Si les échéances du mois de juin (réunion monétaire de la Fed, referendum britannique sur l’éventualité d’un « Brexit ») ont des chances de soutenir la progression des marchés, la relative fragilité des fondamentaux pourrait, à moyen terme, jouer des tours aux investisseurs. Ces dernières semaines, la progression a été soutenue par la remontée des cours du pétrole, l’anticipation d’un statu quo de la Fed (et c’est d’ailleurs le scénario le plus probable au vue de la probabilité de 4% de hausse de taux indiquée par les Fed Funds) et les espoirs renouvelés d’une embellie conjoncturelle, encore hypothétique, à l’échelle mondiale. Pétrole : poursuite du rebond à court terme, volatilité à moyen-long terme La poursuite du rebond pétrolier a permis au prix du baril WTI de renouer avec ses niveaux de juillet 2015. Depuis le point bas du mois de février, la progression frôle 90%, à 51 USD. Plusieurs catalyseurs ont été favorables à l’appréciation de l’or noir : des rachats massifs de positions vendeuses, des stocks de brut aux Etats-Unis inférieurs aux estimations et l’arrêt de la production dans certaines zones géographiques (cela a été le cas au Canada, en raison des incendies, ou au Nigéria). A court terme, d’autres facteurs haussiers pourraient jouer. Une vague de chaleur est attendue dans les Etats du centre des Etats-Unis dans les prochains jours, un aléa climatique qui pourrait nécessiter de puiser dans les stocks (et nécessiter une surconsommation de gaz) pour alimenter les climatisations. En revanche, difficile encore de prédire l’orientation du cours du brut à moyen-long terme tant les intérêts des pays de l’OPEP sont multiples. Et sur les marchés, nous observons une friction entre les positions des acheteurs de court terme et les vendeurs de long terme. Les prix devraient donc rester assez volatils. Vers un statu quo de la Fed et un « non Brexit »... les investisseurs devraient apprécier Concernant la stratégie de la banque centrale américaine, autre catalyseur des marchés, l’idée d’un statu quo sur les taux au mois de juin satisfait évidemment les opérateurs de marché. Force est de constater que les marchés sont toujours dans cette logique peu rationnelle « bad news is good news ». Autrement dit, la satisfaction de constater des chiffres économique un peu décevants aux Etats-Unis… qui laissent envisager une temporisation supplémentaire de la Fed. Bien plus faibles qu’anticipé, les chiffres de créations d’emplois outre-Atlantique (ressorties, vendredi dernier, à 38 000 pour le mois de mai) ont donc été perçus positivement par les opérateurs de marché et interprétés comme un signe supplémentaire que la Réserve fédérale ne bougera pas. En ne remontant pas ses taux dès le mois de juin, la Fed retarderait le processus de normalisation monétaire et maintiendrait alors des conditions plutôt favorables à l’investissement en actions (des taux d’intérêt bas incitant les investisseurs à tenter de capter davantage de rendement, en s’orientant vers des actifs plus « offensifs »). De nouveaux records… puis le dur retour à la réalité des fondamentaux ? Reste que l’image d’ensemble des marchés n’est pas aussi réjouissante qu’il y paraît Les fondamentaux ne sont pas vraiment au rendez-vous, entre une croissance économique poussive au Japon et en Europe et des perspectives de résultats somme toute modestes pour les entreprises, dans les trimestres à venir. Disons que la parenthèse enchantée des marchés boursiers pourrait bien se refermer : ils peuvent encore surfer sur une séquence favorable jusqu’au verdict du referendum britannique. D’ailleurs, entre la réunion de la Fed et le soulagement probable d’un « non Brexit », les marchés américains ont de quoi pulvériser de nouveaux records de valorisation… Ensuite, les fondamentaux pourraient rattraper le sentiment de marché. Souvenons-nous de l’été 2015 ! Par Nicolas Chéron, Stratégiste pour CMC Markets Suivez moi sur Twitter : @NCheron_CMC - Egalement @CMCMarkets_FR Clients et lecteurs, n’hésitez pas à nous faire des retours sur les analyses publiées, directement sur gestionclients@cmcmarkets.fr Les informations fournies présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication. Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionnés sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC Markets ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints. Les performances passées d’un investissement donné ne garantissent pas ses performances futures.Sauf avis contraire, les observations, analyses et conclusions présentées sont basées sur des données graphiques de CMC Markets et non sur des données relatives aux instruments sous-jacents réels.CMC Markets ne pourra être tenu responsable d’une perte liée directement ou indirectement à une transaction réalisée sur la base des information fournies.Les CFD (contract for difference) sont des produits financiers complexes, à effet de levier, comportant un risque de perte supérieure au capital investi.Les produits binaires (y compris les Countdowns) sont des produits financiers complexes comportant un fort risque de perte en capital, vous pouvez perdre la totalité de votre investissement.