Après 48H de forte hausse menant CAC 40 et DAX sur de nouveaux records annuels à respectivement 4 690 et 10 950 points, les indices européens semblent désormais attentistes, à la veille du dernier rendez-vous de l’année avec le président de la Banque Centrale Européenne (BCE), Mario Draghi.

« Super Mario » comme l’ont surnommé les médias et opérateurs des marchés devra une nouvelle fois user de son habile dialectique pour sécuriser les marchés obligataires, rassurer les opérateurs sur les perspectives de la zone euro et ne pas laisser l’euro s’envoler de nouveau en direction des 1,20, ce qui aurait tendance à peser sur la performance des actions européennes.

« Taper or not taper »

La question n’est plus de savoir si Mario Draghi va allonger la durée du programme actuel d’assouplissement quantitatif. À ce sujet, la quasi-totalité des économistes interrogés s’attend à un allongement du programme en cours de 6 mois, de mars à septembre 2017. La question est plutôt de savoir si le montant mensuel de ce soutien sera de 80 milliards ou de 70 voire 60 milliards, ce qui sous-entendrait le démarrage du fameux ralentissement des achats mensuels ou « tapering » comme l’appellent les anglais. Parallèlement à cela, il sera aussi primordial de voir si la BCE fait des ajustements sur les aspects techniques de son programme afin de gé rer la problématique de manque d’actifs disponibles sur le marché obligataire à venir en 2017.

Dans ces conditions, les marchés pourraient être chahutés, volatils, partagés entre d’une part le sentiment de satisfaction de l’allongement du programme de la BCE et d’autre part le fait qu’à terme ce dernier puisse se tarir. Un éventuel repli des cours des indices, pour venir tester les résistances dépassées à 4 570/4 600 et 10 750/10 800 sur CAC 40 et DAX, serait alors légitime, sans pour autant remettre en question la tendance de fond haussière, en place en Europe depuis le Brexit.

« La question à 200 pips »

Tout comme au début de l’année 2015, l’euro va-t-il chuter en direction de la parité là où le consensus des analystes des banques l’attend, ou va-t-il encore prendre la majorité à contre-pied ? La seconde option est en tous les cas, selon nous, un scénario à ne pas prendre à la légère. En effet, la paire EURUSD en inscrivant rapidement un plus bas de 20 mois à 1,052 puis en remontant rapidement au-dessus des 1,07 ce lundi, a piégé les vendeurs. Un second décalage haussier après la BCE en direction des 1,09/1,10 achèverait certainement ces derniers, notamment si la question d’un ralentissement futur des achats mensuels de la BCE était évoqué…Sous 1,069 ce danger serait à nouveau écarté.

Évolution du CFD sur EURUSD – Données journalières

Source : CMC Markets, Plateforme Next Generation au 07/12/2016. Performances nettes. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Concernant l’euro, méfiance. La tendance est baissière en données mensuelles et hebdomadaires, mais les acheteurs tentent de reprendre la main. En cas de tenue des 1,069 plus hauts de la semaine dernière, la paire pourrait tenter de retrouver de nouveau les 1,08 de lundi voire les 1,085 plus bas d’octobre et par extension les 1,10, seuil psychologique. À contrario, si les cours repartent rapidement sous 1,069, la tendance et les vendeurs pourraient probablement reprendre leurs droits.

Par Nicolas Chéron, Stratégiste pour CMC Markets

Suivez moi sur Twitter : @NCheron_CMC - Egalement @CMCMarkets_FR
Clients et lecteurs, n’hésitez pas à nous faire des retours sur les analyses publiées, directement sur gestionclients@cmcmarkets.fr

Les informations fournies présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication. Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC Markets ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints. Les performances passées d’un investissement donné ne garantissent pas ses performances futures.
Sauf avis contraire, les observations, analyses et conclusions présentées sont basées sur des données graphiques de CMC Markets et non sur des données relatives aux instruments sous-jacents réels.
CMC Markets ne pourra être tenu responsable d’une perte liée directement ou indirectement à une transaction réalisée sur la base des information fournies.

Les CFD (contract for difference) sont des produits financiers complexes, à effet de levier, comportant un risque de perte supérieure au capital investi.
Les produits binaires (y compris les Countdowns) sont des produits financiers complexes comportant un fort risque de perte en capital, vous pouvez perdre la totalité de votre investissement.