Damoclès des 3 pics et un dôme (analyse à lire cliquez ici) - La complaisance généralisée (analyse à lire cliquez ici) Le graphique long terme ci-dessous nous permet de comprendre pourquoi le DAX ne monte plus. Les cours ont atteint la borne haute et le potentiel apparait désormais restreint. Aussi, il faut soit consolider à plat pour que la borne haute monte, soit aller chercher des supports avant que la hausse ne reprenne si tant est que la tendance perdure. Dans cette périodicité on voit bien qu’un retour vers 10000 ne serait que légitime. A plus court terme la tendance est haussière depuis le début de l’année 2015 et parfaitement matérialisée par la moyenne mobile à 100 séances qui a déjà fait support plusieurs fois. Dans cette périodicité nous sommes sur le fil du rasoir. Scénario haussier : la baisse des deux dernières semaines n’était qu’une respiration horizontale, les cours sont en train de prendre appui sur une zone de 200 points où l’on retrouve un seuil horizontal ainsi que la moyenne mobile à 100 séances et la borne haute du drapeau dans lequel l’indice allemand s’inscrivit entre avril et mi-mai. Les acheteurs s’y présentent, la hausse reprend, dans le sens de la tendance. Scénario baissier : le drapeau n’était qu’un leurre, la tendance haussière s’essouffle au profit d’une latéralisation des cours faite pour faire rentrer les derniers acheteurs (phénomène de distribution). Par la suite, un catalyseur entraine la cassure du support (zone 11160/360), la consolidation se transforme en correction et le premier seuil majeur en données hebdomadaires apparaitra à 10800 (cluster de supports dynamiques, Fibonacci et Ichimoku). Dans tous les cas, notez que la volatilité pourrait être accrue et que des annonces peuvent, à tout moment, changer la donne. Par Nicolas Chéron, Stratégiste pour CMC Markets Suivez moi sur Twitter : @NCheron_CMC Egalement @CMCMarkets_FR Clients et lecteurs, n’hésitez pas à nous faire des retours sur les analyses publiées, directement sur gestionclients@cmcmarkets.frCe commentaire présente un caractère purement informatif et ne constitue ni un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers. CMC Markets ne saurait être tenu responsable quant à l'exactitude, la fiabilité, l'exhaustivité ou la pertinence de ces informations ou données.Les observations, analyses et conclusions qui en résultent sont basées sur des données graphiques de CMC Markets et non sur des données relatives aux instruments sous-jacents réels. L’utilisation de données graphiques a des limites et l’analyse technique n’est pas une science exacte. Nous vous recommandons d’utiliser ces données en complément d’autres supports/facteurs lors de votre prise décision de d’achat ou de vente. N’oubliez pas que les CFD présentent un caractère hautement spéculatif et qu’il est possible de perdre un montant supérieur au capital investi. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.