La vague d'aversion au risque engendrée par le Brexit s’est propagée sur les marchés financiers et ceux ne sont pas moins de 2000 milliards de dollars de capitalisations boursières qui ont été effacés en l'espace de 2 séances (vendredi 24 et lundi 27 juin). Un cercle vicieux semblait avoir pris forme, le Brexit engendrant un manque de visibilité et une hausse des actifs dits « refuges » que sont le dollar, le yen et l'or. Un schéma d'aversion au risque se développait, en l'attente d'un message venant soit des politiques, soit des banques centrales (les marchés espérant les deux) et il semblerait que ce soit ce que les marchés anticipent désormais. Car depuis lundi soir, les cours des indices sont tous vivement repartis à la hausse. Le S&P 500 n’est resté que quelques heures sous les 2 000 points, le Nikkei a rebondi sur ses plus bas annuels à 15 000 points et le CAC 40 a fait de même sur la zone des 3 950 points, testée vendredi dernier (jour du Brexit avec succès). Les opérateurs ont peut-être tout simplement anticipé que le pire était passé à court terme et que les banquiers centraux devraient apporter leur soutien inconditionnel comme promis en amont du référendum anglais. En effet, les banquiers centraux nous ont expliqué être prêts à intervenir, à soutenir les marchés et tenter de juguler la baisse. Nous pourrions voir la Banque Centrale Européenne ou la Banque Centrale Japonaise et/ou la Banque Centrale d'Angleterre intervenir dans les semaines à venir, la question est de savoir si les officiels vont agir en amont d’éventuelles turbulences, ou si les marchés vont les « forcer » à agir en cassant des supports clés, comme par exemple les 100 yen sur la paire USDJPY ou les 3 900 sur le CAC 40. En conclusion, les investisseurs attendaient la Fed, le référendum anglais et les élections espagnoles en ce mois de juin, et cela faisait 4 mois que les indices européens oscillaient dans des canaux horizontaux en attente de ces catalyseurs. Or, les voyants ont viré au rouge, les indices ont menacé leurs supports de moyen terme (1 990/2 000 sur le S&P 500, 3 900 sur le CAC 40) et la volatilité a été très élevée signe de nervosité des opérateurs mais aucun signal baissier majeur n’a été constaté. La balle est désormais dans le camp des banquiers centraux mais également des officiels européens et anglais. Si le Brexit est négocié rapidement et que les officiels européens se montrent confiants les marchés apprécieront. Une annulation du Brexit dont la probabilité reste très faible serait également un catalyseur théoriquement positif. Seule l’indécision et le manque d’avancée dans les négociations pèseraient sur les actifs risqués car rappelons-le ce n’est pas tant le Brexit qui a entraîné une forte chute des indices mais le manque de visibilité qu’il a engendré. Evolution du CFD CAC 40 en données journalièresSource : CMC Markets, Plateforme Next Generation. Performances nettes au 28/06/2016. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Graphiquement, l’indice français évolue dans un range entre 4 600 et 3 900 points depuis le 11 février dernier. Malgré deux attaques baissières, la borne basse de ce canal horizontal a tenu et les acheteurs tentent de reprendre la main à court terme. À la hausse, 4 110 ancien support devenu résistance bloque pour le moment. En cas de dépassement de ce pivot technique, la hausse pourrait reprendre en direction des 4 200 testés vendredi. À la baisse, sous 4 110, la reprise reste fragile. Nous retrouvons le seuil psychologique des 4 000 points puis les fameux 3 900. Sous ce support majeur, la tendance baissière de moyen terme en place depuis l’été 2015 reprendrait potentiellement ses droits. Par Nicolas Chéron, Stratégiste pour CMC Markets Suivez moi sur Twitter : @NCheron_CMC - Egalement @CMCMarkets_FR Clients et lecteurs, n’hésitez pas à nous faire des retours sur les analyses publiées, directement sur gestionclients@cmcmarkets.fr Les informations fournies présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication. Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC Markets ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints. Les performances passées d’un investissement donné ne garantissent pas ses performances futures.Sauf avis contraire, les observations, analyses et conclusions présentées sont basées sur des données graphiques de CMC Markets et non sur des données relatives aux instruments sous-jacents réels.CMC Markets ne pourra être tenu responsable d’une perte liée directement ou indirectement à une transaction réalisée sur la base des information fournies.Les CFD (contract for difference) sont des produits financiers complexes, à effet de levier, comportant un risque de perte supérieure au capital investi.Les produits binaires (y compris les Countdowns) sont des produits financiers complexes comportant un fort risque de perte en capital, vous pouvez perdre la totalité de votre investissement.