Avec une croissance annualisée de 4,1% au cours du deuxième trimestre, l’économie américaine enregistre ses meilleurs chiffres depuis 2014. Tout feu tout flamme, Donald Trump en profite pour faire l’éloge de ses réformes. Plus mesurés, les économistes décrivent un pic de croissance difficile à tenir dans la durée.

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, ce rythme de croissance historique peut-il s’expliquer par la mise en place des premières mesures protectionnistes ?

Oui, en partie. Dans un climat de guerre commerciale naissante, bon nombre d’importateurs étrangers ont anticipé leurs commandes auprès de leurs fournisseurs américains afin d’éviter les taxes douanières à venir. Grâce à cet effet de déplacement, le produit intérieur brut américain bénéficie donc d’un coup de pouce temporaire obtenu au détriment de la croissance future.

Privée de nouveaux relais de croissance et confrontée à deux nouvelles hausses de taux de la Réserve fédérale américaine, l’économie de l’Oncle Sam pourrait connaître une fin d’année compliquée ; attention au retour de flamme !

Les rencontres organisées entre les États-Unis et leurs partenaires tentent bien de résoudre les différends commerciaux par le dialogue, mais les solutions rencontrées peinent à convaincre.

Dernière exemple en date, l’armistice commercial établi lors de la rencontre du 25 juillet entre le président américain Donald Trump et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker manque de clarté. Non seulement certains points viennent enfreindre les règles de libre-échange établies par l’Organisation mondiale du commerce, mais il semblerait également que les termes de l’accord soient assez flous pour les deux parties prenantes.

Parfaite illustration de ce flottement, Donald Trump se félicitait vendredi de l’obtention de l’ouverture du marché agricole européen avant de recevoir une réponse sèche de l’Union européenne indiquant que ce sujet ne faisait en aucune sorte partie de l’accord…

Du côté des valeurs boursières, avec 120 milliards de capitalisation détruits en une seule séance boursière, le réseau social de Mark Zuckerberg s’est offert la semaine dernière un record dont il se serait bien passé. Dans la foulée de l’affaire Cambridge Analytica, la croissance des ventes et le rythme d’acquisition des nouveaux utilisateurs n’ont pas atteint les objectifs, et plus problématique encore, les perspectives dévoilées par Facebook pour les prochains trimestres ne sont guère encourageantes.

Source : plateforme CMC Markets NEXT GENERATION.

Les évènements de la semaine

En ce début de semaine, les investisseurs pourront suivre la réunion de la Banque du Japon. À cette occasion, l’institution nipponne pourrait mettre un terme à son programme d’assouplissement monétaire. Au vu de l’impact mondial de ce programme, les marchés financiers pourraient donc connaître un regain de volatilité tout au long de ces deux jours de réunion.

Mercredi, ce sera au tour de la Réserve fédérale américaine de s’exprimer sur sa politique monétaire. D’après les économistes, l’institution américaine pourrait laisser ses taux directeurs inchangés lors de cette réunion. Elle devrait toutefois confirmer sa volonté de relever ses taux d’intérêt de façon progressive malgré les dernières déclarations de Donald Trump.

Jeudi, la Banque d’Angleterre pourrait quant à elle relever ses taux d’intérêt.

Au-delà des réunions des banques centrales, une pluie de statistiques américaines et européennes viendra animer les marchés. Les investisseurs pourront donc ajuster leurs scénarios macroéconomiques grâce aux chiffres de l’emploi et aux indices d’inflation.

Évolution du CFD à risque limité France 40 - Données hebdomadaires sur 2 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 27/07/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Au terme d’une belle semaine boursière le CFD à risque limité France 40 renoue avec le seuil symbolique des 5 500 points. Au-dessus du support des 5 250 points, la hausse des cours pourrait se poursuivre en direction de la résistance oblique haussière de moyen terme actuellement située aux alentours des 5 650 points. À l’inverse, en cas de nouvelle impulsion baissière, la rupture des 5 250 points pourrait amener l’indice parisien à se diriger vers le support suivant situé à 5 030 points.

Évolution du CFD à risque limité EURUSD - Données hebdomadaires sur 3 ans

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 27/07/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Sur le marché des changes, l’hésitation se poursuit pour la paire EUR/USD. La configuration graphique reste inchangée avec la présence d’une figure chartiste en épaule-tête-épaule dont la complétion pourrait amener les cours à tester prochainement la résistance des 1,2090. Valide tant que les cours préservent le support des 1,1560, ce scénario serait remis en cause en cas de rupture du support des 1,1560. Dans cette situation, les cours pourraient alors se diriger vers le seuil symbolique des 1,1000.

Évolution du  CFD à risque limité OR - Données journalières sur 12 mois

Ce graphique se rapporte à un CFD à risque limité. Il est possible de perdre la totalité de votre investissement ainsi que les frais de négociation. Source : CMC Markets, plateforme Next Generation au 27/07/2018. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

En tendance baissière marquée depuis le mois de mai, l’once d’or temporise depuis quelques séances au-dessus du support des 1 210$. Dans ce contexte, les cours pourraient rebondir en direction de la résistance des 1 235$. Sous les 1 300$, la tendance de fond du métal jaune restera cependant baissière et les cours pourraient tester le seuil psychologique des 1 200$ au cours des prochaines séances.

 

 

Ces informations sont produites par CMC Markets. Elles présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints.