1/ Point sur la Grèce2/ Risques de corrélation3/ Les évènements à surveiller la semaine prochaineGrèce (Point rédigé jeudi suivi d'une mise à jour) Après deux mois de consolidation, une respiration légitime consécutive au remarquable rally boursier du début d’année, les indices européens ont trouvé des motifs d’optimisme pour rebondir. En deux séances l’indice Eurostoxx 50 a récupéré près de 4%. Ces dernières séances, l’évolution favorable des perspectives sur le dossier grec a servi de catalyseur aux investisseurs. L’hypothèse d’une solution acceptable pour Athènes et ses créanciers prend de plus en plus de consistance. Alors qu’en fin de semaine dernière, les négociations entre Alexis Tsipras, le ministre des finances Grec, et la Commission Européenne, étaient plutôt proches d’un point de rupture, Athènes a semble-t-il révisé ses intentions pour faire preuve d’un peu plus de volontarisme. En effet, le gouvernement grec s’est dit prêt à revoir sa position sur l’objectif d’excédent primaire budgétaire cette année, pour se rapprocher du niveau de 1% que souhaite fixer les créanciers du pays. Reste encore à trouver un compromis sur les réformes structurelles concernant le marché de l’emploi et le système de retraites. Les nouvelles discussions, cet après-midi (jeudi), entre Alexis Tsipras et Jean-Claude Juncker pourraient aboutir à une convergence des efforts. Pour la Grèce, l’enjeu de ces ultimes négociations est important : il s’agit d’obtenir une extension des délais imposés par la troïka (UE, BCE, FMI), neuf mois supplémentaires jusqu’en mars 2016, pour mettre en œuvre ces réformes auxquelles est conditionné l’apport de nouveaux financements de la part des institutions internationales. Mise à jour vendredi 12 juin : Le FMI ayant quitté la table jeudi à 16H30, les espoirs d'un accord à court terme sont retombés. Néanmoins, les indices n'ont perdu que 1 à 1.5% sur les 4/5% de rebond et les acheteurs ne semblent pas aussi fatalistes que les médias concernant le dossier grec. La prochaine date butoire pour les négociations est désormais le 18 Juin, pour l'Eurogroupe. Si un accord n'était pas trouvé d'ici là, la prochaine échéance clé serait le 30 juin, et j'ai envie d'ajouter "ainsi de suite". Car nous savons que l'europe ne veut pas d'un choc grec, d'une sortie dans la douleur, de se retrouver dos au mur. Autrement dit, la situation reste tendue mais les espoirs persistent. Attention au risque de corrélation accrue entre les classes d’actifs ! Sur les marchés actions, l’espoir d’un dénouement positif en Grèce profite avant tout aux valeurs cycliques européennes, bancaires hellènes en tête. Pour autant, il est difficile de dire si le rebond des marchés boursiers va se poursuivre au-delà des seuls effets d’annonce liés à la Grèce. Plusieurs risques non négligeables planent encore sur les marchés à moyen terme, entre volatilité accrue des taux obligataires et divergence des politiques monétaires, avec une remontée des taux directeurs prévue aux Etats-Unis avant la fin d’année. Et pour cause. Nous observons aujourd’hui une hausse préoccupante de la corrélation entre les différentes classes d’actifs, notamment entre les actions et les actifs obligataires, réduisant ainsi les possibilités de diversification pour les investisseurs La contreperformance récente des marchés de taux (le Bund a pris quasiment 90 points de base en six semaines) s’est accompagnée d’une correction sur les marchés actions. De ce point de vue, il faudra être attentif aux annonces de la Fed mercredi prochain, car si la remontée des taux directeurs se concrétisait, une nouvelle tension des taux longs pourrait entraîner quelques secousses non seulement sur le marchés des devises émergentes (devises émergentes contre dollar US, le billet vert devant probablement s’apprécier), mais aussi sur l’ensemble des marchés boursiers. Point complet à lire sur les taux cliquez iciCalendrier de la semaine du 15 Juin Ci-dessous le calendrier de la plateforme CMC. Notez que je n'ai pris en compte que les statistiques à fort impact. A noter : les chiffres tombent en live sur la plateforme au moment de la publication (Reuters) Comme tous les lundis, le début de semaine sera calme. Attention néanmoins à un discours de Mario Draghi à 15H. Mardi sera une journée importante pour la Livre qui publiera son indice des prix à la consommation. Ce sera également une journée clé sur l'euro avec la publication du ZEW, indice de confiance allemand. L'après midi les permis de construire aux USA donneront le tempo. Mercredi sera encore une journée focalisée sur les chiffres en europe avec la BoE et les indices des prix européens, puis viendra le rendez vous important de la semaine, le FOMC. Lors de ce rendez vous les opérateurs attendent plus de détails sur l'analyse de l'économique américaine par la FED ainsi que des indices sur la possible hausse de taux en 2015. Jeudi, les statistiques importantes seront principalement américaines. Vendredi, journée calme, sauf sur le dollar canadien dont le CPI devrait permettre un décalage. Conclusion : Les marchés sont et seront de nouveau pendus aux annonces concernant la Grèce. La fin de cette semaine devrait être calme même si PPI et indice de confiance des consommateurs devraient entrainer un peu de volatilité à 14H30 et 16H. La semaine prochaine promet d'être intéressante notamment avec le FOMC. Bon week end et à lundi pour suivre ces développements. Par Nicolas Chéron, Stratégiste pour CMC Markets Suivez moi sur Twitter : @NCheron_CMC Egalement @CMCMarkets_FR Clients et lecteurs, n’hésitez pas à nous faire des retours sur les analyses publiées, directement sur gestionclients@cmcmarkets.frCe commentaire présente un caractère purement informatif et ne constitue ni un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers. CMC Markets ne saurait être tenu responsable quant à l'exactitude, la fiabilité, l'exhaustivité ou la pertinence de ces informations ou données.Les observations, analyses et conclusions qui en résultent sont basées sur des données graphiques de CMC Markets et non sur des données relatives aux instruments sous-jacents réels. L’utilisation de données graphiques a des limites et l’analyse technique n’est pas une science exacte. Nous vous recommandons d’utiliser ces données en complément d’autres supports/facteurs lors de votre prise décision de d’achat ou de vente. N’oubliez pas que les CFD présentent un caractère hautement spéculatif et qu’il est possible de perdre un montant supérieur au capital investi. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.